• Chroniques

La Couleur Normale

Alex Morel

Quand on est jeune, on comprend vite ce que c’est que l’uniformité; quand on mange un Oreo, on commence par le séparer. Quand on dessine une maison, il y a une porte et les fenêtres ont 4 carreaux, et il y a toujours un soleil dans le coin. Et plus on vieillit, plus on se rend compte qu’il y a pas mal de choses qui existent selon une convention, un modèle préétabli dont la logique ne mérite pas d’être questionnée puisque la grande majorité l’accepte tel quel. Prenez les bâtiments résidentiels par exemple : ils sont toujours faits avec des matériaux durables de couleur neutre comme brique, beige, blanc ou brun…

En circulant dans les secteurs résidentiels de la ville, on peut se rendre compte que les immeubles à logements, les duplex, les triplex et les unifamiliales sont à peu près toutes faites sur le même modèle dans leur coin respectif. Il y a quelques années, le revêtement extérieur d’un des voisins était en piteux état, et sa  baraque faisait vraiment pitié, en plus de gâcher tout le panorama de la rue. Il en avait tellement honte qu’il s’en est débarrassé contre une poignée de change et a laissé le travail de rénovation aux futurs acheteurs. Les courageux qui ont repris la maison ont retroussé leurs manches et, d’une semaine à l’autre, le travail de sablage progressait. Vers le milieu de l’été, ils ont commencé la première couche de peinture sur le côté. Avec l’ombre c’était difficile à définir, et au début on pensait tous que c’était une blague, mais non, c’était en train d’arriver pour de vrai : il a eu le culot de peinturer sa maison jaune! De quel droit, comment ose-t-il, pour qui c’est qu’il se prend celui là avec sa maison à la couleur du soleil?

Ce n’est pas seulement une maison, c’est une épidémie imminente. Lui a fait ça, quelqu’un d’autre va le voir, et tout d’un coup on va être envahi de maisons jaunes partout? Ensuite ça va être des maisons roses? Et pourquoi pas des blocs appartements aux couleurs de l’arc-en-ciel? Non, il faut qu’on fasse une pétition pour qu’il se conforme, remettre une couleur normale par-dessus son jaune canari anémique. On ne peut pas la brûler, parce qu’il y a d’autre familles à proximité, des familles conventionnelles qui habitent dans des maisons normales. On ne peut pas la démolir, parce que reconstruire sur un terrain vacant c’est long, dispendieux et compliqué parce qu’on est dans une zone scolaire sur une rue étroite. La meilleure solution serait de chasser le propriétaire et de laisser au prochain. De toute manière, celui qui reste là se stationne croche, et quand il fait cuire son souper, ça pue dans tout le quartier. Je m’en allais furieusement cogner à sa porte lui dire le fond de ma pensée, mais en passant à côté de sa voiture j’ai vu un siège de bébé sur le siège arrière. Je me suis rappelé qu’il y a juste du monde qui peut faire des enfants. Dans le fond, ça ne me dérange pas que sa maison soit jaune, qu’il mette sa voiture en diagonale dans sa cour et qu’il fasse cuire du poisson trois fois par semaine, je fais encore ce que je veux chez nous…

Pendant mon souper il y a quelques semaines, je suis tombé sur un article dans le journal qui traînait parlant d’un groupe de résidents qui boycottaient un dépanneur parce que les nouveaux propriétaires sont d’origine chinoise. Je me demande encore ce que j’ai trouvé le plus aberrant; qu’en 2014, il y ait des gens assez racistes pour faire deux kilomètres de plus, la lumière du gaz allumée, juste pour ne pas encourager un commerce tenu par de nouveaux arrivants, ou que la publication ait jugée pertinent de dédier une page complète à cette nouvelle là. Au même moment où je me comptais presque chanceux d’être né avec la bonne pigmentation cutanée, j’ai été rappelé à la réalité par le vieux couple qui soupait à la table voisine. Le bonhomme expliquait à la serveuse que les gens avec des tatouages ça lui levait le cœur. Malgré le malaise apparent de la jeune femme, il ne parlait pas du dessin délicat qu’elle avait derrière l’oreille, mais bien du barbu à la table voisine dont l’encre est plus que visible. J’ignore s’il a bien mangé, mais pour ma part, je n’ai pas laissé son commentaire nuire à ma digestion, sachant très bien que ce vieux là et son opinion disparaîtront surement avant que je redevienne couleur peau…

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire