• Chroniques

Bercail : La production d’ail comme projet de retraite

Roger Lafrance

Pour certains, la retraite, c’est le golf ou le VR pour passer l’hiver dans le sud. Lucie Forcier et Pierre Lazure, quant à eux, entendent consacrer leur retraite à la culture de l’ail sur leur petite ferme de Saint-Louis.

Pourtant, rien ne les prédisposait à devenir producteurs agricoles. Ils travaillent tous les deux comme informaticiens pour de grandes entreprises de Montréal.

« C’est le meilleur des deux mondes, confie Lucie Forcier, sur un ton enthousiaste et passionné. On passe la semaine assis à nos bureaux et, la fin de semaine, on décroche complètement en travaillant au grand air. »

C’est en 2009 qu’ils acquièrent une fermette à Saint-Louis. Pour Lucie, c’est un retour au bercail, elle qui a grandi sur une ferme de Saint-Aimé. La fermette, c’est d’abord une maison secondaire à la campagne, mais aussi l’idée un peu floue de partir une production à leur retraite.

Avec une récolte de 22 000 plants, Lucie Forcier et Pierre Lazure ont dû aménager un espace pour sécher leur production de façon naturelle. Photo : Roger Lafrance

Quand elle perd son emploi en 2013, elle se dit que l’occasion est idéale pour explorer les possibilités de ce fameux projet de retraite. « On cherchait un légume qu’on pourrait cultiver les fins de semaine, à cause de nos emplois respectifs, et qu’on pourrait ensuite faire à temps plein à la retraite », résume-t-elle.

C’est son frère qui la met sur la piste de l’ail, car il la cultive déjà à Saint-Aimé. Ne faisant rien à moitié, Lucie Forcier consacre alors ses deux années sabbatiques à monter son projet. Elle consulte le CLD Les Maskoutains, suit des cours à l’ITA et en entrepreneuriat, et consulte des producteurs, dont les propriétaires de la ferme La Récolte d’Osiris, spécialisée dans la production de fines herbes bios.

Leur première production fut de 5000 gousses d’ail plantées à la main. Depuis, elle n’a cessé de croître. Cette année, la ferme Bercail a récolté 22 000 plants d’ail ! Tout ça à temps partiel, car Lucie et Pierre travaillent toujours à temps plein durant la semaine.

Culture bio

La culture de l’ail se fait sur une rotation bien précise : plantation des gousses à l’automne avant de les recouvrir de paille pour les protéger des grands froids de l’hiver, récolte des fleurs d’ail à la fin de juin, puis des plants, en juillet, pour un séchage naturel durant un mois. Leur culture est biologique. Entre les productions, ils attendent cinq ans avant de replanter au même endroit, enrichissant la terre de diverses plantes (avoine et sarrasin, entre autres).

Depuis quelques années, les Québécois redécouvrent l’ail du Québec. Pendant des décennies, l’ail, dans les épiceries, provenait de la Chine. L’attrait pour les produits du terroir a incité plusieurs producteurs à la cultiver. Aujourd’hui, pas moins de 150 producteurs s’y adonnent, dont quelques-uns dans la région maskoutaine.

« L’ail du Québec ne se compare pas, indique Lucie Forcier. C’est un produit de qualité qui n’a pas le même goût que celui de la Chine et qui se conserve beaucoup plus longtemps. »

Bercail s’inscrit aussi dans cette mouvance de petits producteurs qui viennent enrichir et diversifier le tissu agricole de la région. « Les petits producteurs comme nous n’ont pas besoin de 1000 arpents pour être rentables, déclare Lucie Forcier. On a seulement besoin de petites parcelles de terre qui, souvent, sont peu propices à la grosse machinerie. Pour des producteurs comme nous, ces petites parcelles, c’est le bonheur. »

Même si leur retraite ne s’amorcera véritablement que dans quelques années, le couple a déjà les deux pieds dans leur projet de retraite. Leurs enfants les considèrent un peu fous de « travailler » autant en dehors de leur travail régulier, mais eux n’échangeraient pas leur projet pour rien au monde, et certainement pas pour un VR ou le golf.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire