• Chroniques

Les vacances, qu’osse ça donne?

Alain Dumas

Alain Dumas, économiste

gazette.economie@gmail.com

Cette chronique a parue dans La gazette de la Mauricie, édition de juin 2017

www.gazettemauricie.com

 

Si les Québécois prennent plus de temps de vacances que le reste des Canadiens, bon nombre d’entre eux souhaitent tout de même en avoir davantage afin de passer plus de temps en famille et recharger les batteries.

Des études montrent qu’il est nécessaire de prendre des vacances et de décrocher complètement de son travail pendant plus de deux semaines. Sans quoi, cela affecte négativement la santé mentale et, conséquemment, l’efficacité au travail. C’est pourquoi le Conseil de la famille et de l’enfance revendique trois semaines de vacances après une année de service chez un même employeur. Les vacances dans le monde Au chapitre des jours de vacances offerts, le Québec, le Canada et les États-Unis font piètre figure dans le palmarès mondial. Alors que les pays scandinaves, la France et le Royaume-Uni offrent au moins quatre semaines de vacances obligatoires à tous, le Canada n’offre que dix jours de vacances payées, et les États-Unis aucune !

Quand on jette un coup d’œil sur le nombre d’heures travaillées dans le monde, le constat est à peu près le même. Les Canadiens, les Américains et les Japonais travaillent plus de 1 700 heures par année, alors que les Scandinaves, les Allemands, les Hollandais et les Français en travaillent moins de 1 500 par année. Mais, rappelons-le, travailler plus d’heures n’est pas synonyme d’efficacité économique.

Comme l’expose le tableau ci-dessous, la productivité par heure de travail est inversement proportionnelle au nombre d’heures travaillées par semaine. Autrement dit, au-delà d’un certain nombre d’heures de travail, on devient moins productif.

Heures travaillées par semaine et productivité (2015)

Sources: OCDE, HEC Montréal.En effet, une étude de l’Université de Stanford a démontré que la réduction du nombre d’heures de travail, passant de 8 à 7 heures par jour, donc de 40 à 35 heures par semaine, est bonne pour la productivité.

Des vacances insuffisantes nuisent à la productivité. D’ailleurs, près du quart des Québécois se disent dé- primés de revenir au travail après leurs vacances. Le journal Les Affaires rapportait les propos de Luc Brunet, spécialiste de la psychologie du travail, selon lesquels « 25 à 30 % des travailleurs québécois souffrent de problèmes psychologiques tels que l’épuisement professionnel, la dépression, le stress ».

Au Japon, pays où le nombre de jours de vacances est le plus bas au monde, le gouvernement a voté une loi qui oblige les travailleurs à prendre des vacances et à limiter les heures de travail.

Les vacances et leur durée consécutive sont donc essentielles au bien-être humain. En effet, l’indice du « Vivre mieux », proposé par l’OCDE, montre que les pays qui accordent plus de vacances et de temps en conciliation travail-famille arrivent en tête de peloton.

Bonnes vacances !

Galerie

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.