• Chroniques

Je serai dans le bain avant vous !

Hache
Par Hache

Quiconque a des enfants à inscrire aux activités aquatiques à Saint-Hyacinthe connaissait jusqu’à l’automne dernier les longues files d’attente à la polyvalente Hyacinthe-Delorme. Les inscriptions se faisaient alors en ligne, c’est-à-dire, qu’il fallait «attendre en ligne».

Pour ceux qui ne l’on pas connue… comment la décrire cette file ? Voilà : un gros escargot dont le bout des antennes était arrivé dès 5h du matin pour être servi en premier, le milieu du corps à 7h et la queue – toujours insouciante – après 8h, moins d’une heure avant l’ouverture des inscriptions. Pour moi qui arrivait régulièrement entre 7 et 8h, l’attente durait jusqu’à 10-11h et je repartais à la fois soulagé et toujours un peu déçu de n’avoir pas pu inscrire mes enfants à des cours qui me permettraient de me rendre à la piscine qu'une seule fois dans la fin de semaine. Mais il y avait quelque chose de sympathique dans cette attente. D’abord, elle était juste d’une certaine façon, parce que qui que vous soyez, moyennement riche ou moyennement pauvre, pour avoir une place, il fallait se farcir les heures de piétinements. Ensuite, c’était l’occasion de bavarder avec des parents que vous n’aviez vu jusqu’à présent que dans l’eau ou croisé rapidement dans les vestiaires… Et puis le plaisir de grogner sur l’organisation des inscriptions : et pourquoi c’est pas plus pratique? et pourquoi c’est pas sur Internet? etc. Par contre, pour ceux qui n’avaient pas d’autre choix que de venir accompagnés des enfants qu’ils venaient inscrire, la matinée était moins drôle.

Et pour chacune des sessions, c’est à dire trois fois par an, tout était à recommencer.

Ph. Hache

Mais tout ça c’est du passé ! Le présent nous sourit et l’avenir est radieux parce que depuis l’automne les inscriptions se font en ligne, sur internet, «dans le confort de votre foyer», comme il est écrit sur la feuille informative.

Ce n’est plus un escargot, c’est un lièvre ! Ce n’est pas plus une promenade matinale en compagnie de 800 parents, c’est un sprint féroce. On se prépare la veille, on visite le site, on simule les inscriptions, on note les cours que nous voulons. Et le matin de la course, réveillé tôt par l’excitation (et par ses enfants, évidemment), on mange léger, car il ne s’agit pas de risquer une contreperformance pour une digestion malheureuse. Le service en ligne ouvre à 9h. (9 heures ! Comme au bon vieux temps de la Polyvalente, quand j’attendais avec un livre et un café froid.).  8h30, j’allume mon ordinateur, sors mes papiers, ouvre Internet ! Vais sur le site, révise la procédure, relis l’ horaire et vérifie les différentes options : si j’inscris la grande à telle heure et la petite à ce cours-là, l’une attendra l’autre en mangeant sa collation, alors je pourrais surveiller la grande qui s’habillera pendant que j’essuierai la petite et… le ciel sera bleu et le monde sera merveilleux à nouveau ! 8h45 : «Chérie, sors avec les enfants ! Tu vois bien que je peux rien faire si elles sont dans mes jambes !». Voilà, je suis seul, dans le silence de mon salon. Une tasse de café chaud à la main. Le café arrive dans mon estomac vide et fait suivre la caféine aussi rapidement que par intraveineuse. Je suis prêt.
8h55. J’actualise la page.
Ah ! Message : les inscriptions commencent dans 5mn ; on me demande d’être patient. J’actualise, j’actualise… 4mn! J’actualise. J’ai une petite pensée pour les personnes qui ont fait le site. Ils doivent être sur la brèche : leur programme va-t-il fonctionner correctement? Le serveur va-t-il pouvoir gérer toutes les requêtes des parents impatients? J’actualise. 3mn. Je sais que ce n’est pas raisonnable (J’actualise) et que c’est peut-être même contre productif, mais (J’actualise) je veux que mes filles prennent leur cours dans la même demi-journée, si possible en même temps et dans la même piscine. J’actualise. 1mn. Je souffle par le nez. Je ventile lentement, doucement ; faut pas que les nerfs lâchent juste avant le départ. Tiens, je vous donne mon truc : sur PC, pour actualiser c’est F5 ; sur Mac : Cmd+R. J’actualise : 1mn, toujours. C’est long parfois une minute. Une gorgée de café, j’ai plus de café ! Je ne peux pas me resservir maintenant, pas le temps. J’actualise, j’actualise, j’actualise : BINGO ! Une nouvelle page se charge :
« Vous êtes maintenant dans une salle d’attente virtuelle.
Veuillez rester en ligne pour conserver votre priorité d’accès.
Votre position dans la file est : 057
Temps estimé d’attente : heures : 00, minutes : 12, seconde : 43.»
Comment en l’espace de moins d’une seconde, 57 personnes ont pu me passer devant ?!  Tant pis, c’est pas grave. On doit être plus de 1000 à tenter l’inscription «dans le confort de votre foyer» ; 57 sur mille, c’est très bien. Je vais avoir mes inscriptions. Les 12 minutes 43 secondes ont-elle vraiment duré 12 minutes et 43 secondes, je ne saurais le dire. En tout cas, j’ai eu le temps de boire un autre café bien chaud dans une tasse bien pleine avant de quitter la salle d’attente virtuelle et de continuer la course à l’inscription. J’avais préparé des «copier» pour faire des «coller» à la saisi des informations sur mes filles (Je vous donne tous mes trucs, je suis gentil !) et j’ai finalement eu les cours que je voulais.

Une fois passé la ligne d’arrivée, j’étais en nage, avec un taux de caféine et d’adrénaline dangereusement élevé. Mais je jouissais du plaisir parfaitement égoïste de posséder le moyen matériel et l’habileté d’être parmi les gagnants. Je décidai pour remettre les compteurs à zéro de prendre un bon bain chaud. Pris de torpeur dans la moiteur chaude de la salle de bain, je promenais mon regard sur les jouets d’enfants qui encerclent la baignoire. Et mon esprit s’égara vers cette maman qui, à l’inscription d’automne était venue faire la file avec ses petits. Était-elle retournée cette fois encore s’inscrire à la PHD comme il était toujours possible de le faire?  Et comment font ceux qui n’ont pas d’ordinateur ou qui ne savent pas bien s’en servir? Et ceux qui n’ont pas de connexion Internet chez eux? Je ne regrette pas la longue et inconfortable attente à la Polyvalente. Je n’ai rien de mieux à proposer que l’inscription par Internet, il n'y a rien de plus juste, mais je déplore simplement l’iniquité de la solution trouvée.

 

Écrire un commentaire >

  • Re: Je serai dans le bain avant vous !

    L'idée de ton texte est très juste. D'autant plus que les cours de natation sont ceux dont le prix est le plus accessible à toutes les familles. Je regrette le temps, avant les inscriptions internet, où petits et grands suivant déjà des cours, avaient droit à une pré-inscription leur permettant de pouvoir assurément poursuivre leur cours à un grade plus élevé à la prochaine session. Ma fille a abandonné la natation après 2 échecs d'inscription. Elle était rendue à la médaille de bronze avec un bel avenir de sauveteur comme emploi étudiant. Quel dommage.

  • Re: Je serai dans le bain avant vous !

    J'ai déjà proposé au responsable de donner un privilège au famille qui on plus d'un enfant inscrit car la problématique est proportionnelle au nombre d'enfants inscrits. Plus tu as d'enfants de la même famille plus l'ouverture de l'inscription ce fait tôt mais bien sur il y aurait des abus mais bref, ce serait plus juste. Pour moi le problème ne ce pose plus mais je crois toujours en ce fonctionnement!

  • Ajouter un commentaire