• Culture

Les Hou-Lops… au Panthéon du Rock’n Roll!

Roger Lafrance

Il y avait bien du monde le 28 février au Musée du Rock’n Roll du Québec, rue Ontario à Montréal. L’événement n’était pas banal : on procédait à l’intronisation du groupe Les Hou-Lops au Panthéon du Rock’n Roll du Québec, en présence de deux de ses membres fondateurs, Yvan Côté et Jean-Claude Bernard.

Lors de la soirée d’intronisation : Yvan Côté, Félix B. Desfossés, directeur de recherche du Musée, et Jean-Claude Bernard. Source : Musée du rock’n roll du Québec  « Ce fut beaucoup d’émotions pour Jean-Claude et moi, a raconté Yvan Côté à Mobiles. Ce fut l’occasion de parler avec plusieurs membres des groupes de ces années-là, de se rappeler des souvenirs et de signer des autographes. »

On l’oublie : Saint-Hyacinthe a joué un rôle prépondérant dans l’élan qu’a connu la musique québécoise au cours des années 1960. Plusieurs groupes ont pris naissance ici : les Sultans, les Aristos, les Lutins et, bien sûr, les Hou-Lops. Cette époque a posé les jalons de ce qui allait devenir l’industrie de la musique québécoise.

« Les Hou-Lops ont inspiré tous les autres groupes, confie le directeur du musée, Patrice Caron. Ils l’ont fait sur l’aspect musical, notamment par l’utilisation de la guitare à 12 cordes, les succès qu’ils ont connu en Europe, en jouant en 1re partie des Rolling Stones et aussi en écrivant leurs propres compositions, ce qui allait à l’encontre des producteurs de l’époque qui privilégiaient les reprises de succès anglophones. »

Selon Patrice Caron, directeur du Musée du rock’n roll, les Hou-Lops ont inspiré tous les autres groupes québécois des années 1960. Patrice Caron est un véritable passionné de musique. Posez-lui une question et vous assisterez à un cours en accéléré de la musique québécoise. Son Musée du Rock’n roll dispose de peu de moyens mais il est conçu avec passion et intégrité. Installé depuis l’automne dernier dans un ancien entrepôt d’instruments de musique, il présente de nombreux artefacts de la chanson de cette époque.

Jusqu’à la fin du mois, le musée présente une exposition sur la vague yéyé, de 1964-1968. Ses initiateurs ont donc profité de cette exposition pour introniser le groupe Les Hou-Lops. Plusieurs objets rappellent en effet la carrière du groupe : guitare, chemise d’une des tournées en Europe, trophées et des 45 tours sortis en Angleterre, en Italie… et même au Liban!

« On oublie vite au Québec, rappelle Patrice Caron. On a l’impression que les groupes 1960 sont condamnés à un public nostalgique. Le rock’n roll identifie bien cette époque. À sa façon, cette musique raconte l’histoire du Québec. »

Le yéyé épousait parfaitement cette période de grands changements. Le Québec sortait de sa grande noirceur. Les jeunes s’ouvraient à un monde plus libre sur le plan des idées, de la mode et de la musique. Expo 1967 se préparait. Le FLQ posait ses bombes. La guerre au Vietnam sévissait. La jeunesse imposait ses choix comme nulle autre génération ne l’avait fait auparavant.

La formation des Hou-Lops, Gilles Rousseau, Jean-Claude Bernard, Yvan Côté, Jean-Claude Domingue et Claude Laviolette. Source : Musée du rock’n roll du Québec Les Hou-Lops, rappelle Patrice Caron, ont été l’un des groupes les plus prolifiques de l’époque : dix-huit 45 tours et six microsillons, sans compter les compilations et les participations avec d’autres artistes. Ils ont eu leur propre émission de télévision à CHLT-TV et ont été le seul groupe à avoir fait deux tournées en Europe.

Au milieu des années 1990, le groupe a repris du service durant 10 ans, grâce à l’impulsion du Festival Rétro. Une quarantaine de spectacles ont suivi, un peu partout au Québec. Aujourd’hui encore, Yvan Côté continue de jouer pour le plaisir au sein de la formation Câline de gang qui regroupe des membres des autres formations maskoutaines.

« On reprend des tounes des Hou-Lops et des autres formations, signale-t-il. On nous les redemande toujours. »

Pour les intéressés, l’exposition Révolution Rock se déroulera jusqu’à la fin du mois de mars. Le Musée, lui, est ouvert du jeudi au lundi, au 2222, rue Ontario Est à Montréal.

Galerie

  • Image du portfolio

Écrire un commentaire >

  • Re: Les Hou-Lops… au Panthéon du Rock’n Roll!

    Une fierté pour nous maskoutains.

  • Re: Les Hou-Lops… au Panthéon du Rock’n Roll!

    Des honneurs bien mérités!

  • Re: Les Hou-Lops… au Panthéon du Rock’n Roll!

    des honneurs bien méritées c'est vrai je dirais que Les Sultans et Donald et les Aristos pourraient avoir ces honneurs aussi. Francine de Montréal

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.