• Culture

Sauveur et fils : une série passionnante pour les adultes et les ados

Anne-Marie Aubin

La nouvelle série de Marie-Aude Murail, écrivaine de grand talent qui sait si bien raconter une histoire, met en scène des personnages attachants et un suspens qui tient en haleine au fil des pages. Un vrai coup de cœur la série Sauveur et fils : j’ai dévoré les trois tomes et je me suis régalée pendant près de 1000 pages.

Une famille moderne

Sauveur Saint-Yves, tel est le nom du personnage principal de la série. Enfant unique, veuf, père du petit Lazare âgé de huit ans, cet homme de race noire, costaud et séduisant, reçoit des patients toute la journée. Avec un tel prénom, notre héros se dévoue à sauver tout le monde autour de lui, en s’oubliant parfois. Mais «personne ne sauve personne. Ne change que celui qui veut changer.»

Derrière la porte du psychologue, la famille Saint-Yves s’agrandit. Le thérapeute héberge Gabin, un jeune décrocheur laissé à lui-même, un légionnaire, des hamsters… parallèlement à sa vie professionnelle, Sauveur tente de reconstituer une famille avec Louise, jeune mère monoparentale. On s’attache à tous ces personnages avec leurs doutes, leur douleur, leur mal de vivre. On les aime dans leur humanité, leur vérité.

Trois saisons dans la vie d’un psy

Dès le départ, nous sommes plongés dans l’agenda du clinicien attendant les patients d’une semaine à l’autre. Autour de Sauveur, l’auteure a su créer un microcosme social où les personnages évoluent et se croisent d’une saison à l’autre. Rien n’est laissé au hasard dans ce texte, tout est documenté, réel et authentique.

La série débute en 2015 avec les attentats de janvier à Charlie Hebdo et se termine avec ceux du Bataclan en novembre de la même année. Via le bureau d’un clinicien et ses patients, Marie-Aude Murail a trouvé la façon d’aborder avec beaucoup de sensibilité ces thèmes d’actualité: mère castratrice, anorexie, scarification, suicide, addiction, hyperactivité, cyberdépendance, abus sexuels, dangers des réseaux sociaux,

cyberharcèlement, phobie scolaire, immigration, violence, racisme, décrochage… tout y passe.

Fine observatrice de l’humain

Le récit n’est jamais lassant car l’auteure a l’art de passer d’un patient à un autre, de la vie privée à la vie professionnelle de Sauveur. Le ton parfois grave ne glisse jamais dans le mélodramatique ou le jugement. Quelques pointes d’humour dans les dialogues et le nom des personnages (Pimprenelle, docteur Pincé) viennent alléger la situation. Le style s’avère toujours juste, sincère, lumineux de réalisme et d’optimisme.

Une série pour les adultes et les ados

Sauveur et fils, tout comme Tintin, s’adresse autant aux adultes qu’aux adolescents. Les jeunes reconnaîtront plusieurs de leurs collègues de classe dans la série ainsi que de nombreuses références au cinéma, à chanson et à la littérature.

Les personnages adultes, très présents dans les trois romans, rendent le texte accessible à tous. Sauveur a une vie secrète, il reçoit des lettres anonymes, nous découvrons son passé avec Lazare lors d’un voyage en Martinique. Du psychologue papa cool qui laisse entrer un peu tout le monde chez lui, nous verrons la peur s’installer comme ce fut le cas en France suite aux attentats. « Des ouvriers étaient en train d’installer une porte blindée rue des Murlins et d’installer une caméra de surveillance côté jardin.» Puis la vie de couple évolue, et laisse présager des jours de bonheur. Une riche lecture qui fait réfléchir.

 

Marie-Aude Murail. Sauveur & fils, saison 1, 2, 3. Paris, Éditions L’école des loisirs.  

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.