• Chroniques

Élections : L'orange passera-t-il au rouge?

Paul-Henri Frenière

La vague orange qui a déferlé sur le Québec en 2011 s'est résorbée et la députée sortante de Saint-Hyacinthe-Acton risque fort d'en faire les frais. Doit-on s'attendre à ce que l'orange tourne au rouge dans le comté?

La néodémocrate Brigitte Sansoucy a pourtant multiplié ses interventions et ses rencontres au cours des derniers mois, affichant un optimisme sans faille. Mais la débandade du NPD sur la scène nationale lui fera mal, très mal.

Au déclenchement de la campagne électorale, le 11 septembre, l'agrégateur de sondages Qc125 ne lui accordait que 11% des votes, ce qui la classait au 5e rang, derrière le Parti vert.

À la tête du peloton, deux figures bien connues du milieu maskoutain seraient appelées à se livrer une chaude lutte : Bernard Barré pour les conservateurs et René Vincelette pour les libéraux. Les deux n'en sont pas à leur première tentative d'obtenir le poste de député fédéral du comté.

Le pugnace Bernard Barré était arrivé deuxième à l'élection partielle de 2007, tout juste derrière la candidate bloquiste Ève-Mary Thai Thi Lac. Quant au libéral René Vincelette, il avait subi le même sort, en 2015, suivant de très près Brigitte Sansoucy qui l'avait finalement remporté.

À la ligne de départ pour l'élection de cette année, le conservateur Barré et le libéral Vincelette sont pratiquement nez à nez selon les projections de Qc125. La firme prévoit cependant la victoire du libéral. L'orange passerait donc au rouge dans le comté si ce scénario se réalise.

***

Mais il ne faudrait pas sous-estimer la présence du candidat du Bloc québécois dans la course de cette année. Même s'il est un nouveau venu dans cette joute régionale, Simon-Pierre Savard-Tremblay a déjà fait parler de lui.

Le sénateur conservateur Jean-Guy Dagenais a attaqué le candidat bloquiste après que celui-ci eut prôné l’abolition du Sénat canadien, le qualifiant de «grand dortoir de luxe». L'échauffourée a même été relayée par le réseau TVA. Toujours selon les sondages, Savard-Tremblay suivrait non loin derrière les deux meneurs.

Mais les sondages ne sont qu'une indication de l'humeur du moment. On sait que tout peut arriver durant une campagne électorale de 40 jours : une remontée fulgurante comme une descente spectaculaire.

L'un des moments déterminants est sans contredit le débat des chefs. Au niveau national, l'affrontement organisé par la Commission aux débats des chefs se tiendra le 10 octobre tandis que, localement, les échanges auront lieu la veille, le 9 octobre, au centre communautaire Christ-Roi sous l'égide de Solidarité populaire Richelieu-Yamaska. Quant au « face-à-face » de TVA, on l'a devancé au 2 octobre.

Enfin, je rappelle que le dernier règne du Parti libéral dans Saint-Hyacinthe-Bagot remonte à... 1978, il y a plus de 40 ans. Marcel Ostiguy conservera son titre jusqu'à 1984. Lui a succédé la conservatrice Andrée Champagne qui fit deux mandats. Par la suite, ce fut la domination du Bloc québécois de 1993 à 2011, année où la vague orange du NPD a envahi la circonscription comme ailleurs au Québec.

Que nous réserve l'avenir? Ce sera aux électeurs et aux électrices de le déterminer le 21 octobre prochain.

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire