• Culture

Adorables petits monstres

Anne-Marie Aubin

Pour certains l’été est le moment de déménager. Plusieurs familles bougent, changent de ville. D’autres ne déménagent pas, mais doivent occuper les enfants qui sont en vacances jusqu’en septembre. Les camps de jour sont tout désignés pour occuper la marmaille pendant l’été.

Agathe et la campagne

Agathe prend plaisir à vivre auprès des animaux de la ferme, à manger les fruits et légumes du potager, à jouer dans les prés, bref elle adore la campagne. Un jour, pour une raison qu’on ne connaît pas, son papa lui apprend qu’ils vont déménager à la cité dans une tour de douze appartements. La petite ne veut pas déménager, jamais elle ne quittera sa campagne : «Agathe reste bouche bée. Elle est dévastée .»

On ne quitte jamais tout à fait

Voyant ses parents accumuler les cartons, Agathe a une idée. Puisqu’elle aime tant la campagne et ne veut pas la quitter tout à fait, elle en fera provision. À la manière de l'arche de Noé, elle choisit d’apporter dans ses cartons un peu de tout. Le lundi, en secret, elle quitte la maison et cueille les plus belles pierres au bord de la rivière.  Le mardi elle attrape un triton. Le mercredi, des canetons, et ainsi de suite jusqu’à dimanche : «Les déménageurs sont surpris quand arrive le jour du départ. Jamais ils n’ont vu de paquets aussi bizarres.»

Valérie GalarneauLa voilà donc en ville, au logis, dans la rue, à l’école… avec toute sa campagne!

Comme le dit le dicton bien connu : on peut sortir Agathe de la campagne, mais on ne peut pas sortir la campagne de la petite. Isabelle Malenfant illustre avec talent tout l’imaginaire d’Agathe créé par Valérie Galarneau. On nous présente d’abord la verte campagne s’opposant à la grisaille de la ville. Crayonnés, pastel, aquarelle rendent avec menus détails l’univers magique des enfants. Le thème du déménagement difficile d’Agathe prend une tout autre tournure lorsque la campagne envahit le décor urbain.

 

Passer l’été au camp de jour

Lorsqu’arrive le congé scolaire de l’été, les parents doivent occuper les petits.  Plusieurs jeunes s’inscrivent au camp de jour de leur municipalité. Les étudiants moniteurs les occupent à diverses activités : bricolage, baignade, sports, randonnées…  

Voilà le thème du dernier album de Robert Soulières, auteur reconnu pour son humour, ses jeux de mots, ses interventions auprès de ses lecteurs. D’ailleurs en page de titre on peut lire : "Texte et commentaires de Robert Soulières." 

Nous sommes lundi, premier jour de Maélie au camp de jour. Comme au premier jour à la garderie ou au premier jour d’école, certains enfants résistent : «- Je ne veux pas rester ici, crie Maélie à pleins poumons. Je veux m’en aller avec Papa.»

L’illustrateur Philippe Germain nous présente Maélie (ce vilain petit canard) qui boude seule en pleurant au milieu de la pièce complètement inondée par ses larmes où nagent des canards.  Ensuite Maélie se pend aux pantalons de son papa avec tant de vigueur qu’il en perd ses sous-vêtements. Pleins de petits détails cocasses feront sourire les enfants et témoignent de façon expressive des sentiments de chacun.

Outil indispensable pour les moniteurs et monitrices de camps

EXCLUSIF! Robert Soulières devant sa résidence à Paris. (Photo : © Maélie)Julie, la monitrice à la patience d’ange, essaiera en vain de la distraire, lui proposant une histoire, du bricolage, jeux de sable…. Maélie trouve toutes sortes de tours, mensonges pour ne pas participer, elle nuit au groupe et nous exaspère!

En bas de page, certains phylactères livrent les commentaires de l’auteur qui s’adresse aux parents en quelque sorte : «Devinez combien Julie a de tours dans son sac et courez la chance de gagner un voyage à Paris avec nulle autre que… Maélie!»

Finalement, à la fin de la journée, Maélie ne veut plus partir, au grand étonnement de tous. Si vous n’avez pas, comme Julie, avalé des vitamines de patience pour négocier avec les petits enfants rois, utilisez cet album et les Maélie n’auront qu’à bien se tenir. Sourires et vengeances garantis.

Valérie Galarneau. Agathe à la campagne. Illustrations d’Isabelle Malenfant. Éditions de la Bagnole, 2014, 32 p.

Soulières, Robert. Maélie au camp de jour. Illustrations de Philippe Germain. Éditions de la Bagnole. 2014,24p.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire