• Chroniques

Louis Graveline : 44e rentrée au Club de judo de Saint-Hyacinthe

Sophie Brodeur

Louis Graveline me cite Confucius : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Pour lui, cela explique le grand enthousiasme avec lequel il entame sa 44ème année avec le Club de judo de Saint-Hyacinthe. Il ne travaille pas, il s’amuse!

La première fois qu’il a enseigné le judo, Louis s’est découvert un talent pour l’enseignement qu’il a considéré comme un don. Et ce don, il le cultive depuis ce temps en lisant, en échangeant, en observant, en cultivant sans cesse sa curiosité. Pour demeurer à l’avant-garde, il est toujours à la recherche de l’amélioration, qu’elle provienne d’une nouveauté ou d’une sagesse ancienne oubliée. C’est pour lui une nécessité inhérente à la vie.

UN PREMIER COURS

Dans ses cours, il préconise la variété puisqu’il croit que la routine amène l’ennui. « Par exemple, je dis à mes élèves : si tout le monde réussit  à « tenir ses biscuits » (à tenir son menton collé sur sa poitrine pour éviter que sa tête heurte le sol),  le prochain cours sera un cours de jeu. » Pour les jeunes enfants, il croit que l’objectif doit demeurer à court terme pour les encourager à acquérir les habiletés de base qui vont lui permettre  d’évoluer vers autre chose avec eux.

Pour Louis Graveline c'est une 44e rentrée au Club de judo de Saint-Hyacinthe J’ai observé le premier cours de soir de la saison, à 18 h mercredi dernier. Les enfants, dont plusieurs nouveaux, ont entre 6 et 9 ans. « Hajime», dit Louis et les élèves, à tour de rôle, prennent leur élan et tentent de sauter entre les trois ceintures étendues au sol sans les toucher. L’écart entre les ceintures augmente à chaque tour.

« À la fin, les ceintures vont être très éloignées, et si vous réussissez à arriver dans la zone rouge, vous ferez partie de la confrérie des écureuils volants! » Tout le monde rit, car la distance indiquée est impossible, sauf si vous savez voler. Une petite fille qui court à pas de géants gagne la compétition et tout le monde l’applaudit.

Louis explique les rudiments du judo, le salut, les mots japonais qu’il utilise. « Tous les enfants devraient faire du judo, croit-il, ne fut-ce que pour apprendre l’habileté de bien tomber. Le judo développe la force, la coordination, l’intelligence par le jeu, la discipline et a l’avantage d’être un exutoire sain. »

UN PROFESSEUR APPRÉCIÉ

Les mots qui reviennent quand je demande à certains de ses élèves de décrire Louis sont les mêmes : passionné, persévérant, ferme, bienveillant. « Quand tu te rends utile et que tes compétences sont appréciées, il y a un retour d’amour », dit Louis.  Je le regarde avec son deuxième groupe de la soirée. Tous les élèves sont assis le long du dojo. Plusieurs sont des anciens qui portent leur judogi. Il les passe un par un et les appelle par leur nom. Rares sont ceux qu’il a oubliés. J’ai bien l’impression que l’attachement, ici, est aussi grand d’un bord que de l’autre.

Écrire un commentaire >

  • avatar

    Re: Louis Graveline : 44e rentrée au Club de judo de ...

    Dès mon entrée comme journaliste au Courrier de Saint-Hyacinthe, en 1980, je voyais défiler des photos de Louis Graveline qui présentait ses élèves ayant obtenu des succès. Je ne sais pas combien de jeunes Maskoutains et Maskoutaines ont bénéficié de ses enseignements basés sur le respect de l’autre, mais chose certaine, la ville de Saint-Hyacinthe devrait souligner, d’une façon ou d’une autre, sa contribution éducative de longue date. Merci de mettre en lumière cette contribution.

  • Re: Louis Graveline : 44e rentrée au Club de judo de ...

    Élève de Louis depuis plus de 23 ans, quand il parle de "tenir ses biscuits", je sais ce que ça représente. Victime d'une sévère chute en patins à glace l'hiver dernier, si ne n'avais pas "tenu me biscuits", je n'ose penser à ce qui serait arriver à mon crâne : malgré que ma tête n'aie jamais toucher la glace, j'ai subi une grave commotion cérébrale. Ça peut donner un idée de la force d'impact. Le judo sert à se défendre... tout d'abord contre les chutes!

  • Ajouter un commentaire