• Chroniques
Steve St-Germain

Les livres, pour comprendre le monde

Roger Lafrance

Quand on entre dans la Librairie St-Germain, on reste d’abord saisi par la petitesse des lieux, puis un moment plus tard, par le nombre et la qualité des livres qu’on peut y trouver. Parmi eux, peu de best-sellers, mais beaucoup de livres rares et des livres essentiels sur une panoplie de sujets.

Steve St-Germain se définit comme un libraire social. Ce qui l’intéresse, ce ne sont pas simplement les livres, mais les rencontres à sa librairie. Photo : Nicolas Humbert Steve St-Germain n’est pas un libraire comme les autres. Il suffit de bavarder un instant avec lui pour qu’il nous emmène sur des terrains inconnus, en dehors des sentiers battus. Pour lui, le livre est presque secondaire, c’est l’humain qui l’intéresse.

« Ce qui est merveilleux avec la librairie, c’est qu’elle me permet de rencontrer toutes sortes de gens, a-t-il confié à Mobiles. C’est un lieu de rencontre extraordinaire. Il n’y a pas de prix pour cela. »

Mine de rien, Steve St-Germain en est à sa troisième librairie à Saint-Hyacinthe. C’est en 1994 qu’il a ouvert sa première boutique rue Mondor. Il l'a ensuite déménagée rue des Cascades, près du pont Barsalou, mais l’incendie qui a détruit l’immeuble par la suite a emporté tout le commerce. Quelques années plus tard, il s'est installé coin des Cascades et Concorde, l’une des intersections les plus achalandées du centre-ville.

Il a 18 ans lorsqu’il passe la porte d’une première librairie d’occasion à Sherbrooke. Il y découvre non seulement le monde du livre, mais aussi tout ce qui fait le charme d’un vrai bouquiniste.

« J’ai découvert les conversations qu’il y avait sur place. J’ai aussi connu des auteurs, les classiques. J’ai pris conscience que chaque livre a une clef, une clef pour mieux comprendre le monde. »

Il se définit d’ailleurs comme un libraire social. Sa librairie est d’abord et avant tout un lieu de rencontres. Elle n’est pas qu’un lieu où l’on vend des livres.

Elle attire des connaisseurs de toutes sortes, des amateurs de livres anciens, des passionnés sur un sujet ou d’autres qui cherchent simplement à être séduits par un livre. Le tiers seulement de sa clientèle est local. Les autres viennent de partout.

Il vend des livres usagés que lui apportent des lecteurs, mais aussi du neuf, notamment des ouvrages qui ont de petites imperfections, et des livres en solde, qui viennent de France et qui ont été peu distribués ici. Parmi eux, on trouve un bon nombre de petits bijoux.

Quels livres l’ont le plus influencé? La question l’embête un peu. Il cite d’abord quelques auteurs comme Henry Miller, Ionesco ou le philosophe Stéphane Lupasco, mais ces quelques exemples sont trop limités. En fait, Steve St-Germain s’intéresse à tout. Ses livres sont une porte ouverte sur la connaissance, sur le monde, sur l’humain. Pour lui, un livre peut à lui seul défaire toutes nos croyances, amener un nouveau point de vue.

On ne peut s’empêcher de lui demander si le livre est aujourd’hui dépassé face à l’électronique.

« On publie depuis 1455!, m'a-t-il rétorqué. Au contraire, les livres qui ont la cote la plus haute sont les livres anciens. Le livre électronique est très polluant. Les portables, avec tous les produits qu’ils contiennent, affectent la santé de bien des gens dans le tiers-monde lorsqu’on s’en débarrasse. »

 

Écrire un commentaire >

  • Re: Les livres, pour comprendre le monde

    Ou est votre boutique a st-yacinthe? Merci!

  • Re: Les livres, pour comprendre le monde

    bonjour monsieur St-Germain Voua avez une autre flèche dans votre carquois: vous accrochez des œuvres d'art sur vos murs et parfois vous les vendez. Je suis encore enchantée de mon Kitty Bruneau. Merci de la qualité de votre présence et de votre aura . G. Thibault

  • Ajouter un commentaire