• Culture
À EXPRESSION

Les artistes du cégep s'exposent

Paul-Henri Frenière

Les amateurs d'art contemporain ont jusqu'au 10 mai pour découvrir la production des étudiants du Cégep de Saint-Hyacinthe qui proposent l'exposition Corpus à Expression.

Photo: Nicolas Humbert.

Il s'agit de la première cohorte du tout nouveau programme en Arts visuels que l'institution a mis sur pied il y deux ans. Une vingtaine de jeunes artistes exposent le résultat de leur travail de session qui porte sur les thèmes de l'individualisme, mais aussi des rapports sociaux et interpersonnels.

« Cette année, c'est une très bonne cuvée! » a lancé Marcel Blouin, le directeur du centre Expression, lors du vernissage qui a eu lieu vendredi dernier. Depuis plusieurs années, à chaque printemps, Expression accueille les artistes cégépiens dans ses murs.

La différence pour l'édition de 2015, c'est que les étudiants ont suivi un parcours de deux ans axé uniquement sur les arts visuels, une formation qui les prépare éventuellement à des études universitaires.

Lors du vernissage, les enseignants du programme ont remis des prix à trois étudiantes qui s'étaient démarquées. Il s'agissait d'une bourse de 200$ et d'un abonnement à la revue française d'art contemporain esse.

Myriam Turcotte a reçu le prix Engagement et assiduité. « Myriam est une étudiante curieuse qui s'investit toujours pleinement dans ses projets. Son grand intérêt pour les causes sociales s'est manifesté entre autres à travers son implication au Cégep sur le plan socioculturel et également dans ses projets artistiques » a-t-on fait valoir lors de la remise de son prix.

Un prix Excellence scolaire a également été remis et il a été décerné à Ariane Fravalo. « Ariane s'est démarquée pour ses résultats scolaires dans l'ensemble des cours du programme Arts visuels. Elle s'est montrée assidue et sérieuse dans ses travaux, autant en atelier qu'en histoire de l'art où la maturité de sa pensée lui a permis d'exceller tant à l'écrit qu'à l'oral ».

L'art et les travailleuses du sexe

Les enseignants ont eu un véritable coup de cœur pour le travail de Kellyanne Boisvert à qui l'on a remis le prix Oeuvre marquante.

L'enseignante Catherine Sylvain et Kellyanne Boisvert. Photo: Nicolas Humbert. La jeune femme a pris contact avec des travailleuses du sexe via internet. Par la suite, elle s'est rendu sur leurs lieux de travail à Montréal. Elle a alors pris des photos de trois d'entre elles : une escorte, une masseuse érotique et une « cam girl ». Les photos sont volontairement floues, pour préserver l'identité, sauf pour la « cam girl » qui a donné son autorisation.

L'oeuvre de Kellyanne Boisvert, intitulée Appel de dossiers, présente ces femmes comme si elles étaient des artistes en art visuel. Chaque photo est accompagnée d'un texte qui décrit leur démarche artistique.

« C'était une façon, pour moi, de leur donner une voix, explique Kellyanne Boisvert. Je voulais établir un pont entre l'art et le travail du sexe ».

Catherine Sylvain, qui donne le cours Démarche et création, a commenté le travail de son étudiante. « C'est une personne intrépide qui a entrepris une démarche rigoureuse. Son œuvre atteste d'une fine compréhension des enjeux de l'art actuel, faisant d'elle un des meilleurs espoirs comme artiste de la relève ».

Galerie

  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.