• Culture

L'amour du cinéaste Marc-Bisaillon

Anne-Marie Luca

Après le silence du témoin d’un crime dans son film La lâcheté (2006), et celui des auteurs d’un homicide dans La vérité (2011), le cinéaste de Saint-Hyacinthe, Marc Bisaillon, débusque le silence de la victime dans son prochain long-métrage, L’amour, dernier film de la trilogie.

Le cinéaste maskoutain, Marc Bisaillon. photo : Nicolas Humbert Rencontré à la Brûlerie Mondor, à Saint-Hyacinthe, l’homme de 49 ans raconte comment ses films sont basés sur des faits divers dénichés dans les quotidiens. Le premier s’inspire d’un kidnapping ; le deuxième, d’un meurtre commis par deux adolescents lors d’une soirée.

L’amour est quant à lui basé sur les péripéties de Stephen Marshall. Le Néo-Écossais de 21 ans s’était enfui en 2006 chez son père, au Maine, pour assassiner deux prédateurs sexuels inscrits aux registres policiers avant de s’enlever la vie.

En lisant la nouvelle, Marc Bisaillon s’est demandé comment un jeune, à priori gentil et introverti, peut s’enfuir, voler un fusil et tuer deux inconnus. « J’ai voulu fouiller plus en profondeur, explique-t-il. Ce qui m’intéresse, ce sont les gens normaux qui vivent des situations plus grandes que nature.»

Pour aller au bout de sa réflexion, il a notamment interrogé des témoins, en plus de retracer la mère du criminel, Margaret Miles. Cette professeure de musique au secondaire a consacré une partie de son temps à tenter de comprendre ce qui a mené son jeune à produire ces actes.

« Qu’est-ce qui s’est passé dans le Maine pendant trois jours ? C’est le gros mystère que mon film révèle. Mais comme le père n’a jamais voulu parler, il a fallu que je l’invente », précise le cinéaste.

Plusieurs versions écrites de l’histoire et près de dix ans plus tard, la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a enfin accepté en décembre le scénario de Marc Bisaillon.

Silence coupable

Ce qui était censé être un projet sur les vertus s’est transformé en réflexion sur le silence coupable. La trilogie repose sur le fait que si les gens parlaient, il y aurait moins de crimes. « Le silence, c’est le ciment des crimes », souligne l’auteur.

Ironiquement, ses films passent sous le silence de la critique. « C’est peut-être parce que je parle de sujets sombres et difficiles, dit-il d’un air pensif. Mais les histoires avec des êtres complexes, c’est ce que j’aime. »

Pour le film L’amour, on pourra s’attendre à un petit côté Taxi Driver (1976), film du réalisateur américain Martin Scorsese. « Mais avec des gags ici et là pour détendre l’atmosphère un peu », ajoute l’auteur en riant.

L’histoire se déroulera lors de la fin de semaine de Pâques et mettra en scène Pierre-Luc Lafontaine dans le rôle d’Alex (Stephen Marshall), Fanny Mallette dans celui de la mère et Paul Doucet, incarnera le père. Le tournage devrait commencer au début de 2017 et se partagera entre Sept-Îles et la Montérégie.

Galerie

  • Image du portfolio

Écrire un commentaire >

  • Re: L'amour du cinéaste Marc-Bisaillon

    Cinéphile par le trognon, si vous saviez comme j'adoré votre film: La Lâcheté. Tout y est fait, non-dit. Si vous le permettez, j'aimerais vous confier une histoire de cette puissance, une histoire de massacres de deux (de milliers) d'enfances à travers ce terme mal compris d'"aliénation parentale". À quelques heures d'en avoir terminé la scénarisation (plein plein d'actions, d'un dénouement inespéré, unique et de lutte sur 35 ans), je vous en confierais probablement la réalisation. Alors, si vous voulez en savoir plus long, comprenant votre occupation sur d'autres projets. je demeure. PS: Je ne suis pas collant, un appel, peut-être une rencontre. En passant, ma photo FB: il s'agit de mon SEL-RI, le premier SELFI végétarien. Au plaisir.

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.