• Culture
Karoline Georges à Expression

L'obsédante quête du sublime

Paul-Henri Frenière

L'avatar d'un personnage fictif d'un roman; l'actualisation d'un profil en animation 3D; une vidéo sur un fantasme post-pornographique : bienvenue au 21e siècle. Bienvenue dans l'univers de Karoline Georges.

Karoline Georges devant l'avatar Anouk A. Photo : Paul-Henri Frenière. De la quête du sublime au temps de la virtualité, telle est la proposition estivale du centre d'exposition Expression. Une incursion dans un univers étrange, mais fortement marqué par l'esthétisme et la poésie. Cette exposition singulière retrace la quête du sublime que Karoline Georges poursuit depuis une décennie.

Maskoutaine d'adoption depuis une vingtaine d'années, l'artiste multidisciplinaire s'est d'abord fait connaître par l'écriture. Notons, au passage, qu'elle est l'une des fondatrices du Journal Mobiles.

C'est à Expression, en 2001, qu'a eu lieu le lancement de son premier roman, La Mue de l'hermaphrodite. En 2003, elle participait à la première édition de Orange, l'événement d'art actuel de Saint-Hyacinthe où elle y présentait, entre autres, une série de photographies.

L'écriture, la photographie, la vidéo, la modélisation 3D sont pour elle des disciplines qui s'interpénètrent et qui ont souvent comme support la virtualité.

Mais comment transposer cet univers numérique dans une salle d'exposition? Ma question semble la surprendre. Pour elle, c'est l'évidence.

Anouk A., l'avatar sublime

La démonstration s'ouvre sur une série de photographies qui rappellent, paradoxalement, l'époque argentique. « C'est pour l'esthétisme : le noir et blanc, le grain de l'image, la pureté de la lumière » explique l'artiste.

Les photos représentent le visage et certaines parties du corps de Anouk A., l'avatar sublime d'un personnage de son roman Ataraxie. C'est la plus récente production qu'elle a réalisée expressément pour l'exposition.

« Anouk A. est un avatar 3D créé dans Second Life, cet univers virtuel accessible sur internet, raconte Karoline Georges. Depuis le début de ce projet, en 2014, près de 250 designers 3D, en provenance d'une quarantaine de pays, se sont joints au processus. Ils me font parvenir régulièrement leurs créations et j'intègre les items reçus. C'est un work in progress. »

D'autres femmes modélisées en noir et blanc – et le plus souvent nues – animent cette exposition par des vidéos HD. « La couleur est un habillage superflu » dit-elle.

La sublimation du corps

Fantasme post-pornographique en est certes la représentation la plus spectaculaire. Une femme nue, toujours la même, se multiplie et s'agglutine jusqu'à former une sorte de pyramide humaine. L'artiste explique ainsi sa démarche : « L'ensemble de ces femmes identiques se déploie dans l'espace, telle la duplication à l'infini d'un même être, sorte d'apothéose de l'individualisme ». Difficile de ne pas penser aux égoportraits qui pullulent sur les réseaux sociaux.

Karoline Georges croit en la sublimation du corps humain. En fait, c'est une quête qui semble obsédante pour elle. Une sublimation qui transforme l'énergie vitale en création artistique prenant différentes formes.

À la voir évoluer à travers ses créations, son propre visage, son corps, ses expressions s'intègrent parfaitement dans cet univers virtuel et sexué. Comme si elle était, elle même, l'avatar de la déesse Aphrodite envoyé sur terre.

Un art qui voyage

En plus d'avoir publié ses ouvrages littéraires (La Mue de l'hermaphrodite, Ataraxie, Sous béton, Variations endogènes), la Maskoutaine d'adoption a parcouru le monde avec son art. Ses œuvres ont été présentés à travers le Canada, en Europe et en Amérique. Notons, par exemple, les Rencontres internationales Paris/Berlin/Madrid, la Biennale internationale d'art contemporain de Carthagène des Indes, la Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne et le Festival Voix d'Amériques.

La vidéo numérique REPÈRES, présentée sur grand écran dans la salle principale de l'exposition, nous fait aussi voyager à travers le monde. Des fragments poétiques sont inscrits en grandes lettres blanches sur des structures urbaines.

Son projet a débuté à Saint-Hyacinthe sur une usine de chocolat et s'est déplacé par la suite à Montréal, Toronto, Vancouver, New York, Paris, Londres, Amsterdam, Hambourg et Berlin. « Le projet n'est pas terminé, explique Karoline Georges, je veux le poursuivre en Asie. »

Sa quête du sublime se poursuit donc à travers la poésie inscrite en grandes lettres blanches sur les murs gris et anonymes du monde.

 

De la quête du sublime au temps de la virtualité

Karoline Georges

Jusqu'au 7 août 2016

EXPRESSION, Centre d'exposition de Saint-Hyacinthe

Galerie

  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio
  • Image du portfolio

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.