• Chroniques

Vivement 2017

Paul-Henri Frenière

La région a connu son lot de mauvaises nouvelles en 2016. Mais ça ne peut pas aller mal tout le temps. Heureusement, on a eu de belles annonces en fin d'année. Ça augure bien pour 2017. Enfin, on se le souhaite...

Des tuiles sur le coco, en voulez-vous, en v'là! Olymel qui abolit des centaines d'emplois; une gaffe de l'administration municipale qui tue des milliers de poissons dans la Yamaska et pour finir le plat, le nouveau centre des congrès qui devra se priver de subventions gouvernementales.

Au chapitre des faits divers, ce n'est guère mieux. Un drame conjugal où une jeune mère de famille se fait tuer par son conjoint; deux élèves de la polyvalente se font arrêter pour complot de viol et de meurtre et un ex-employé municipal qui est accusé de pédophilie.

Ouf!

Des nouvelles plus réjouissantes surviennent à la fin de cette « annus horribilis ». Comme je l'ai dit précédemment, ça ne peut pas aller mal tout le temps.

On annonce une urgence toute neuve pour l'hôpital Honoré-Mercier en 2020. Depuis le temps que les patients et le personnel s'entassaient dans les corridors, on va enfin respirer mieux. Remarquez, ça ne règlera pas nécessairement le temps d'attente avant de voir un médecin, mais au moins, le décor sera plus agréable à regarder.

Le pont Bouchard a été livré dans les délais prévus. C'est déjà un exploit. Le ministère des Transports a tenu parole, ce qui contraste avec des expériences précédentes ailleurs au Québec. Il était temps. Les automobilistes en avaient marre de ronger leur frein (c'est le cas de le dire) devant un pont barré durant toute l'année.

L'ouverture du pont neuf s'est faite juste à temps pour le défilé du Père Noël au centre-ville. Une autre bonne nouvelle que le retour de cet événement qui fait la joie des enfants. En fait, c'est peut-être le retour d'une tradition qui réchauffait le cœur des petits et des grands l'espace de quelques heures en plein hiver.

Cette activité est d'autant plus remarquable que les profits générés vont au Centre de pédiatrie sociale Grand Galop (voir l'article dans ce journal). Une autre initiative maskoutaine qui fait du bien à la communauté. Faire en sorte que des enfants vont grandir moins maganés par les circonstances de la vie, ça donne de l'espoir pour l'avenir.

Des jeunes qui ont bien grandi et qui veulent faire quelque chose pour améliorer la société, on en a un autre bel exemple dans ce journal. Des élèves de la polyvalente Hyacinthe-Delorme qui prennent l'initiative d'ouvrir un « Magasin du Monde » pour offrir à la clientèle étudiante des produits équitables - c'est-à-dire des produits qui ne viennent pas des multinationales peu soucieuses des conditions de travail -, c'est déjà faire preuve d'une belle conscience sociale.

Un peu plus de conscience sociale, c'est ce que je nous souhaite pour 2017, espérant la fin d'un certain régime d'austérité. À voir les élans de générosité déployés par les Maskoutains et les Maskoutaines durant ce temps des Fêtes, on peut espérer que la moisson sera généreuse.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.