• Chroniques
La ferme La Fille du Roy

Le monde des courges

Roger Lafrance

J'ai découvert la ferme La Fille du Roy lors de la journée portes ouvertes organisée par l'UPA au début de septembre. Quand on a été élevé sur une ferme, on reste toujours attaché au monde agricole. C'est un monde fascinant, d'abord parce qu'il a évolué à une vitesse fulgurante depuis 20 ou 30 ans. Ensuite, parce qu'aujourd'hui, les agriculteurs ne font pas que du lait, du porc ou de la grande culture. L'agriculture s'est diversifiée, à tel point qu'on n'en finit plus de découvrir de nouveaux produits.

photo : Roger Lafrance La Fille du Roy en est un bel exemple. Cette ferme du rang Saint-Simon à Sainte-Madeleine se spécialise dans la culture des courges, des artichauts et des cerises de terre. Tout le monde connaît les citrouilles (qui, dans les faits, sont souvent des potirons), mais les courges représentent un monde bigarré et constitué d'une multitude de variétés. Même si les courges sont de plus en plus populaires, bien des gens se demandent encore comment on peut les apprêter.

Rappelons tout d'abord que les courges font partie de l'héritage que nous ont laissé les Amérindiens, au même titre que le maïs et le sirop d'érable. C'est un fruit étrange, aux formes et aux couleurs variées et particulières. Certaines sont tellement bizarres qu'on se demande à quoi elles peuvent bien servir! Et d'autres ne sont que décoratives.

À La Fille du Roy, on peut les cueillir dans les champs. La ferme en cultive une vingtaine de variétés dont les classiques: citrouilles, butternuts, courges poivrées, musquées ou spaghetti. Sur le site Internet de l'entreprise (http://www.lafilleduroy.ca/), on en retrouve la liste exhaustive. 

photo : Roger Lafrance L'artichaut est aussi une plante fort étrange dans nos champs. En fait, on ne se doute pas qu'on puisse le cultiver sous un climat aussi froid que le nôtre. La ferme de Sainte-Madeleine réussit cet exploit. Lors des portes ouvertes, on y expliquait comment il faut cueillir le fruit à temps, avant l'apparition des fleurs qui, en passant, sont magnifiques.

L'entreprise les transforment en différents produits: marinades et tapenades vendues sur place. D'ailleurs, l'entreprise transforme une grande partie de ses produits: courgettes marinées, relish, salsas, marmelades, confitures ou vinaigres.

La visite à la ferme est fort agréable. En plus du kiosque où l'on peut déguster et acheter les produits, on peut aussi y pique-niquer et un labyrinthe est même aménagé dans le champs de maïs.

Bref, c'est tout un monde à découvrir. C'est aussi la preuve que l'agriculture, ce n'est pas juste du lait, des porcs ou de la grande culture.

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.