• Culture
Livres

Place à la différence

Anne-Marie Aubin

Intimidation, respect d’autrui, ouverture à la différence, problème d’apprentissage, difficulté de trouver sa place… voilà quelques thématiques des albums que je propose pour aborder et discuter de ces problématiques, peu importe l’âge.

Chloé et sa copine de lecture : le difficile apprentissage de la lecture

Chloé n’aime pas la lecture parce qu’elle a du mal à déchiffrer les lettres, aussi déteste-t-elle lire à haute voix : « L’enseignante ne me donne jamais d’autocollant en forme d’étoile. Même pas un bonhomme sourire. À la place, je reçois un cœur où il est écrit : «Bel effort». Chloé veut une étoile mais la professeure ne les offre qu’aux bons lecteurs.

À la bibliothèque, Madame Durand propose à Chloé de faire la lecture à un chien. Il y a quelques chiens dans une section spéciale et Bianca la grosse chienne blanche devient sa copine de lecture. Bianca ne se moque pas si Chloé mélange les lettres. Patiente, elle se laisse caresser pendant que Chloé se concentre à déchiffrer les mots : « C’est amusant de lire quand on n’a pas peur de faire des erreurs. Bianca me montre que j’ai le droit d’aller lentement. Je continue de faire des efforts.» À l’école, Chloé fait maintenant abstraction des rires dans la classe et se concentre comme si elle lisait juste pour Bianca.

Superbement illustré, cet album séduisant aux couleurs douces s’avère une belle façon d’aborder les problèmes d’apprentissage et de dyslexie.

Dépareillés : amitié et solidarité

Sur la page couverture, deux jeunes filles assises sur une branche semblent bien s’amuser : Rose, une petite blondinette, et Blanche, une petite asiatique. Caché derrière un arbre, quelqu’un les épie, l’air maussade. C’est Léo qui passe son temps à embêter les autres. Ce trio est au cœur du récit de Marie-Francine Hébert.

Un matin, Rose porte des bas dépareillés pour aller à l’école, Léo se moque d’elle et entraîne les autres qui en font autant. Blanche assiste à la scène et se demande ce qu’elle peut faire. C’est sous un ciel tout noir annonçant l’orage que les fillettes rentrent à la maison.

Le lendemain, par solidarité pour son amie, Blanche porte des bas dépareillés. Ensemble, les fillettes tentent d’ignorer les paroles de Léo. «Le jour suivant, deux autres arrivent avec des bas dépareillés.» Ainsi, dans un mouvement d’entraînement, les filles et les garçons de la classe portent des bas dépareillés. L’amitié entre Rose et Blanche, ainsi que leur solidarité viennent à bout des gestes d’intimidation de Léo qui semble tout faire pour les embêter. Parfois il suffit d’un petit geste pour dédramatiser une situation.

Geneviève Després illustre les scènes dans les tons de gris avec beaucoup de sensibilité, de mouvement, ajoutant de la couleur aux objets, décor et personnages qui contrastent avec le reste.  Le ciel tout noir décrit bien l’état d’âme des filles.

Olivier cherche sa place : estime de soi

Réalisé avec Photoshop et des morceaux de casse-tête, cet album met en scène Olivier, le petit morceau de casse-tête qui cherche sa place. En proie aux moqueries des autres, il tente d’abord de les imiter en changeant de forme ou de couleur pour se faire accepter. Il joue le jeu un certain temps, mais il n’éprouve aucun plaisir à être quelqu’un d’autre pour tenter de plaire et d’être accepté. «Olivier découvre qu’on ne peut pas forcer les choses pour trouver sa place. Il suffit d’être soi-même!» Plusieurs enfants tristes et incompris se reconnaîtront à travers Olivier dans un texte en dialogues qui interpelle le lecteur. Les illustrations vives expriment bien les émotions de ce petit objet qui devient vivant.

Lila et la corneille : une petite amérindienne

Lila ne connait personne dans la nouvelle ville où elle habite. À l’école, son professeur la présente à la classe. Nathan, le meneur du groupe, l’affuble d’un surnom : «La nouvelle a les cheveux noirs comme une corneille!» Rejetée par tous les élèves, elle cache sa chevelure sous une tuque et voudrait disparaître. Sur sa route, une corneille croasse au-dessus de sa tête. Lila la rejette jusqu’au jour où elle l’observe vraiment et s’étonne de la beauté de son plumage noir. À la grande fête de l’automne où tous les enfants se fabriquent un costume, Lila aura la vedette.

Gabrielle Grimard illustre avec brio des personnages marginaux : Nathan le rouquin, Lila la petite amérindienne au teint foncé et aux cheveux noirs et le corbeau, cet oiseau mal aimé. Tout comme Lila, les nouveaux arrivants vivent parfois des difficultés d’acceptation et d’intégration à un nouveau milieu. 

 

*********************************

Cale Atkinson. Olivier cherche sa place. Éditions Scholastic, 2017, 40p.

Gabrielle Grimard. Lila et la corneille. Éditions Scholastic, 2017, 32p.

Marie-Francine Hébert. Dépareillés. Illustrations de Geneviève Després. Éditions de la Bagnole, 2017, 32p. (Collection : La vie devant toi)

Lisa Papp. Chloé et sa copine de lecture. Éditions Scholastic, 2017, 32p.

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire