• Culture
Livres

Portrait d’une auteure maskoutaine : Caroline Barré

Suzanne Henri

Caroline Barré a grandi dans la région de Saint-Hyacinthe. Cette auteure maskoutaine a publié pas moins de sept romans, dont les aventures en plusieurs tomes de L’héritière de Salem. Passionnée d’histoire, de généalogie et de Stephen King, elle peaufine actuellement son prochain roman : Confessions d’une âme tourmentée.

Caroline Barré est née dans le petit village de Saint-Dominique, près de Saint-Hyacinthe. Dans la ferme familiale, entourée de parents aimants, elle fait très jeune ses premières découvertes littéraires. « J’étais une grande lectrice, je pouvais lire plusieurs livres pour adulte en moins d’une semaine ! J’empruntais les livres de ma mère, elle lisait les classiques de cette époque, comme Danielle Steel. Mais mon désir d’écrire est véritablement né à la lecture du roman Les étoiles du Pacifique de Nancy Cato. C’est à ce moment-là que j’ai su que je voulais devenir écrivaine ».

À la poursuite de ses rêves

Avant de devenir une romancière accomplie, Caroline Barré se tourne vers des études en secrétariat. « Quand j’étais jeune, on me disait qu’être écrivain ou être artiste, ce n’était pas un métier ! » Au cours des quelque 14 années passées au sein de la même entreprise, où elle exerce plusieurs postes, elle fait une lecture qui va changer sa vie : Écriture de Stephen King. Dans ce manuel pour aspirant écrivain, le maître du thriller y dévoile les coulisses de sa création. « La lecture de ce livre a été déterminante pour moi, raconte Caroline. Je me suis souvenue de mes rêves d’enfant et cela m’a donné la force de me lancer. Stephen King m’a fait comprendre une chose essentielle : il faut avant tout écrire pour soi et se faire plaisir ».

En 2001, Caroline entame donc la rédaction de son premier roman, Assassine. Ce roman policier, mêlant suspens et science, traite d’une question alors novatrice : la lutte contre les pesticides. Écrite en seulement quelques mois, l’idée de ce thriller original lui est apparue en rêves : « J’ai fait un rêve où je voyais les premières pages écrites d’un chapitre. Sur la couverture du livre, une coccinelle se baladait. C’est comme ça que j’ai trouvé la matière pour ce premier récit », se souvient Caroline.

Des œuvres inspirées du paranormal

Sensible aux activités paranormales, à l’astrologie et à la généalogie, la romancière y puise la richesse de ses livres. « Je sais que tout le monde n’est pas ouvert à ça, mais pour moi, cela signifie simplement porter un regard différent sur le monde. Depuis que je suis toute petite, cela fait partie de moi. Je me suis toujours sentie plus proche des morts que des vivants. C’est une expérience que j’aime explorer dans mes livres et, surtout, transmettre aux autres. »

Publié d’abord à compte d’auteur, le roman Assassine est republié en 2014 par Les Éditions Québec-Livres. Suivront la publication, par la même maison d’édition, de pas moins de six tomes des aventures de L’héritière de Salem. Le prochain roman de Caroline Barré, Confessions d’une âme tourmentée, sera également le fruit d’une expérience pas comme les autres. L’auteure maskoutaine y dévoilera la vie d’une femme pendue, apparue devant elle alors qu’elle était éveillée.

Un agenda bien rempli

Entre l’écriture de son prochain roman, plusieurs manuscrits à corriger et ses reportages pour divers médias, Caroline Barré a trouvé le temps de participer à la 40e édition du Salon du livre de Montréal, en novembre dernier. Car, malgré ses nombreuses activités, elle trouve essentiel d’aller à la rencontre de son public.

Écrire un commentaire >

  • Mon amie Caroline

    Je peux dire que j'ai eu l'honneur de voir cheminer Caroline durant plusieurs années depuis le collège et c'est une femme admirable avec beaucoup d'ambition et je la félicite pour toutes ses belles réalisations!

  • Ajouter un commentaire