• Culture

Ginette Moreau de passage à la librairie L’Intrigue

Anne-Marie Aubin

Ne manquez pas de passer à la librairie L’Intrigue (au centre-ville de Saint-Hyacinthe) le 27 avril prochain alors que Ginette Moreau sera de passage pour y dédicacer son album Perdu dans la toundra et discuter de sa riche expérience. Elle apportera avec elle divers objets témoignant de son séjour chez les Cris à la baie James (Eeyou Istchee). La rencontre aura lieu de 14 à 16 h.

Jeunesse Canada Monde à Saint-Hyacinthe

Ginette Moreau a participé au programme d’échange entre le Québec et le Costa Rica en 1987. Elle avait alors 19 ans et a été hébergée avec des Costaricains dans des familles maskoutaines.

« Ce serait une belle surprise pour moi de revoir à L'Intrigue certaines de ces familles après 30 ans ! Cette expérience m'a donné la piqûre de découvrir d'autres cultures. Lorsque je suis devenue enseignante, j'ai eu le goût d'aller vivre une expérience d'immersion parmi les Autochtones et j'ai été engagée par la commission scolaire Crie. Je pensais y rester un an ou deux. J'y suis restée dix ans. »

Une aventure marquante

Le récit Perdu dans la toundra est inspiré d’une aventure vécue par son fils qui, lors d’une excursion familiale en bateau à l’embouchure de la baie d’Hudson, a perdu son inséparable peluche sur une île déserte. L’auteure se met dans la peau du petit chat gris seul dans la froidure et raconte la détresse de l’enfant qui désespère de trouver son toutou. Grâce à l’amitié et à la bienveillance des gens du nord, cette aventure connaîtra un dénouement heureux.

La quête de la peluche perdue permet de mettre en scène la vie des Inuits et des Cris et de faire sentir la distance qui séparent les villages de Chisasibi, Whapmagoostui, Umiujaq…

Brandy Woods, artiste de Longueuil fascinée par la culture amérindienne, a su mettre en images ce récit qui s’inscrit dans l’immensité du décor nordique. Une traduction en inuktitut permet d’élargir le lectorat de cet album. Ginette Moreau rêve d’une traduction en anglais et en langue crie : « Je garde un amour et un grand attachement pour le Nord et ses habitants.

Riche de cette expérience littéraire, l’auteure travaille présentement à un second album jeunesse et un roman relatant son expérience chez les Cris.

Femme militante et engagée

N’eut été la guerre en Irak, cette militante serait bien restée à la baie James encore quelques années : « Je suis une militante dans l'âme et j'ai organisé deux marches pour la paix, avec de nombreuses pétitions, pendant que j'étais dans la Baie James.  Je me rendais compte que si je voulais contribuer à amener des changements dans la société québécoise, je devais me rapprocher des grands centres pour pouvoir plus facilement m'impliquer. J'ai choisi l'Estrie car c'est assez central. Je me suis impliquée dans plusieurs organismes, en politique provinciale et fédérale. »

En plus de son travail de conseillère municipale, Ginette Moreau a également créé plusieurs projets de réussite scolaire en milieu défavorisé.  Pour donner le goût de lire aux jeunes, même les plus réticents, elle a créé un projet pour inciter les élèves en difficulté à lire davantage à la maison.

« Lorsque j'étais étudiante à l'université, un chercheur nous a dit: "Si vous voulez qu'un enfant soit intelligent, faites-le lire! Si vous voulez qu'il le soit encore plus, faites-le lire encore davantage!" Je n'ai jamais oublié ces paroles et dans mon travail ou avec mes propres enfants, il y a toujours eu beaucoup de livres, des livres partout! »

Bravo pour toutes ces belles initiatives, Ginette Moreau, et bon succès dans vos projets!

**************

Ginette Moreau. Perdu dans la toundra. Traduction en inuktitut de Sala Padlayat. Illustrations de Brandy Woods. Éditions du Soleil de Minuit. 2018, 24 p.

L'autrice, Ginette Moreau sera de passage à la librairie L’Intrigue (au centre-ville de Saint-Hyacinthe) le 27 avril prochain.

Écrire un commentaire >

  • Merci!

    Merci pour ce bel article! Il rend bien la réalité!

  • Ajouter un commentaire