• Chroniques

Retour sur la fin du monde

Francis Plante

Le 21 décembre dernier et pour la 183e fois de son existence, la Terre a de nouveau été épargnée par une quelconque catastrophe qui aurait mis fin à son règne précaire. Pendant que les survivalistes étaient aux aguets et que la NASA était inondée de messages de gens terrifiés, l’économie mexicaine roulait à fond et les descendants des Mayas célébraient simplement la fin d’une ère. Déchronologie de ce cataclysme avorté…

Crédit photo : © F. Plante Sur le blogue de Pseudo-Science, Serge Larivée, professeur en psychoéducation de l'Université de Montréal,  déclare que « les émotions constituent un meilleur moteur de régulation sociale que la raison ».  Ainsi, la contagion émotive inhérente aux diverses formes de rituels suscités par des gourous charismatiques est un phénomène plutôt bien connu. De son côté, Mike Kropveld, d’Info-Sectes Montréal, prétend que la fin du monde annoncée en décembre a permis de fidéliser les adeptes de groupes sectaires. « Les gourous semblent en avoir tirés de bons profits, grâce notamment à la vente de séminaires ou de voyages ».  Dans un récent bulletin d’information, il ajoute que « c’était la première fois que les appels étaient aussi nombreux », notamment de la part de parents qui s’inquiétaient pour des membres de leur famille…

Mais qu'ont donc à dire ceux qui croyaient tant à cette apocalypse inéluctable au lendemain du jour J? Selon un concept élaboré par le psychosociologue Leon Festinger, l'individu en présence de cognitions incompatibles entre elles éprouve un état de tension désagréable. Dès lors, il peut mettre en œuvre des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif. L'une de ces stratégies consiste à modifier ses croyances, attitudes et connaissance pour les accorder avec la nouvelle cognition. Le concept de dissonance cognitive de Festinger s'appuie notamment sur l'étude d'une secte millénariste dont les membres prévoyaient la fin du monde pour une date donnée. Lorsque cette date arriva et que rien ne se passa, les membres de la secte ne se remirent nullement en question et transformèrent leur croyance en considérant que la Terre avait été sauvée grâce à leurs prières et qu'il fallait donc continuer…

© complex.com

Bon nombres de prédictions ont ainsi parsemées l’histoire et comme on s’en doute, aucune ne s’est accomplie. La toute première prédiction d’apocalypse bien renseignée est celle du Livre de Daniel dans l'Ancien Testament. Elle aurait été écrite aux environs de 167 av. JC à la suite de la profanation du Temple de Jérusalem par le roi Antiochos IV. Il y eu aussi le bogue de l’an 1000 avec le pape Sylvestre II qui a, semble-t-il, fait « freaker »  plus d’un fidèle avec l’idée que la fin du monde allait avoir lieu avec l’arrivée de cette date à trois zéro… Mais puisque peu de gens connaissaient vraiment la date à laquelle ils vivaient, je présume que ledit désastre annoncé a dû passer quelque peu dans le beurre! Il y eu aussi bon nombre de prédictions à caractère « scientifique » qui ont été prises plus au sérieux par la population. Plus rationalisées et basées sur des phénomènes observés, ces craintes étaient fondées sur le simple fait que l’univers est périssable. Des astéroïdes ont déjà détruit d’autres planètes et les dinosaures ont bien été exterminés! Avec un peu plus de crédibilité, comètes, météorites, tempêtes solaires ou trous noirs continueront donc d’alimenter les peurs au cours des décennies à venir. À cet effet, en 1997, la secte Heaven’s Gate croyait que le passage de la comète Hale-Bopp signalait la fin du monde. Ses membres ont commis un suicide collectif pour rejoindre un vaisseau spatial supposément caché derrière la comète et transportant Jésus…

Par ailleurs, pour ce qui est des fins du monde imminentes, il y aura mai 2014, date de « la vengeance du diable » pour la Kabbale ou encore 2029, année où un astéroïde doit s’écraser sur la Terre… D’ici-là, donnons-nous donc l’impression que tout ceci a du vrai et tentons donc de vivre comme si ce jour était le dernier!

 

Écrire un commentaire >

  • Re: Retour sur la fin du monde

    À propos de l'astéroide de 2029, tout danger est maintenant écarté. Les calculs faits depuis le 9 janvier, date à laquelle il a croisé l'orbite terrestre, ont démontré qu'il ne nous frappera pas ni en 2029, ni en 2036. Et zut pour une autre fin du monde... Mais bon, il nous reste un paquet d'autres possibilités!

  • Re: Retour sur la fin du monde

    Merci de nous rassurer camarade!

  • Ajouter un commentaire