Un classique québécois revisité

Maria Chapdelaine a 100 ans

Portrait de Anne-Marie Aubin
14 juillet 2013

Depuis 2010, dans le cadre de la Journée Mondiale du livre et du droit d’auteur, les Éditions de la Bagnole, en collaboration avec Soulières Éditeur,  publie un classique de la littérature sous forme de roman illustré.  Cette année, dans le cadre du centenaire du décès de Louis Hémon, Jennifer Tremblay a rédigé une adaptation de ce classique de notre littérature du terroir. Le livre abondamment illustré en couleur par Fransesc Rovira a été lancé au musée Maria Chapdelaine à Péribonka en avril dernier.

 

Lecture scolaire contestée

De nos jours, l’héroïne déchirée entre la raison et la passion fait bondir les féministes.  Maria Chapdelaine, suite à la mort de son amoureux,  a le choix de partir aux États-Unis avec Lorenzo Surprenant ou de rester au pays de Québec où «rien de ne doit mourir et rien ne doit changer…» Classique de la littérature au secondaire et au collégial, Maria Chapdelaine s’avère un document historique écrit par un français de passage au pays au début du XXe siècle.

Jennifer Tremblay directrice littéraire aux éditions La Bagnole, a fait un excellent travail d’adaptation du texte destiné à la jeunesse. Le roman se lit aisément car les longues descriptions du territoire sauvage, de l’hiver canadien ont été coupées au profit des superbes illustrations de Francesc Rovira.

 

 

Louis Hémon, 1880-1913

Le 8 juillet 1913, l’auteur Louis Hémon mourait happé par un train à Chapleau en Ontario. Né en 1880 à Brest en France, Hémon a d’abord été un grand sportif. Il pratiquait  la course à pied, le rugby, la natation, le canoë et la boxe. Chroniqueur sportif correspondant, c’est ainsi qu’il se met à écrire.  En 1911, Louis Hémon traverse l’océan et s’installe dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, une région de pionniers assez sauvage à l’époque. Ouvrier agricole à Péribonka, il travaille sans salaire et observe les gens, prend des notes dans un carnet. Là s’inscrivent les grandes lignes du récit à venir.
En décembre 1912, il s’installe à Saint-Gédéon pour rédiger une première version de Maria Chapdelaine.  Ce roman sera publié posthume, sous forme de feuilleton, dans le journal Le Temps en 1914. Aujourd’hui il existe de nombreuses éditions de Maria Chapdelaine, traduit en plus de 20 langues et adapté au cinéma en 1934, 1950 et 1983. Si vous passez à Péribonka, vous pourrez visiter le musée consacré à Louis Hémon et Maria Chapdelaine.

 

Des classiques revisités

Cette publication fait suite aux Aventures de Don Quichotte le chevalier errant, La Fabuleuse Odyssée d’Ulysse et Le Cid, une légende espagnole, titres lancés en 2010, 2011 et 2012, dans la même collection, adaptés par Rosa Navarro Duràn, traduit par Ian Éricksen et tous illustrés en couleur par Francesc Rovira . Bravo à la collaboration de Soulières Éditeur et La Bagnole pour cette excellente initiative qui permet aux jeunes d’accéder à des œuvres littéraires importantes.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE >

Laisser un commentaire

Sera maintenu privé.

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may use [view:name=display=args] tags to display views.
  • Les liens images provenant de Gallery2 sont formatés pour une utilisation avec Lightbox2
  • Les liens images avec l'attribut 'rel="lightshow"' dans le tag <a> apparaitront dans un diaporama Lightbox si on clique dessus.
  • Les liens sur des contenus HTML avec l'attribut 'rel="lightframe"' dans le tag <a> apparaitront dans une Lightbox si on clique dessus.
  • Les liens vers des contenus inclus ou modaux avec 'rel="lightmodal"' dans le tag ALT apparaitront dans une Lightbox si on clique dessus.
CAPTCHA visuel
Entrez ces caractères, sans espace.

Note aux lecteurs : Les opinions et propos émis sur ce site n'engagent que leurs auteurs.