• Culture

Être père, amant, professeur et écrivain

Anne-Marie Aubin

En ce jour de la fête des pères, je vous propose un roman au masculin, tout à fait d’actualité. Un roman psychologique sur la situation des hommes, des pères de famille qui s’interrogent sur leur couple après un certain nombre d’années.

Jean Lemieux nous a offert plusieurs textes pour la jeunesse (Le Trésor de Brion, La cousine des États, FX Bellavance), et une série de romans policiers, la plupart se déroulant aux Îles de la Madeleine où il a vécu plusieurs années (La lune rouge, On finit toujours par payer, Le Mort du chemin des Arsène, L’Homme du jeudi). L’un des épisodes a d’ailleurs été adapté au cinéma sous le titre : La peur de l’eau. Le petit dernier de Jean Lemieux, Prague sans toi, n’est pas un polar mais un roman psychologique très réaliste inscrit dans la ville de Québec, alternant avec quelques chapitres du côté de Prague.

Au printemps à Prague, un amant, un écrivain

Le héros, Patrick Robillard, âgé de 29 ans, est en séjour à Prague. Doctorant en littérature comparée, il rédige lentement sa thèse. Il est aussi un grand amateur de musique et fan de Mozart qu’il appelle affectueusement Wolfie. Le 2 mai 2001, lors d’un concert de musique de chambre au salon de la villa Bertramka à Prague, il est séduit par une clarinettiste tchèque de 25 ans, Eva Panenka.  Il a l’audace de l’inviter et lui joue la grande séduction, parlant de ses recherches et de son roman.

« […] elle n’était pas attirée par n’importe quel « Monsieur Robillard », mais précisément par celui qui jouissait du pouvoir de faire jaillir la beauté des mots, de transmuer la réalité en fiction, en art. »

C’est le coup de foudre : l’écrivain séduit Eva, la date du retour est repoussée, il visite la belle-famille, le mariage est précipité et les amoureux rentrent au Québec à l’automne.

«Je ramènerais Eva Panenka au Québec, comme un trophée.»

De retour au Québec : un père, un professeur

Parce qu’il faut gagner sa vie, Patrick négligera son roman. Il devient professeur de littérature au cégep Limoilou. Eva devient seconde clarinette au sein de l’Orchestre symphonique de Québec. Un premier enfant, une maison, un premier roman, puis un fils et le temps file. Onze ans après leur mariage, Patrick essaie d’être un bon père… Il fait tout pour que sa petite famille soit heureuse et qu’Eva s’épanouisse dans sa carrière.

« La musique semblait être pour elle un besoin absolu, primordial, derrière lequel notre relation devait s’effacer.»

L’homme de 40 ans s’inquiète de leur vie de couple. Eva ne parle pas beaucoup et ses secrets, ses silences meublent l’imagination de Patrick.

«Eva était aussi la femme des petites morts. Sous des dehors sages, elle cachait une âme ardente, inquiète… Eva était un lac profond, enchâssé entre de hautes forêts. J’en voyais la surface, plus ou moins ridée selon les vents, mais non le fond. Cette opacité me troublait.»

Le romancier se met à croire qu’elle a une relation avec un trompettiste de l’orchestre. Rien de pire qu’un mari jaloux qui se croit cocu. La colère gronde et Patrick décide de partir voyant son petit royaume s’effondrer.


Printemps 2012, la crise

Printemps 2012, tout le Québec est en crise. Le professeur quitte le cégep pour Prague avec ses dissertations à corriger. Tel un pèlerinage, Patrick arpente les lieux de l’amour naissant, déguste la bière, la choucroute mais rien n’est plus pareil, il lui manque Eva. L’angoisse l’habite. Il arpente, comme il y a onze ans,  les lieux de leur amour fusionnel et cherche la faille. Amoureux passionné, Patrick ne cherche pas les aventures, mais plutôt la façon de reconquérir sa dulcinée. 

Prague sans toi se lit d’un seul trait. L'écriture fine et bien travaillée de Jean Lemieux sait nous captiver et il y a chez lui un sens du suspense hérité sans doute de son passé d'auteur de polars. Tous les couples s’y retrouveront et surtout les pères. Ses personnages sont touchants et crédibles. À l'aide d'images d'un grand pouvoir d'évocation, Lemieux présente une Prague romantique, sensuelle, aux paysages séduisants. Les lecteurs de Lemieux ne seront pas dépaysés, car ils retrouveront divers personnages et allusions à ses autres titres, de même que de multiples citations littéraires, des pointes d’humour et, comme d’habitude, la musique qui habite l’univers de l’auteur. Qui sait, bientôt les textes numériques seront peut-être accompagnés d’une trame sonore à écouter pendant la lecture?

Jean Lemieux. Prague sans toi, Québec Amérique, 2014, 192 p.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.