• Culture

CLUB DE LECTURE JEUNESSE

Semaine 12 décembre
Anne-Marie Aubin

J’invite tous les lecteurs et lectrices à participer à ce tout nouveau club de lecture virtuel du journal MOBILES. 

Dans les prochaines semaines, je vais proposer une série de lectures du lundi au vendredi. 

Les textes seront variés : albums, romans, documentaires, bandes dessinées. Vous êtes invités à lire les chroniques et les livres dont il est question. 

Par la suite, vous pouvez rédiger un commentaire au bas de la page en spécifiant de quel titre il s’agit.

Au plaisir de vous lire, 

- Anne-Marie Aubin

 

Des contes pour le plaisir de raconter (16 décembre 2016)

Pour ce dernier article de 2016 du club de lecture, je vous suggère des contes. Je vous propose de prendre le temps de lire des contes ou d’en raconter. Je vous offre quelques suggestions originales.

 

Mon second livre de contes du Québec

Dans ce recueil, Corinne de Vailly adapte des légendes et des contes traditionnels des quatre coins du Québec. Deux personnages, Élie et son frère Léo, encadrent chacun de ces récits adaptés pour la jeunesse. Benoit Laverdière illustre ces textes anciens de façon tout à fait moderne, rigolote et vivante.

La Coureuse des grèves, la Bête-à-Sept-têtes, La légende du Rocher Percé, Les feux follets… au total, vingt titres sont signés par l’auteure qui donne en bonus une capsule sur l’origine de chacun des textes.

Imprimé sur papier glacé, le recueil propose une typographie différente et colorée pour les onomatopées très nombreuses dans le texte. Ces repères visuels donnent du souffle au lecteur et permettent aux enfants de suivre et de participer au conte. Voilà un très beau livre de contes à couverture coussinée qui fera la joie des petits. Un recueil à conserver précieusement dans la bibliothèque familiale et scolaire.

 

Diabou N’dao et le lion

Frank Sylvestre, conteur québécois d’origine antillaise, a adapté le conte traditionnel africain Diabou N’dao pour la jeunesse. Yves Dumont, originaire de France, ajoute au récit des illustrations très vivantes et humoristiques, aux couleurs du Sénégal.

Diabou N’dao est une petite fille qui « comme toutes les petites filles du Sénégal, adore manger les noix que donnent les palmiers. Une petite noix qu’on appelle nioule. »

Cette petite gourmande ne se méfie pas du lion malgré l’avertissement de sa mère, de son papa, de son petit frère et même de Dieu… « Diabou N’dao, rentre dans ta maison! Le lion est dans ton village! Diabou a levé la tête et a dit : Hé, toi! C’est pas un petit lion qui va m’empêcher de manger mes nioules. Je mange mes nioules!»» Le lion n’en fera qu’une bouchée… mais le regrettera. Histoire très drôle!

Voilà le texte idéal à raconter aux petits : la structure répétitive donne du rythme, le texte très simple se mémorise facilement et son humour est gagnant!

 

Corinne De Vailly. Mon second livre de contes du Québec. Illustrations de Benoit Laverdière. Les Éditions la Goélette, 2013, 2014, 127 p.

Frank Sylvestre. Diabou N’dao et le lion. Illustrations de Yves Dumont. Éditions de la Bagnole, 2016, 32 p.

 

 

Des albums épatants (15 décembre 2016)

Les albums ne s’adressent pas uniquement aux petites mains, ils sont parfois très intéressants pour les plus grands.

 

La boite rouge

Carl Norac, auteur belge, et Stéphane Poulin, illustrateur québécois, ont créé ensemble un magnifique album grand format intitulé : La boite rouge. Il s’agit d’une quête initiatique, d’une mission très spéciale confiée à une petite fille, Luna.

L’histoire débute alors que Luna arrive chez son grand-père Maikan, indien Naskapi, pour passer quelques jours de vacances. Maikan amène Luna à la mine de fer où il a travaillé autrefois. Même devenu aveugle, son grand-père en connait tous les recoins. Ce matin-là, le facteur, qui ne passe qu’une fois par mois, vient livrer une lettre au grand-père : « Oh, elle vient de mon meilleur ami, celui avec qui j’ai fait le tour du monde. Il m’écrit qu’il est bien malade aujourd’hui. » Maikan aurait voulu lui donner la boite rouge à livrer à son ami mais trop tard, le facteur est déjà reparti.

« S’il mourait sans l’avoir reçue, ce serait terrible. » Luna, qu’il appelle affectueusement Uapush (lièvre) ira donc livrer la boite rouge. De Kawawachikamah à Montréal, Luna fera la route seule.

« Partout, tu seras mes yeux. Et ne crains rien, je suis un peu sorcier : même sans être là, je te protégerai. » À cheval à travers les champs, à pied dans la forêt, à la nage dans le fleuve, en train, en camion… petit lièvre n’abandonne pas, grand-père sera très fier d’elle!

Luna affronte la solitude, la nuit, les bruits et les odeurs de la forêt. Au matin, elle croise sept bûcherons qui lui rappellent un conte de fées. Elle roulera longtemps en camion jusqu’à la grande ville.

Carl Norac signe un récit d’aventure dans un décor québécois. Dans cet album, Stéphane Poulin se surpasse : ses illustrations hyperréalistes sont grandioses. On reconnait la forêt, l’orignal, le raton laveur, le hibou, le château Frontenac et Montréal. Les plans et éclairages des paysages de nuit,

de jour, en forêt, en ville, au bord du fleuve nous séduisent d’une page à l’autre. Magnifique!

 

Aaah!bécédaire

Élaine Turgeon et Martin Laliberté ont imaginé un son, une interjection, associé à chacune des lettres de l’alphabet de A à Z : «Ayoye! Burp! Chut! Ding Dong! […] Zut!» Dans cet abécédaire particulier, les humains cohabitent avec les monstres ce qui installe un climat d’étrangeté et d’humour dès la première image.

D’une illustration à l’autre, le lecteur attentif reconnaîtra des éléments, des personnages et pourra ensuite les relier pour composer les épisodes d’un court récit. Les plus expérimentés découvriront même des clins d’œil à d’autres albums jeunesse de la collection.

À la fin du livre, les créateurs ont laissé des indices du mode d’emploi pour les lecteurs. Album très amusant, original, à lire et à regarder avec attention. Belle création!

 

 

Carl Norac. La boite rouge. Illustrations de Stéphane Poulin. Éditions L’école des loisirs, 2016, 36 p. (collection Pastel)

Élaine Turgeon. Aaah!bécédaire. Illustrations de Martin Laliberté. Éditions Druide, 2016, 56 p. (collection Motifs) 

 

 

Histoire de famille! (14 décembre 2016)

La famille, les relations parents-enfants, les familles reconstituées sont autant de sujets toujours d’actualité qui inspirent les auteurs. Certains en traitent avec réalisme, mais d’autres avec un brin de fantaisie.

 

1-800-enfants (pas) contents.

Dominique de Loppinot raconte avec beaucoup d’humour (et d’expérience sans doute) les mésaventures de pauvres enfants aux prises avec des parents débordés. Exténués, le père et la mère demandent à leurs enfants de les aider. Les enfants sont sous le choc, ils n’ont jamais levé le petit doigt pour aider leurs parents. Faire du ménage ne les enchante pas: « Le bordel ambiant et les taches sur le tapis font de ma chambre un lieu vraiment cool. Si je dois commencer à ranger, tout sera chamboulé. »

Craignant de devenir esclaves de leurs parents, les deux aînés, Lauralie et Médéric, ont un plan : faire un vox populi dans le voisinage pour vérifier si tous les enfants souffrent comme nous, téléphoner au numéro 1-800-enfants contents, etc. Et pourquoi ne pas inverser les rôles? Si les parents devenaient des enfants et les jeunes jouaient le rôle de leurs parents? Les illustrations de Benoit Laverdière, un brin caricaturales, complètent très bien ce texte très amusant que les jeunes (et leurs parents) liront avec plaisir!

 

Ma famille 3+1 = 7

Il n’y a pas d’erreur de calcul ici, 3+1 = 7! Inspirée de sa propre histoire, Isha Bottin met en scène deux petites filles qui vivent avec leur maman depuis la mort de leur père. Un jour, ils apprennent qu’elles ont trois nouveaux frères (pas sortis du ventre de leur mère cependant) et ensemble ils forment une famille reconstituée.

Cinq enfants, c’est chouette pour jouer : « nous pouvons nous amuser comme dans la cour de récréation. » D’autres jours, c’est moins drôle, on se chamaille. Puis survient un déménagement, un nouveau pays, une nouvelle vie dans un nouveau quartier. Les illustrations de Gaspard Talmasse dépeignent avec émotion les étapes du récit de vie de cette famille immigrante. Un récit réaliste, très touchant et rempli d’amour.

 

Isha Bottin, Ma famille, 3+1=7. Illustrations de Gaspard Talmasse. Éditions la Bagnole, 2016, 32 p.

Dominique de Loppinot. 1-800-enfants (pas) contents. Illustrations de Benoit Laverdière. Soulières éditeur. 2016, 66 p. (Chat de gouttière) 

 

Quand décembre revient….(13 décembre 2016)

Nous voilà déjà à la mi-décembre, en pleine saison des fêtes, moment propice pour raconter des histoires d’hiver et de Noël, voici quelques suggestions.

 

Flocons

Tous les enfants sont émerveillés par les flocons de neige. J’ai déjà vu des écoliers sortir de classe pour observer les premiers flocons sur un carton de couleur tenu horizontalement entre leurs mains. Tout le paysage s’illumine à la première neige, la nuit est plus claire. Si vous n’aimez pas la saison froide,

Paule Brière risque de vous réconcilier avec l’hiver tant son texte est poétique:

« Peluches polaires posées en édredon

Sur le dos des oursons endormis pour l’hiver.»

Comme tous les titres de la collection « Clin d’œil », les textes de cet album sont très brefs mais chargés d’images, outils parfait pour initier à la poésie :

« Décorations brodées fines comme de la dentelle

Confectionnées par les fées pour embellir le gel.»

Les magnifiques illustrations de Gabrielle Grimard ajoutent des couleurs, des atmosphères au texte. De nuit, de jour, le décor est installé avec les enfants émerveillés.

 

Noël dans la jungle

Emma et Jacob, deux enfants curieux, ont un grand-papa qui aime bien répondre à leurs questions et raconter son expérience de vie. Les talents de conteur de grand-papa Jo amènent souvent les deux enfants dans l’imaginaire :

« Ma famille allait toujours dans la jungle à Noël. Il n’y avait pas de sapin, on décorait un bananier! Les perroquets chantaient des cantiques de Noël…»

Au bout d’un moment, leur grand-père rigole et raconte plutôt qu’il passait des heures à jouer dans la neige, ce qui va inspirer nos deux héros.

Martine Latulippe signe un texte bref sur Noël et les plaisirs de l’hiver, abondamment illustré par Fabrice Boulanger. Voilà une excellente série pour les lecteurs débutants.

 

Cassonade et biscuit aiment Noël

Ces deux toutous créés par Caroline Munger feront la joie des petits enfants. L’auteure et photographe a su créer des décors de neige et de sapins de Noël très réalistes. Près de l’univers des jouets des enfants, cette série s’adresse aux tout-petits.

Dans cet épisode, on retrouve les traditions des fêtes : le sapin à abattre dans le bois, les décorations, les biscuits à cuisiner, les cadeaux et autres plaisirs de l’hiver.

 

Paule Brière, Flocons, Illustrations de Gabrielle Grimard. Éditions de l’Isatis. 2016, 24 p. (collection clin d’œil)

Martine Latulippe. Noël dans la jungle. Illustrations de Fabrice Boulanger. Éditions Foulire, 2016, 48 p. (série Emma et Jacob)

Caroline Munger. Biscuit et Cassonade aiment Noël. Éditions de la Bagnole 2016, 32 p. (série Biscuit et Cassonade)

 

 

La vraie valeur des choses (12 décembre 2016)

En cette période de conflits internationaux,  de tourbillon qui précède le temps des Fêtes, voici des albums qui véhiculent des valeurs tout à fait de circonstances. 

 

Qu’est-ce que la paix?

L’auteur illustrateur Wallace Edwards a médité sur cette question pendant  près d’un an avant de débuter cet album. Il n’offre pas de réponse mais une série de questions à méditer : « La paix est-elle quelque chose que nous faisons ou quelque chose que nous trouvons?» « La paix est-elle pour la majorité? Est-ce un vœu? Est-ce un rêve? »

À chaque page se trouvent, à gauche, quelques questions et à droite, une illustration très expressive, chargée de symboles où, dans un décor naturel, des animaux suggèrent des possibilités de réponses. 

En annexe, l’auteur s’adresse aux jeunes lecteurs : « Comme dans tout dialogue de paix, je ne peux pas te dire ce que tu dois penser ou ressentir… il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. »

Voilà un album qui suscitera une réflexion sur la paix, « la façon de la faire, de la maintenir et de la vivre. »

 

Je suis riche

Angèle Delaunois signe un petit album antimatérialiste avec la complicité du célèbre illustrateur Philippe Béha. Une petite fille compare ses jouets à ceux de ses amis et se sent« pauvre à côté d’eux.»  Les pages suivantes débutent toutes par : « Je suis riche parce que…»  énumérant en contrepartie tout ce que l’enfant possède.

« Je suis riche parce qu’ici l’eau qui coule du robinet est propre. Je peux la boire, me laver ou me baigner dedans sans avoir peur d’être malade

Évidemment, le récit est celui d’un adulte qui fait prendre conscience à la petite fille qu’elle est riche de plein de choses qui ne s’achètent pas. 

« Je suis riche parce que je vis dans la paix et la sécurité, sans avoir peur de la guerre et des bombes, sans être obligée de quitter ma maison et ne pas savoir où aller.»

Un album qui suscite la réflexion et l’ouverture au monde. 

 

Je suis heureux

Le même duo poursuit avec un album sur la simplicité volontaire :

«Le bonheur, c’est un mot magique qui ne veut pas dire la même chose pour tout le monde. Pour certains, c’est posséder beaucoup de choses, pour d’autres, c’est faire beaucoup de choses… »

 Angèle Delaunois incite les jeunes à voir la vie autrement, à profiter et apprécier les petites choses de la vie. 

Cet album engagé, un brin philosophique est illustré de façon très poétique par Philippe Béha. À la première page, le mot bonheur est imprimé aux couleurs de l’arc-en-ciel, et toutes les pages suivantes débutent par trois mots : « Je suis heureux… » toujours imprimés aux différentes couleurs de l’arc-en-ciel.

Fil conducteur de toutes les illustrations du livre, l’arc-en-ciel devient le chant d’un oiseau, les cordes d’une guitare, le foulard d’un bonhomme de neige, le hamac sur lequel un petit garçon est étendu et demande : « Et toi? Qu’est-ce qui te rend heureux? »

 

Angèle Delaunois. Je suis riche. Illustrations de Philippe Beha. Éditions de l’Isatis, 2013. 32 p. (Collection Tourne-pierre)

Angèle Delaunois. Je suis heureux. Illustrations de Philippe Beha. Éditions de l’Isatis, 2016. 32 p. (Collection Tourne-pierre)

Wallace Edwards. Qu’est-ce que la paix? Éditions Scholastic, 2016, 32 p. 

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.