• Culture

CLUB DE LECTURE JEUNESSE

Semaine 05 décembre
Anne-Marie Aubin

J’invite tous les lecteurs et lectrices à participer à ce tout nouveau club de lecture virtuel du journal MOBILES. 

Dans les prochaines semaines, je vais proposer une série de lectures du lundi au vendredi. 

Les textes seront variés : albums, romans, documentaires, bandes dessinées. Vous êtes invités à lire les chroniques et les livres dont il est question. 

Par la suite, vous pouvez rédiger un commentaire au bas de la page en spécifiant de quel titre il s’agit.

Au plaisir de vous lire, 

- Anne-Marie Aubin

 

Des chevaliers (09 décembre 2016)

Le personnage du chevalier est très populaire, que ce soit dans les jeux ou les films. Voilà pourquoi aujourd’hui je propose quelques albums sur le sujet.

 

Les aventures du petit chevalier

Gilles Tibo, auteur jeunesse prolifique qui a plus d’une centaine de titres à son actif, a créé en collaboration avec l’illustratrice Geneviève Després, un gentil petit chevalier qui vit dans un royaume au sommet de grands arbres. Le petit chevalier aime son chat Groseille, les gâteaux au chocolat, adore lire, jardiner, cueillir des champignons mais il n’aime pas la pluie.

Ce chevalier ne se bat jamais car il n’y a aucun ennemi dans les environs, jusqu’au jour où les triplés des voisins sont prisonniers des monstres de la forêt. Qui sont ces trois monstres ? Un ogre, une sorcière et un fantôme. Courageux, notre héros s’élance au secours des triplés sans oublier de prendre un bon morceau de gâteau au chocolat avant de partir.

La belle complicité de ces deux créateurs transparaît au cœur des illustrations truffées de petits détails comiques. «Cape rouge… parce que l’autre, la bleue, est au lavage », «La pelle et le balai se sauvent à toute vitesse ».

Apartés, clins d’œil et anachronismes rendent l’histoire attrayante et rigolote pour les petits et les plus grands. Après avoir lu le texte, le jeune lecteur peut lire les illustrations abondamment annotées. Un album à lire et relire! Des heures de plaisir!

 

La première mission

Le non moins prolifique ,Alain M. Bergeron, signe une nouvelle collection relatant les aventures de Pépé sous forme de bande dessinée ou mini roman graphique. Personnage issu de la série Chat-Ô en folie, Pépé devenu chevalier a pour mission d’«escorter une princesse jusqu’à son fiancé ». Accompagné de son âne magique, Pépé prend la route avec la princesse Aubépine qui fait des caprices car elle n’a pas choisi son fiancé. «Il paraît que le prince n’est pas très beau et qu’il a un sale caractère…». Le périple ne sera pas sans obstacles pour Pépé et sa troupe.

Les illustrations de Fil et Julie ajoutent humour et expression à l’histoire, certaines cases sans texte permettent au lecteur d’imaginer le récit. Alain M. Bergeron revisite habilement les contes de chevalier.

Une casserole sur la tête Dans cet album, Alain M. Bergeron met en scène un chevalier fort différent. Guillaume, enfant a l’imagination fertile, installe tout un décor pour jouer au chevalier qui délivre

une princesse. Sa mère intervient et calme le brouhaha dans la maison. Guillaume doit ranger, passer l’aspirateur …puis au moment de retirer la casserole qui lui servait de casque, celle-ci est coincée sur sa tête. Il a beau tirer, tirer … rien à faire, sa maman n’y arrive pas non plus ! Que faire? On se dirige vers l’hôpital… Cette histoire complètement hilarante rappellera des souvenirs à quelques-uns. Combien d’enfants ont eu un objet coincé dans une oreille ou une narine?

 

Alain M. Bergeron. Une casserole sur la tête. Illustrations de Philippe Germain. Éditions Scholastic, 2016, 32 p.

Alain M. Bergeron. La première mission. Illustrations de Fil et Julie. Éditions Foulire, 2016, 48 p. (collection Les aventures de Pépé)

Gilles Tibo. Le petit chevalier qui n’aimait pas la pluie. Illustrations de Geneviève Després. Éditions Scholastic, 2015, 32 p.

Gilles Tibo. Le petit chevalier qui combattait les monstres. Illustrations de Geneviève Després. Éditions Scholastic, 2015, 32 p.  

 

Découvrir les classiques (08 décembre 2016)

C’est toujours une valeur sûre que de lire les classiques de la littérature, comme il faut connaître les classiques du cinéma, de la musique… Ça fait partie de la culture. Il existe des textes classiques publiés intégralement et des adaptations pour un public contemporain et plus jeune. Voici quelques suggestions.

 

La main : un conte fantastique de Guy de Maupassant

La page couverture de ce livre accrochera les lecteurs à coup sûr! Fabrice Boulanger a librement adapté ce récit du nouvelliste français Guy de Maupassant, et les illustrations de cet univers fantastique inquiétant sont très réussies.

John Rowell, un Anglais, croise son voisin, monsieur Bermutier, qui rentre de la chasse avec une perdrix. Bermutier, invité à prendre le thé chez lui, découvre une maison étrange, décorée de toutes sortes de trophées. Rowell a voyagé dans le monde entier et a rapporté des animaux empaillés et des souvenirs. Ce qui attire l’attention du chasseur, c’est une main accrochée au mur! Bermutier réagit rapidement : « Affolé, je mets aussitôt mes mains dans mes poches.» D’où viennent cette main et ces deux bagues en forme d’œil ? Comment expliquer les phénomènes étranges qui se produisent dans la maison de Rowell à partir de ce jour-là?

 

Frankenstein, un roman d’horreur de Mary Shelley

Fabrice Boulanger adapte le récit de Mary Shelley, célèbre écrivaine anglaise. Il raconte au « je » l’histoire de ce monstre créé par le professeur Frankenstein. En effet, ce personnage est né d’un assemblage de pièces détachées : « Une jambe de pirate par-ci, un œil de perdrix par-là, un pied confisqué à un prisonnier et les bras d’un boucher maladroit.» Effrayé par le résultat de son expérience, le professeur Frankenstein s’est enfui, abandonnant le monstre.

Difficile d’être aimé lorsqu’on naît si laid. Souffrant de solitude, le monstre retrouve le professeur Frankenstein dans son château et lui demande : « Construis-moi une amie. Une jolie monstre toute moche. Nous pourrions nous aimer. Tu me dois bien ça. » Le professeur prétexte qu’il doit préparer son mariage… alors il n’a pas le temps. Il s’ensuit une lutte féroce entre les deux hommes. Qui gagnera?

Dans la même collection : Vingt mille lieues sous les mers, La machine à explorer le temps.

 

Roméo et Juliette, pièce de théâtre de Shakespeare

Depuis quelques années, Soulières éditeur, en collaboration avec les éditions La Bagnole, publie annuellement un classique adapté pour les jeunes lecteurs d’aujourd’hui. Jennifer Tremblay a signé quelques adaptations dont la célèbre pièce Roméo et Juliette, drame du

XVIe siècle de William Shakespeare. Les jeunes lecteurs connaissent ce classique adapté au théâtre et au cinéma, alors pourquoi ne pas leur proposer de lire cette adaptation?

On présente les personnages des familles Capulet et Montague, familles de Vérone qui, depuis des années, se vouent une haine terrible. Issus de familles ennemies, Roméo et Juliette se rencontrent lors d’un bal et tombent amoureux. Leur drame commence : comment s’aimer à l’insu de ses parents?

Jennifer Tremblay signe un texte résolument moderne que les élèves pourraient décider de monter à leur école. Les illustrations de Francesc Rovira ajoutent un brin d’humour au texte par leur traitement original.

Dans la même collection : Les aventures de Don Quichotte, La fabuleuse Odyssée d’Ulysse, Maria Chapdelaine, L’odeur du café, Le Cid.

 

Guy de Maupassant. La main. Adaptation et illustrations de Fabrice Boulanger. Éditions de la Bagnole. 2016, 32 p.

Mary Shelley. Frankenstein. Adaptation et illustrations de Fabrice Boulanger. Éditions de la Bagnole. 2013, 32 p.

William Sakespeare. Roméo et Juliette. Adaptation de Jennifer Tremblay, d’après la traduction de François-Victor Hugo. Illustrations de Francesc Rovira. Éditions La Bagnole/ Soulières éditeur, 2015, 152 p.  

 

 

Ça se passe à l’école ! (07 décembre 2016)

Le petit quotidien de la vie à l’école comporte son lot de surprises et d’imprévus avec lesquels il faut conjuguer chaque jour.

 

Une bestiole à l’école

Dans la cour d’école, une petite fille remarque la présence d’un insecte, elle l’attire vers son doigt et sa main pour mieux l’observer :

J’ai regardé ses pattes.

J’ai admiré ses ailes.

J’ai contemplé ses yeux.

J’ai observé ses antennes.

Les élèves réagissent d’abord négativement en disant que c’est sale, dangereux, dégueu… Le cliché habituel concernant les insectes. Mais cette fine observatrice de la nature invite ses amis à regarder cette bestiole différemment. Mireille Messier signe un texte poétique sur les petites choses qui nous entourent et que nous ne prenons pas la peine de regarder. Il est heureux de constater que c’est une fille qui a le courage de toucher la mystérieuse bestiole. Catherine Petit illustre ce récit avec une palette très colorée et des plans variés. Voilà un album parfait pour initier les enfants aux sciences naturelles!

 

J’ai perdu

Dans toutes les écoles, il y a un espace pour les objets égarés. L’hiver, les objets redoublent : une mitaine orpheline, une paire de gants, un foulard abandonné… Dans ce texte à structure répétitive, Robert Soulières raconte le quotidien de Madame Louise. Nous admirons la patience de cette enseignante soucieuse du bien-être de ses élèves. Les enfants prendront plaisir à lire ce récit et certains s’y reconnaîtront :

* Madame Louise, madame Louise, j’ai perdu mon sac d’école.

* Tu as raison, Marie-Nicole. Le chauffeur de l’autobus a trouvé ton sac ce matin. Il est au secrétariat.»

Geneviève Després ajoute beaucoup d’humour au texte avec ses illustrations très expressives, tout en rondeurs et tellement près de la réalité, parfois épuisante, des classes du premier cycle.

 

Photo d’école ratée

Chaque année, la séance photo est une journée stressante car on sait que ce cliché, raté ou non, sera conservé. Deborah Tiesen raconte comment un garçon gère les imprévus en cette journée de la fameuse photo d’école. Il s’y prépare pourtant depuis plusieurs jours, mais sa tignasse, sa chemise… rien ne va.

À l’école s’accumule gaffe par-dessus gaffe.

Voilà un récit loufoque, qui plaira à tous les élèves et aux parents. Dan Santat illustre le minois des élèves de façon quasi caricaturale car tout est excessif dans cet album. Certains jours, quand rien ne se passe comme prévu, il vaut mieux en rire!

 

M’as-tu vu?

Avec beaucoup d’humour, Simon Boulerice, auteur prolifique, s’amuse à parodier les téléréalités, le vedettariat et les concours qui inondent nos écrans. Il caricature les personnages, les situations pour souligner son message : revoir les jugements de valeurs.

Dans le roman, nous suivons au jour le jour Cybèle Campeau-Grégoire, étudiante de secondaire 3. Elle réagit très mal au fait que Magali Loiselle-Bienvenue ait inscrit leur école secondaire à la première édition de M’AS-TU VU? émission de téléréalité scolaire complètement débile selon Cybèle. Sa rage s’accentue le jour où on la déplace au fond de la classe, jugeant son physique pas très avantageux, alors que Magali, jeune fille archi superficielle, est assise au premier rang et apparaîtra en gros plan à l’écran.

« L’école est finie pour aujourd’hui. Les caméras sont parties, les masques tombent, comme à chaque fin de journée. Nous redevenons ce que nous sommes réellement : des ados ordinaires aux sourires inconstants et aux convictions très fragiles. »

Une rivalité s’installe entre les deux jeunes filles évidemment. Au fond de la classe, deux marginaux : Marie-Jeanne et Mathieu se lieront d’amitié avec Cybèle qui n’a pas dit son dernier mot.

La téléréalité est ici prétexte à aborder tous les thèmes qui touchent l’adolescence : l’intimidation, l’amitié et la difficile acceptation de soi, les relations amoureuses. Plusieurs jeunes ados se reconnaitront dans cette série.

Autres titres de la trilogie : 2. En contre-plongée 3. Le plan d’ensemble

 

Simon Boulerice. M’as-tu vu? 1. Hors-champ. Éditions les malins, 2013, 215 p.

Mireille Messier. Une bestiole à l’école. Illustrations de Catherine Petit. Éditions de l’Isatis. 2016, 24 p. (collection Clin d’œil, 20)

Robert Soulières. J’ai perdu. Illustrations de Geneviève Després, Éditions de l’Isatis, 2016, 24 p. (collection Clin d’œil, 24) 

 

 

Des gens célèbres (06 décembre 2016)

Il y a des gens dont le parcours exceptionnel nous inspire et nous aide à vivre. Personnages historiques, scientifiques ou artistes, on les admire et leur œuvre nous accompagne.


Frida Kahlo

La comédienne Sophie Faucher vient de publier un magnifique album sur la célèbre peintre mexicaine connue pour ses autoportraits : Frida Kahlo.  Exemple de résilience, de persévérance, de passion, Frida a connu un destin tragique qu’elle a su transformer en force créatrice. Un film nous a permis de connaître sa vie douloureuse, ses souffrances physiques qu’elle a su transcender par l’art.

Dans cet album, l’auteure raconte avec une grande sensibilité, la vie de l’enfant, sa famille, ses activités et son accident : « Ce jour-là, j’étais dans un autobus quand soudain, «crash boum», un tramway nous est rentré dedans. Tout le monde criait sauf moi.  On m’a amené à l’hôpital. J’étais comme une piñata à la fin du jeu, brisée en mille morceaux. »

Cara Carmina, artiste d’origine mexicaine, illustre à merveille l’univers artistique de Frida tout en transmettant divers aspects du folklore et des traditions mexicaines comme la fête des morts, la piñata et une recette de sorbet à la lime. Album idéal pour aborder les arts et le respect des différences.   


Frère Marie-Victorin

Le jeune Joseph-Cyrille-Conrad Kirouac nait à Kingsey Falls en 1885. Doué et curieux, cet élève modèle trouve sa vocation auprès des Frères des Écoles chrétiennes. En 1901, sa décision est prise et entre en religion sous le nom de Frère Marie-Victorin. Il enseigne pendant quelques années, mais sa santé fragile l’oblige à prendre du repos. Installé au Collège de Longueuil en 1904, il y fonde un cercle littéraire, monte des pièces de théâtre, sort ses élèves de la classe pour les emmener observer la nature sur le terrain.

Il profite de ses périodes de repos pour faire de la recherche et écrire. Il publie en 1919 les Croquis Laurentiens dans lesquels « Il livre une approche poétique de son regard sur le pays, sa flore et les gens qui l’habitent. »

Professeur agrégé de botanique à l’Université de Montréal, il passe ses étés à avancer ses recherches sur la flore dans les diverses régions du Québec. Suite à un périple mené dans les musées et jardins du monde, il s’étonne que « Montréal soit une ville sans musées, sans jardin botanique et sans bibliothèque scientifique ». Il se met à rêver d’un jardin botanique à Montréal et rédige La Flore Laurentienne.  En juillet 1944, rentrant d’une randonnée d’exploration, il est victime d’un accident de voiture à Sainte-Rosalie et succombe à ses blessures. Jacques Pasquet trace un riche portrait de cet homme d’exception accompagné d’un dossier sociohistorique du Québec de l’époque.  

Isatis propose plusieurs titres dans cette collection dont : Louis Jolliet, Étienne Brulé, Jeanne Mance, Alexander Graham Bell.

 

Roald Dahl, le géant de la littérature jeunesse

Roald Dahl est né en 1916, il y a cent ans. Dans le cadre de son centenaire, la revue LIRE a publié un numéro spécial réunissant portrait, témoignages, entrevues, articles sur ses romans si populaires. Si vous avez envie de connaître l’homme derrière les magnifiques livres qu’il nous a laissés, il faut consulter cet ouvrage. Vous apprendrez qu’il a d’abord été pilote d’avion et spécialiste goûteur de chocolat avant d’écrire pour les enfants.  

Beaucoup de drames surviennent dans la vie de Roald Dahl dès son enfance et plus tard au sein de sa famille. Exemple de résilience, il a su renverser les drames de sa vie par l’humour qui règne en maître dans son œuvre : James et la grosse pêche, Charlie et la chocolaterie, Le bon Gros Géant, Matilda, Sacrées Sorcières… Tous traduits en plusieurs langues, ils ont fait la joie des lecteurs à travers le monde.

Daniel Pennac, Anna Gavalda, Susie Morgenstern, Thimothée de Fombelle et quelques autres auteurs célèbres racontent leur admiration pour Roald Dahl. En plus des articles très documentés, de nombreuses photographies, anecdotes, quiz et illustrations font de cet ouvrage un document unique et précieux à se procurer si vous aimez autant que moi cet auteur à l’humour unique.
« J’ai une très grande chance, c’est de rire exactement aux mêmes blagues que les enfants! Et je crois que c’est ce qui me rend capable de les amuser. »



Sophie Faucher.  Frida, c’est moi. Illustrations de Cara Carmina. Édito Jeunesse, 2016, 32 p.
 

Jacques Pasquet. Frère Marie-Victorin. Un botaniste plus grand que nature. Illustrations d’Adeline Lamarre. Éditions Isatis, 2016, 84 p. (Collection Bonjour l’histoire)
 

Roald Dahl, le géant de la littérature jeunesse. Éditions Gallimard Jeunesse et Lire. 2016, 112 p.

 

Le monde fascinant de  l’espace. (05 décembre 2016)

Depuis longtemps, nous sommes fascinés devant l’immensité de l’espace. Les planètes, les étoiles, la lune ont inspiré de nombreux créateurs, des ouvrages scientifiques et fictifs. Voici donc deux livres sur l’espace : un documentaire et une bande dessinée. 

Mon grand livre de l’espace

Voici un magnifique livre illustré en couleur, imprimé sur papier glacé, objet idéal pour initier les jeunes scientifiques en herbe au mystérieux monde de l’espace.  Cet ouvrage est divisé en cinq chapitres : la terre, le système solaire, les objets voisins de la terre comme les astéroïdes, puis les constellations, les galaxies et finalement l’exploration de l’espace. 

Le texte bref, le graphisme et la mise en page soignés facilitent la consultation de cet ouvrage d’information. Les photographies saisissantes et les illustrations fournissent des détails d’information,  des notions scientifiques résumées et pertinentes : «Une galaxie est un ensemble d’étoiles, de matières gazeuses et de poussières liées par la gravité […] Sur la terre se trouve une galaxie appelée la voie lactée… elle contient des milliards d’étoiles.» 

Une carte du système solaire, un glossaire, un index et une liste d’activités  pour les parents se trouvent en annexe au livre. Bref, voilà un excellent ouvrage pour vous aider à répondre aux questions des petits curieux. 

 

Le facteur de l’espace

Dans un genre totalement différent, Guillaume Perreault, bédéiste, aborde le thème de l’espace avec humour. À l’heure où le métier de facteur est devenu précaire, l’auteur imagine un récit fantastique où le héros, Bob, un facteur spatial, livre le courrier dans l’espace. 

Un matin, son patron «pieuvre-cyclope» lui annonce que désormais son itinéraire changera chaque jour. Bob s’adapte plutôt difficilement à cette nouveauté un peu stressante, car il doit conjuguer avec l’imprévu. Chaque chapitre relate la livraison d’un colis sur une planète différente. Le facteur affronte des météorites, des plantes, des chiens, il perd sa collation… sa journée s’avère difficile.  

Les détails de sa petite routine du matin font sourire : café, télé-douche, habit de travail, véhicule spatial, robots…témoignent de l’imagination de l’auteur. Dans cet univers d’un futurisme tout à fait imaginaire, certains détails étonnent comme une radio-cassette, un crayon, des lettres! Le dessin épuré se concentre sur l’aspect étrange des lieux, comme une planète en forme d’os de chien. La palette de couleurs varie également selon les planètes tranchant avec le noir de l’espace et le blanc du costume du facteur. Le chapitre de la rencontre avec le petit prince est particulièrement savoureux! 

 

Catherine D. Hughes. Mon grand livre de l’espace. Illustrations de David A. Aguilar. Texte français du groupe syntagme. Éditions Scholastic, 2016, 128 p. (National geographic Kids)

Guillaume Perreault. Le facteur de l’espace. Éditions La Pastèque. 2016, 146 p. 

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.