• Chroniques

Oppressée

Françoise Pelletier

Avez-vous bien soupé de la charte ? Je pense qu’on en a probablement  toutes et tous fait une sacrée indigestion. Personnellement, le bout qui me reste sur l’estomac c’est que jamais le féminisme n’aura autant servi ‘’d’arme de guerre’’à des camps opposés qui ne me convainquent pas du tout qu’ils sont réellement en faveur de l’égalité hommes-femmes et d’abattre le patriarcat.  Je pourrais bien disserter longuement sur le sujet, mais non. J’ai décidé moi itou de joindre un clan, et de m’en servir, pour faire partie de la gang. En fait, non. J’ai décidé de sortir d’une gang pour me libérer des lignes de pensées prescrites et qui me rendaient malade, oppressée.

Les inclusifs… Pas que j’en ai jamais vraiment fait partie, mais il semblait que c’était ça qui avait la cote avec mes amiEs progressistes et puis que si tu en faisais pas partie, ben tu faisais partie de l’autre gang : les exclusifs. Comme exclusif ça sonnait comme le cul, j’ai laissé faire. Mais là, je suis tannée en tabarnak. Tannée parce que tout le monde dit qu’il est plus féministe que le pape ( !?). Pis que là-dedans, j’ai pas encore dit ce que j’en pensais . J’étais pas game. Là, je le suis. Au yâble, comme diraient les ceux qui croient.

Alors, là où je me suis pompée ben raide, à part l’utilisation éhontée du féminisme par les « contre » et les « pour »  la charte, c’est les histoires de féminisme ‘’nouveau’’. Grossièrement expliqué (chu bonne là-dedans) ce que j’appelle féminisme nouveau c’est tout ce qui relève du féminisme intersectionnel et queer. Le premier se fait un point d’honneur de faire en sorte que l’analyse féministe tienne compte de toutes les oppressions des minorités, tel que le fait qu’une femme peut dealer en plus avec le fait qu’elle est noire, lesbienne, handicapée, etc. Le deuxième, le féminisme queer, c’est ni plus ni moins que la négation des genres, genre. Ça revient à dire qu’il ne devrait pas y avoir de différences entre les hommes et les femmes et que ces différences sont construites socialement, et sont souffrantes et diminuantes pour les hommes comme pour les femmes. Ben d’accord avec le principe. Sauf que la différence qu’il y a, elle est là : ce sont encore et toujours les femmes qui paient de leur santé, de leur intégrité physique, et de leur vie le fait qu’elles soient femmes... Je serai donc tout naturellement pour les queers le jour où les femmes seront à égalité avec les hommes, et qu’on pourra toussEs travailler à combattre les stéréotypes de genre.

Genre.

Et bien franchement, plus ça va, moins ça va côté intersectionnalité et autres affaires dites féministes de nouvelles vagues, Queers, etc. M'as vous en faire, moi, des nouvelles vagues. Ce que ceux et celles s’en réclamant appelez de l'intersectionnalité, c'est la même patente que les ''humanisss'' me servent en me disant que je ne devrais PAS être féministe. C'est à dire: que tout est important, que ce mouvement est inclusif, que les luttes doivent faire front commun pour le bien de l’humanité entière, bla bla bla... Ben à faire les humanisss pis les intersectionnels, à diluer le féminisme en dose homéopathique, là, on y sera encore dans des siècles. Bien sûr, on aura tout fait avancer un petit peu: on est de même, nous autres, les fâââââmes. On prend toute pis tout le monde en dessous de nos bras. Ben le féminisme intersectionnel, là, pour moi c'est ça. Je sais que je ne fais pas plaisir à une grande gang d'entre vous, et ça m'est complètement ''égal''. Genre. Genre égal, genre queer, genre intersectionnel, genre toutte est dans toutte, pis toutte c’est comme rien.

Non pas que je m’oppose aux droits de toutes les minorités opprimées, non. Je suis pour toutte ça, pis la lutte à l’homophobie, les luttes au racisme, etc. Mais là, je vais vous dire un truc. Genre.  La lutte au racisme et à l’homophobie, elle est clairement en avance dans le monde, là, ne serait-ce que parce que les lobbys anti-homophobes et anti-racistes sont organisés (entendre genre pas dilués avec deux mille autres combats). Par exemple, ici, au Canada, nous avons des lois qui défendent clairement  les minorités contre la propagande haineuse raciste et homophobe.  Or, est-ce que la propagande haineuse contre les femmes l’est, elle ?

Nope.

Est-ce que les luttes glorieuses intersectionnelles des hommes et femmes anti-raciales et anti-homophobes ont aidé la cause des femmes et des féministes ? Nope. Parce que les lobbys anti-racistes et anti-homophobes, eux, se sont centrés sur leur cause première, à savoir la légitime défense de leurs droits. Et ils ont obtenus gain de cause devant les tribunaux au Canada. Les femmes, eux-autres ? Nope. Pourtant, de minorité, franchement, on peut pas dire qu’on est pas nombreuses à y être, là. Quoi, la moitié de l’humanité, genre ?

Tirez-en vos propres conclusions, moi je suis trop fatiguée pour vous l’expliquer plus avant, là. Me sens ben juste oppressée…

En terminant, en tant que féministe, pensez-vous que je suis contre la vertu ? Pensez-vous que les droits des gens dont la vie et la liberté d’être, de croire et de penser ne me tiennent pas à cœur ? Nope. Ça me tient très à cœur. Et c’est pour ça que j’aimerais qu’on commence toutes et tous à s’occuper de nos culs. Oui, s’occuper de nos culs, les organisations féministes s’occuper de l’égalité homme-femme, et les autres de leurs aussi justes luttes.  À force de diluer les luttes, on ne fait plus rien. Rien n’avance. Cela ne veut pas dire que nous ne devions pas unir le plus souvent nos forces avec toutes les autres minorités afin de combattre toutes les injustices, plus fortes et forts, ensemble… Mais franchement, commencer à appeler féminisme les luttes de toutes les oppressions qui touchent les femmes (et les hommes, d’ailleurs…) c’est non seulement pas aidant pour personnes, mais c’est reculant pour toutes… C’est si simple, au fond, le féminisme… C’est souhaiter l'égalité hommes-femmes en luttant contre le patriarcat qui est la source des inégalités. Ça ne saurait se plier à d’autres contingences de luttes, aussi nobles soient-elles…

Au plaisir de se retrouver entres femmes, de toutes les couleurs, de toutes les orientations sexuelles, de tous les genres, de partout, afin de pourfendre ensemble le patriarcat.


Reconnaissons-nous et donnons-nous le droit d’être femmes et de marcher ensemble…

signée moi qui n’accepterai plus jamais de ne plus dénoncer ce qui m’apparaît être un recul pour les femmes.  Signée moi, femme, blanche, occidentale. Et qui s’en contre-câlisse dorénavant que vous la traitiez d’occidentale blanche bien-pensante et exclusive.  Bisous.

Écrire un commentaire >

  • Re: Oppressée

    Je crois effectivement que cette ''patente à gosses'' qu'est l'intersectionnalité est presque aussi pire pour les femmes que le patriarcat. Et si je ne m'abuse, c'est une invention féminine. Faut faire gaffe, les ennemis sont vraiment partout.

  • Re: Oppressée

    Comment peut-on aider les femmes dans leur lutte pour l'égalité quand on se desteste en tant que blanche, occidentale, hétérosexuelle et de classe moyenne. L'intersectionalité se drappe de voile pour ne pas voir celui qui sert de prison aux femmes vivant sous la religiosité patriarcale. Quand la religosité patriarcale aura pris le dessus sur les lois civiles et laiques, il sera trop tard pour les inersectionalistes afin de se rendre compte qu'elles sont proches de la guillotine. L'homosexualité est condamnée par toutes les religions mais repectée et reconnue par la laicité sans qualificatif au nom de la liberté de conscience non permise par toutes les religions. Une nord-africaine blanche,hétérosexuelle, de classe moyenne et héritiere de Huda Sharawi

  • Re: Oppressée

    ...Genre... ~ :)

  • Re: Oppressée

    LOL. Ton féminisme est meilleur que celui des autres, on l'a compris.

  • Re: Oppressée

    Enfantin

  • Re: Oppressée

    Je tombe sur ce texte plein de maturité et j'aime. Juste et actuel. Vrai et réfléchi. Merci.

  • Ajouter un commentaire