• Culture

Karoline Georges, lauréate du prix du Gouverneur Général du Canada

Anne-Marie Aubin

De Synthèse, roman de l’auteure maskoutaine Karoline Georges, s’est mérité le prestigieux prix du Gouverneur Général du Canada, lequel récompense une œuvre choisie par un jury comme étant le meilleur titre de sa catégorie paru dans l’année au Canada.

Un prix prestigieux

Quelques heures après avoir reçu la nouvelle, Karoline confiait ressentir de la stupeur: «De la stupeur avec des pointes de joie pure qui surgissent quelques secondes ça et là… avant que la stupeur ne prenne le dessus! Je vais mettre des semaines avant de vraiment réaliser ce qui vient de se passer.»

Elle ajoute: «Recevoir un prix, c’est d’abord recevoir une fabuleuse dose d’énergie à injecter dans une nouvelle œuvre. Quand je me retrouve devant mon clavier, les yeux rivés à mon écran, ce qui compte, c’est le texte qui surgit et le projet à mettre en forme. C’est comme ça depuis que j’ai commencé à écrire, il y a plus de deux décennies.»

Un roman pour tous

Déjà lauréat du prix Jacques Brossard, du prix Aurora et du prix Arlette Cousture, voilà ce roman récompensé une nouvelle fois, sans compter les traductions à venir : «en anglais et en allemand et d’autres qui sont en cours de négociations», ajoute-t-elle.

Tout en étant dans la continuité de son œuvre, ce texte témoigne de la maturité de Karoline Georges que ce soit en littérature ou en arts visuels, deux disciplines en symbiose: «Je n’aurais jamais pu m’imaginer travailler avec la modélisation 3D à l’époque où je commençais à m’intéresser à la photographie et c’est justement parce que j’ai exploré la création 3D que j’ai écrit De synthèse… Mon écriture surgit donc peut-être directement de ma multidisciplinarité et des expériences qui en découlent

Les thématiques universelles du texte rejoignent un vaste lectorat: le virtuel, la mort… : «Le roman prend racine dans notre fascination collective pour les images qui modèlent notre perception du monde et de nous-mêmes, mais qui ne nous préparent pas (ou nous préparent mal) à faire l’expérience de la maladie, de la mort et du deuil. On me répète que c’est mon roman le plus intimiste et le plus émouvant. Et c’est vrai que j’ai canalisé une intense charge émotive à travers l’écriture du roman.» explique l’auteure.

Rédigé au moment où l’auteure accompagnait sa mère mourante, ce texte intelligent et sensible nous bouleverse par moments. Un roman sublime, à lire absolument!

********************

 Karoline Georges. De Synthèse. Éditions Alto, 2017, 219p.

Galerie

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire