• Culture

Le Théâtre de la Dame de Cœur célèbre 40 ans de créativité

Josiane Roulez

Lorsque Richard Blackburn et sa troupe de théâtre ont donné leur premier spectacle d’été au Camping de l’île à Roxton Falls, en 1976, ils ignoraient que leur projet allait ouvrir sur une fabuleuse aventure. Quarante ans plus tard, le Théâtre de la Dame de Cœur et ses marionnettes géantes, à Upton, sont devenus l’un des fleurons de la scène culturelle québécoise.

Pour l’amour de la région

De gauche à droite : directeur général et artistique, Richard Blackburn, présidente du conseil d'administration, Madame Sylvie Bellerose, président d'honneur pour la soirée bénéfice, Monsieur Ty Diep Natif du Saguenay, Richard Blackburn portait depuis toujours en lui le projet de travailler en région. « C’était pour moi un désir si puissant qu’il ne pouvait pas en être autrement. La troupe a vu le jour à Montréal, mais dès que j’en ai eu l’occasion, je l’ai entraînée en région, affirme le directeur général et artistique du Théâtre de la Dame de Cœur (TDC). Le propriétaire du Camping de l’île, à Roxton Falls, avait une petite salle à l’entrée du camping, et il nous a autorisés à y jouer. Nous y avons fait deux étés, avec déjà le souci d’explorer, de faire vivre au public une expérience particulière. Puis, nous nous sommes installés sur le site actuel, à Upton. »

Lorsqu’on contemple le magnifique Domaine de la Dame de Cœur, il est bien difficile de s’imaginer qu’il était à l’abandon il y a 40 ans. Pourtant, en 1978, la troupe de théâtre l’a trouvé dans un état pitoyable. « Le site était fantomatique. Toutes les vitres étaient brisées, les boîtes électriques avaient été arrachées et volées, il n’y avait ni eau ni électricité. Nous-mêmes, nous étions des squatteurs ! Nous avons envahi le site pour y faire du théâtre. Nous n’avions pas de bail, nous étions simplement tolérés », se souvient Richard Blackburn.

Big bang artistique

C’est là, dans ce lieu inattendu, que s’est produit le « big bang artistique » du Théâtre de la Dame de Cœur : la naissance de la marionnette géante. « Deux petites rivières traversent le site, et nous avons décidé de monter un spectacle sur l’eau. Ça a été une aventure exceptionnelle. C’est là que nous avons laissé tomber le théâtre psychologique pour entrer dans le monde de l’allégorie », raconte Richard Blackburn.

Pendant 10 ans, la troupe travaille d’arrache-pied à développer son créneau artistique et à remettre le site en état. La rivière est une scène capricieuse, et monter un spectacle sur l’eau demande des efforts colossaux. Les artistes explorent donc diverses avenues, jouant entre autres autour d’un sous-sol en ciment à ciel ouvert où s’assoit le public. Le TDC affirme sa vision, celle d’un théâtre de création éclaté et influencé par l’environnement, d’un jeu en quatre dimensions autour du public.

Reconnaissance officielle

Au bout de 10 ans, le travail et le sérieux de la troupe sont enfin reconnus, et les autorités gouvernementales et municipales lui concèdent le domaine sur lequel elle opère. Dans les années 1990, le TDC fait construire sa salle extérieure, dotée de sièges pivotants à bretelles chauffantes, puis la toiture qui la protège. Au moulin, qui abrite un restaurant et un espace de création, viennent se greffer au fil des ans d’autres bâtiments : l’atelier de production, l’entrepôt, le centre administratif, une résidence pour le personnel et, surtout, le Centre d’Interprétation des Marionnettes baroques Alphonse Desjardins (CIMBAD), où petits et grands peuvent admirer les marionnettes géantes et faire l’expérience de leur manipulation.

Parallèlement, le TDC développe des projets à Montréal, puis à l’international. Il participe notamment au défilé du 350e anniversaire de Montréal, en 1992, et à divers événements au Québec. En 2002, il met sur pied sa première grande production internationale : le spectacle d’ouverture d’un complexe théâtral à Singapour. Avec des partenaires de France et d’Australie, il développe un événement plus grand que nature sur l’eau et sur les murs, accompagné de pyrotechnie. Le succès est total, et le TDC est ensuite appelé à se produire au Japon, lors de l’Exposition universelle à Aichi, en 2005, et à New York, où il développe un spectacle pour le Cirque du Soleil, en 2006.

Mission accomplie

Depuis ses débuts, le Théâtre de la Dame de Cœur a produit plus de 80 spectacles. Chaque année, il accueille quelque 20 000 visiteurs, offre plus de 150 animations dans les écoles et deux formations de 90 heures en manipulation des marionnettes. « L’une de mes plus grandes fiertés, c’est que le TDC soit demeuré pendant toutes ces années un véritable laboratoire d’expérimentation. Nous avons réussi à garder l’équilibre entre notre audace artistique et le plaisir du public », déclare Richard Blackburn.

À 65 ans, le fondateur du TDC songe maintenant à la mise en place de la relève, une étape qu’il aborde avec confiance. « Nous travaillons très fort à réussir ce passage, important et crucial pour toute organisation. D’ici cinq ans, la relève sera en place, et je jouerai alors davantage un rôle de mentor », affirme ce passionné, dont la détermination et la persévérance ont forgé l’âme du TDC.

Une saison de célébrations

Pour ses 40 ans, le TDC prépare toute une saison de festivités, qui comprendra un défilé de lanternes dans les rues d’Upton le 25 juin prochain, une soirée bénéfice haute en couleur le 14 juillet, un théâtre hanté le 29 octobre et, bien sûr, une toute nouvelle création, présentée du 6 juillet au 20 août. Intitulée Les Géants de l’étang, elle plongera le public dans l’univers des insectes, mettant en vedette trois chenilles audacieuses en quête d’une meilleure destinée.

Le thème est de circonstance, car avec l’arrivée de sa relève, le Théâtre de la Dame de Cœur sera sûrement appelé, lui aussi, à une nouvelle destinée.

Galerie

  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.