• Culture
À la Galerie 1855

La poésie pour rester vivant

Caroline Laplante

« Les gens aiment la poésie, c’est juste qu’ils ne le savent pas. Moi, j’ai voulu enlever le côté sombre, complexe de la poésie incomprise [...] tout en conservant des images assez fortes pour être partagées. Je crois que j’ai réussi à communiquer une vibration, du moins, je l’espère. J’ai surtout réussi, je pense, à apporter une voix singulière. » - Marie-Ève Comtois

 

Le 11 décembre prochain, se tiendra à la Galerie 1855, à Saint-Hyacinthe, l’événement POÈMES. Marie-Ève Comtois, poète et artiste multidisciplinaire originaire de Saint-Hyacinthe, que le blogueur littéraire Mathieu Arsenault qualifie de poète post punk, dans la veine de Hélène Monette ou encore de Geneviève Desrosiers, lira des poèmes inédits. Elle est l’auteure de trois recueils de poésie : Le Windex de Narcisse, Je te trouve belle mon homme et Roucouler comme des raisins sauvages, paru plus tôt cette année aux Écrits des Forges.

Marie-Ève Comtois Marie-Ève Comtois est une habituée des lectures. Pour elle, « la poésie est un studio libre de la personne. [...] C’est pourquoi je lis toujours un texte inédit ou plutôt, j’essaie de le performer, je le passe au test pour voir s’il y a bonne réception [...] il est une forme de premier jet, souvent presque pas du tout retravaillé. C’est pour moi une façon de surprendre le monde, d’aller chercher leur curiosité pour le plaisir et aussi une certaine forme de don de soi. C’est toujours plaisant d’entretenir des rencontres, des “déjà établies” et des nouvelles, cela garde vivant. C’est le plus important : rester vivant. »

Son premier recueil de poésie, Le Windex de Narcisse, a d’ailleurs été écrit grâce à une rencontre. « J’ai rencontré mon voisin Daniel Leblanc-Poirier qui alors préparait la sortie de son premier recueil de poésie La lune n’aura pas de chandelier avec L’Hexagone. Il m’a lancé le défi d’écrire un recueil et j’ai relevé le défi [...] les Éditions Lanctôt, devenues Michel Brûlé Éditeur, ont sélectionné mes textes. J’ai alors publié Le Windex de Narcisse en 2007. »

Pour Marie-Ève Comtois, l’écriture se vit dans l’affirmation, le désir de convaincre par l’énorme travail que demande l’écriture. Je te trouve belle mon homme est le résultat de deux ans de réécriture, de réflexions et de pauses, « parce que selon moi, il y a un temps pour l’écriture et un temps pour y réfléchir. Pour le vivre aussi. Mais c’est toujours difficile de publier un deuxième recueil. Le défi est grand d’arriver à quelque chose de très différent du premier recueil. Il faut se dépasser, non pas pour impressionner, mais pour se réaliser. C’est la formation de la personne, sa maturité. »

L’événement POÈMES se tiendra à la Galerie 1855, située au 1855 rue des Cascades, à Saint-Hyacinthe, le dimanche 11 décembre de 14 h à 16 h. Outre, la lecture donnée par Marie-Ève Comtois, vous pourrez entendre Roxane Lavoie, artiste et auteure maskoutaine. Il vous sera également possible de présenter, d’entendre et de voir performer des textes inédits lors du micro ouvert qui suivra ces prestations.

Écrire un commentaire >

  • Marie-Ève Comtois

    J'ai hâte de te revoir et d'entendre tes nouveaux poèmes.

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.