• Culture

Goldoni : un cadeau pour des acteurs!

Denyse Bégin

Carlo Goldoni a construit son théâtre autour des rapports qu’entretiennent entre eux les personnages. Plutôt que de définir un rôle-titre et de mettre de la viande autour de l’os, il a écrit des pièces où chaque personnage a une forte personnalité et une envergure intéressante sur le plan scénique.  Il s’est attaché aux interactions possibles et/ou improbables entre tout ce beau monde, et c’est ce qui a donné une couleur particulière à son œuvre.


  « Dans Les cuisinières, les personnages sont bien définis. Ça permet aux comédiens un lâcher-prise jouissif. Personne en particulier ne porte la pièce sur ses épaules. Tous travaillent en « gang » et c’est ce que j’aime du théâtre de Goldoni », mentionne Frédéric Bélanger, le metteur en scène qui dirige les finissants de l’École de théâtre, ces jeunes comédiens qui, dans quelques jours, monteront sur les planches et joueront devant un public pour la première fois cette année.


Pour ces personnages plus grands que nature, le metteur en scène a souhaité créer une Venise, la ville où se déroule l’action, qui serait toute petite par rapport aux cuisinières qui prennent toute la place, voire toute la pièce.


Ce sont les quatre metteurs en scène invités cette saison à l’École de théâtre. Dans l’ordre habituel, Frédéric Bélanger, Luce Pelletier, Mario Borges et Michel-Maxime Legault.Crédit photo : Denys Bélanger « On conserve également le côté classique de l’oeuvre par le décor, peint en partie sur de grandes toiles qui évoquent les tapisseries de l’époque, et avec les costumes qui comporteront notamment de « sympathiques corsets », à la mode dans les années où Goldoni écrivait », indique Frédéric Bélanger. 
Comme toujours à l’École de théâtre, les étudiants en production se sont surpassés pour fabriquer les décors et pour la confection des costumes. Pour ce qui est des comédiens, ils auront à jongler avec une œuvre dynamique où ils seront mis à l’avant-plan tel que l’a voulu le metteur en scène.


 

Direction d’acteurs


Quels sont les pièges à éviter pour des acteurs qui jouent la comédie?
« Il faut que le plaisir de jouer soit contagieux, mais partagé avec le public. Si on en met trop, on oublie d’être vrai, ce qui est au cœur du jeu. Je compare ça au fait de marcher sur une poutre. Il faut garder l’équilibre et être à l’écoute des autres personnages », dit M. Bélanger.


Goldoni, c’est qui?


Né en 1707, Carlo Goldoni a été surnommé le « Molière italien». Avocat de profession, il s’est tourné vers le théâtre, sa véritable passion et a connu un premier succès en 1734. En vingt ans, il a écrit 220 pièces.
« Carlo Goldoni cultivera la comédie de mœurs sans jamais abandonner pour autant une sympathie spontanée envers le peuple; et il arrivera à devenir l’observateur ironique et critique de la société de son temps », d’après le Piccolo Teatro de Milan.


Un divertissement intelligent


« Les comédiens ont hâte de rencontrer le public », affirme Frédéric Bélanger qui avoue que sa propre rencontre avec eux, en tant que metteur en scène invité, a été une expérience très enrichissante, même « au-delà de ses espérances ».

Voici les comédiens qui interprèteront Les cuisinières de Carlo Goldoni dès le 30 novembre, au Cégep de Saint-Hyacinthe. Crédit photo : Denys Bélanger 


La pièce est jouée à la salle Léon-Ringuet du Cégep de Saint-Hyacinthe (http://ecoletheatre.cegepsth.qc.ca/saison.html), du 30 novembre au 6 décembre, à 20 h et, à 16 h, le dimanche 2 décembre. Il y a relâche le lundi. Coût : 10 $ ou 5 $ pour les étudiants. On peut réserver au 450 773-6800 ou au 514 875-4445, poste 2408.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire