• Culture

Pas d’eau dans le gaz pour le Festival Agrirock !

David-Alexandre Grisé

Le Festival Agrirock nous revient en force pour une quatrième année consécutive, et ce, du 22 au 25 septembre prochains au centre-ville maskoutain. L’approche demeure constante, c’est-à-dire : créer de nouveaux espaces pour la musique émergente québécoise tout en y juxtaposant les arts graphiques et littéraires. Le tout est saupoudré d’une volonté tacite de décloisonnement des activités sociales, économiques et culturelles. Disons-le, c’est un brin rebelle et on aime ça ! Voici le résumé d’un échange avec Frédérick Michon, un membre du comité administratif du festival.

L’Agrirock consolide ses acquis

Joëlle Turcotte et Fred Michon, deux des membres du comité administratif du festival AgrirockInvité à répondre sur la différence entre la présente édition et celle de l’année dernière, Fred Michon nous explique : « Le festival prend de l’ampleur et on peut le constater à divers degrés. L’identité de l’événement est bien connue, la visibilité est vraiment meilleure et les partenariats locaux ont pris de l’ampleur aussi. On pense qu’on a fait nos preuves et ça commence vraiment à porter ses fruits. » Ce dernier nous a indiqué plusieurs autres exemples allant dans le même sens puisque la Société de développement commercial (SDC) supporte maintenant le projet, 12 lieux d’événements ont été établis et la chaine de radio CISM fera office de partenaire principal ainsi que de l’animation. À ce propos, il nous a révélé que les diffuseurs sont très enthousiastes à l’idée de mousser la relève musicale. Notons que le festival n’a toujours pas eu de soutien concret de la ville.

La programmation musicale explose !

Lorsque questionné sur ce qui pourrait offrir le plus de satisfaction au comité organisateur à l’égard de cette présente édition, Fred Michon a répondu sans hésiter : « Nous sommes vraiment fiers de notre programmation. Ça va être fou ! » En effet, on aligne de belles têtes d’affiche d’ici et d’ailleurs pour la présente édition notamment : Dead Obies, Fred Fortin, Mon Doux Saigneur, Renard Blanc, Les Deuxluxes, Les Hôtesses d’Hilaire, Désiré Renard et bien d’autres. Soulignons qu’une nouvelle scène musicale locale commence vraiment à prendre racine grâce au festival et que la programmation s’en retrouve ainsi fièrement représentée.

L’Agrirock, c’est aussi certaines valeurs

Il s’est greffé de nouveaux joueurs sur le comité administratif et ces derniers ont tous contribué. Tout le monde met l’épaule à la roue en fonction des compétences respectives de tout un chacun. On y voit peut-être un gage de succès pour la présente édition, mais il ne subsiste aucun doute ; on sent l’esprit du groupe lorsque l’on discute avec notre interlocuteur. « On est une grosse bête ! Elle est là, la grosse différence » nous dit-il. Sur la question du futur du festival, Fred Michon nous dit que le comité vise bien entendu d’autres partenariats et d’autres sources de financement afin de soulager un peu le travail de ce dernier. Cependant, sur les questions de formes ou d’ampleur du festival, il s’est gardé de toute vision personnelle : « On pense tout à six têtes et l’on décide de tout en groupe ». C’est beau, l’esprit de la collectivité ! Bon festival.

  

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.