• Chroniques

André Gilbert : Découvrir l’histoire… par les factures

Roger Lafrance

Y a-t-il plus passionné qu’un collectionneur ? Un collectionneur non passionné, c’est aussi rare qu’un hiver sans neige !

André Gilbert est vraiment un passionné. Il ramasse un peu de tout, mais ce qui l’intéresse surtout, c’est l’histoire de Saint-Hyacinthe, ou plutôt l’histoire de nos commerces, autant ceux qui sont disparus que ceux qui ont traversé les décennies malgré vents et marées.

Lorsque Mobiles l’a rencontré à l’Association des numismates et philatélistes de Saint-Hyacinthe, il y avait sur sa table de gros cartables consacrés à la Banque de Saint-Hyacinthe (eh, oui ! Il y a déjà eu une banque à ce nom) et à la Compagnie de biscuits de Saint-Hyacinthe. Ces cartables renfermaient des photos, des articles de journaux, des publicités, des contrats notariés et des factures.

« Les factures font partie de notre patrimoine, explique André Gilbert. L’histoire de nos commerces, c’est aussi l’histoire de Saint-Hyacinthe. J’ai des factures qui remontent à 1850. Certaines sont de toute beauté. Elles permettent de voir l’évolution des commerces à Saint-Hyacinthe. » Photo : Roger Lafrance Car le champ de prédilection d’André Gilbert, ce sont les factures commerciales. Chez lui, il a accumulé une vingtaine de ces cartables remplis à ras bord de factures de toutes sortes, sur différents commerces de Saint-Hyacinthe. Mais quel est l’intérêt de sauvegarder des papiers que la plupart passeraient à la déchiqueteuse ?

« Elles font partie de notre patrimoine, explique-t-il. L’histoire de nos commerces, c’est aussi l’histoire de Saint-Hyacinthe. J’ai des factures qui remontent à 1850. Certaines sont de toute beauté. Elles permettent de voir l’évolution des commerces à Saint-Hyacinthe. »

Ces factures recèlent beaucoup plus d’informations qu’on pourrait le croire. En les feuilletant, on découvre des pans de notre histoire : les produits ou services que les gens achetaient ou fabriquaient, leurs coûts, l’adresse des commerces, les habitudes de consommation de l’époque, etc. Bref, c’est la vie quotidienne des gens qui s’étale sous nos yeux.

    André Gilbert est trésorier de l’Association des numismates et des philatélistes. L’organisme existe depuis 1954 et compte plus de 60 membres bien actifs. Chaque mois, ceux-ci se retrouvent aux Loisirs La Providence pour échanger et présenter leurs collections. Puis, deux fois par année, l’organisme tient une grande exposition qui réunit de nombreux autres collectionneurs et antiquaires provenant d’un peu partout au Québec. La prochaine exposition aura lieu les 16 et 17 avril, toujours aux Loisirs La Providence.

Les collectionneurs se passionnent de tout. Lors de notre rencontre, sur les tables voisines, il y avait des passionnés de généalogie, d’autres qui ramassent des cendriers commerciaux, des badges de policiers, des figurines, sans oublier bien sûr les timbres et pièces de monnaie anciennes.

Mais comment expliquer une telle passion ? « C’est une maladie ! répond André Gilbert, en toute franchise. J’aime le patrimoine et je collectionne depuis l’âge de 15 ans. Je cours les encans, je ramasse plein de choses, parfois même dans les poubelles ou les conteneurs. Beaucoup de gens aussi m’apportent leurs documents. »

L’un de ses plaisirs est aussi de présenter ses collections, de raconter ce qu’elles représentent et aussi, au contact des visiteurs, d’en apprendre davantage. Il regrette que Saint-Hyacinthe n’ait pas son musée d’histoire où ces objets pourraient être présentés en permanence aux visiteurs. Malheureusement, il semble encore loin le jour où Saint-Hyacinthe pourrait avoir son propre musée.

Ces factures, qu’il ramasse avec tant de passion, peuvent sembler bien anodines, mais à leur façon, elles renferment l’histoire de Saint-Hyacinthe, la petite histoire, celle qui a façonné nos rues et nos immeubles. Une histoire qui mérite d’être préservée.

 

 

Écrire un commentaire >

  • Re: André Gilbert : Découvrir l’histoire… par les factures

    Nous avons retrouvé des factures dans les archives de notre commune de Latillé (86190) et nous produisons une exposition sur le thème de la facture au cours des deux derniers siècles pendant les deux jours des journées du patrimoine. Je pense que l'étude des factures permet de mieux comprendre la gestion de nos municipalités et par ailleurs concourt à la connaissance de l'environnement commercial. Michel Allery Président de l'association précitée dans l'en tête

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.