• Environnement

La migration des bernaches du Canada

Serge Caya

Savez-vous que les bernaches du Canada, souvent appelées outardes, se font plus nombreuses dans la région de Saint-Hyacinthe depuis environ deux semaines? Au printemps, en provenance entre autres des Carolines aux États-Unis, elles migrent vers le nord dans les tourbières boréales et sur les lacs et les étangs d'eau douce jusqu'à la Baie d'Hudson. Toutefois, certaines de ces oies sauvages ont atteint la fin de leur périple migratoire dans la région maskoutaine et établiront bientôt leurs nids au sol près d'un point d'eau.

Récemment, il était possible de rencontrer plusieurs centaines d'individus dans les champs et sur la rivière Yamaska, près de Saint-Pie. Certains oiseaux prenaient une pause afin de se nourrir des grains laissés sur le sol l'automne dernier par les moissonneuses-batteuses tandis que d'autres se laissaient bercer par le faible courant de la rivière.

Les néophytes reconnaitront ces grands oiseaux à leurs cris distinctifs ressemblant à un ''a-honk'' rauque et à leur vol en formation  en V dans le ciel. Elles sont facilement reconnaissables physiquement à leur long cou noir et à leur joues blanches, le reste de leur corps étant plutôt brunâtre. Leur vitesse de croisière est d'environ 65km/h. Les deux sexes sont semblables et les couples sont formés pour la vie.

On retrouve présentement ces bernaches du Canada un peu partout sur le grand territoire maskoutain. Photo : Serge Caya

On retrouve présentement ces bernaches du Canada un peu partout sur le grand territoire maskoutain, préférablement dans les champs de maïs. Les campagnes environnantes constituent généralement des endroits de prédilection pour les apercevoir, mais parfois,  la rivière Yamaska  peut offrir quelques bonnes opportunités le long de la promenade Gérard-Côté.

Le mois d'avril est particulièrement propice à l'observation des bernaches. Équipé de jumelles ou d'un télescope et même d'un appareil photo, vous pourrez suivre leurs déplacements et faire quelques clichés lors de vos sorties. Un vêtement camouflage approprié pourrait maximiser vos chances d'approche pour la photo en terrain découvert. Cependant, lorsqu'elles sont au sol, il faut y regarder par deux fois  étant donné la couleur sombre de leur plumage général. Les bernaches sont plus actives tôt en matinée et en fin de journée. La durée de leur séjour en terre maskoutaine est tributaire de divers facteurs dont la météo.

 Des bottes de pluie pourraient s'avérer utiles si vous arpentez les campagnes et descendez de voiture. Finalement, si vous décidez de vous  installer  patiemment sur des terres privées, demandez l'autorisation au propriétaire. 

Galerie

  • Photo : Serge Caya

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire