• Chroniques

Je suis fière de toi, m’man

Françoise Pelletier

On vient de terminer l’écoute du film Dérives, et t’es retournée chez toi.  Ça vas-tu, m’man ? que je t’ai demandé avant que tu partes. Oui, ça va là, m’as-tu répondu. Ça brassé pas mal de chose ce film là, mais ça va. Tu le sais, hein m’man que je suis fière de toi ?

Fière d’être ta fille, aussi. Cet été tu as fait partie des 3400 arrêtéEs du Printemps érable. Tu l’as été parce que tu as eu le courage de sortir et d’aller manifester aux côtés de centaines d’autres pour dénoncer la loi spéciale et les fins de non-recevoir du gouvernement. ‘’Manifestement’’, ça dérangeait et toi aussi tu as été victime des abus policiers. Avec tes collègues, vous vous êtes faites demander de façon méprisante pourquoi vous étiez pas couchées par un policier qui avait plus l’air d’un soldat armé pour la guerre que d’un gardien de la paix.  Comme tu as chanté, toi qui chante tout le temps, tu t’es fait dire : ’’t’as fini de chanter toé’’ en te faisant menotter… C’était mal te connaître, toi qui as chanté pendant tout le long des arrestations de la prise en souricière aux longues attentes menottés dans les autobus-prisons…

Tantôt, quand on a fini d’écouter Dérives, tu m’as dit que tu t’étais sentie seule… Et impuissante. On a jasé un peu… On s’est dit que dans le fond ce film-là redonnait la parole aux personnes qui ont été victimes de brutalité policière.  Qu’il nous donnait aussi la possibilité de signer une pétition pour exiger une enquête indépendante sur la brutalité policière au gouvernement. Qu’il servirait aussi à sensibiliser les gens, à les éveiller sur cette partie de la réalité qui n’est pas montrée aux nouvelles du soir…

Et bien je veux te dire encore une fois à quel point je suis fière de toi.  Fière du geste que tu as fait alors de dénoncer publiquement les abus du gouvernement et de ses petits soldats et fière de ta résistance chantée lors de ton arrestation. Triste que tu te sois sentie seule et impuissante, mais heureuse que tu me l’aies partagé.  Tu le sais, m’man, toi qui œuvre auprès de femmes victimes d’agressions sexuelles que ce qu’on a à faire pour se sortir des situations d’abus c’est de prendre la parole. C’est ce que tu as fait alors, et c’est ce que tu m’as transmis. C’est aussi ce que je fais aujourd’hui. Je partage du mieux que je peux tes mots, ton histoire parce qu’elle est vraie, parce qu’elle me touche, et parce que comme Dérives, j’espère qu’elle fera sentir les personnes qui ont vécu la brutalité policière moins seules. 

Merci m’man.

Écrire un commentaire >

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    oui Bravo Maman!!!

  • avatar

    Re: Je suis fière de toi, m’man

    Bravo à toute la famille !

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    Touchant témoignage, je suis fière de vos deux !

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    Bel exemple de courage...Puisse-t-il se propager parmis les indécis...

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    Bravo ! Très beau texte aussi!

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    comme il est rafraîchissant d'entendre des témoignages de personnes engagées comme vous ... Merci.

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    je suis père et aussi été arrêté mais moi ... je ne chante pas j'ai pas cette classe ... je crie

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    À suivre: le 19 mars, veille du printemps, action symbolique en appui à une demande formulée par plus de 60 organisations, pour la tenue d'une enquête publique et indépendante sur les agissements de la police lors de la grève étudiante et du Printemps érable.

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    Un merci tout spécial aux Mères en Colère et Solidaires pour leur témoignage et aux Infirmiers/Infirmières Contre la Hausse pour leurs secouristes. Je persiste à dire que, sans leur présence et leur intervention, on aurait facilement eu plus que des blessés graves à Victoriaville, le 4 avril 2012. J'ai eu le "privilège" d'avoir Mme Suzanne Bilodeau comme camarade de cellule à Gatineau. Quelle grande dame gentille et généreuse de son soutien aux autres arrêtés... Nous étions 14, dans cette cellule, jeunes et moins jeunes, à chanter pour protester. Je ne pourrai pas de sitôt oublier cette solidarité, en ce 19 avril 2012, malgré les évènements traumatisants qui nous ont liés, je ne regrette pas une seconde d'avoir été arrêtée pour le seul crime de ne pas m'être enfuie pendant que je le pouvais encore. Simplement pour l'hospitalité des gens de l'Outaouais qui nous attendaient avec des acclamations à notre arrivée à Gatineau et des vivres à la sortie du poste de police, je considère que le sacrifice en valait la peine.

  • Re: Je suis fière de toi, m’man

    Incroyable, j'en suis vraiment chamboulé...! Bravo, maman!

  • Ajouter un commentaire