• Environnement

Savoir lire les signes

Serge Caya

Les animaux et les oiseaux laissent des traces parfois évidentes, parfois subtiles de leur passage. Savez-vous les reconnaître ? Mettez tous vos sens à contribution et visitez les trois centres de la nature maskoutains : Boisé de la Crête, Boisé-des-Douze et parc Les Salines.

À cette période-ci de l’année, les animaux et les oiseaux laissent leurs empreintes sur un sol mou, dans la boue, le sable humide, près des flaques d’eau, ou en bordure de sentiers pédestres. Bientôt les traces dans la neige seront plus faciles à repérer.

S’il n’y a pas de traces visibles au sol, il faut chercher les ramilles broutées dans les arbres et arbustes indiquant, par exemple, la présence de cerfs de Virginie. En novembre, les cerfs ont été très actifs à cause de la période de reproduction qui peut s’étirer jusqu’au début décembre. Cherchez aussi des troncs d’arbres fraîchement écorchés par le frottement des bois des mâles pour délimiter leurs territoires ou des grattages au sol.

Les mâles cerfs de Virginie perdent leurs bois annuellement avant qu’ils repoussent chaque année. Photo : Serge Caya

On peut rechercher également d’autres types d’indices. Par exemple, l’écorce d’un arbre peut porter des marques de griffes répétées et trahir la présence d’un porc-épic, d’un raton laveur ou d’un écureuil. Des touffes de poils accrochées aux buissons épineux et aux barbelés révèlent, quant à elles, le passage d’un renard ou d’un lapin à queue blanche. D’autre part, une chouette ou un hibou manifeste sa présence en régurgitant au pied d’un arbre des pelotes constituées de poils et d’os.

La nature laisse aussi entendre une multitude de sons. S’agit-il du cri de bernaches du Canada ou d’un geai bleu ? Entendez-vous des jappements ou des hurlements de coyotes ? Est-ce le cri strident d’un écureuil roux ?

Les odeurs sont également omniprésentes. Votre odorat perçoit-il celle, quoique nauséabonde, d’une mouffette, ou encore celle d’un animal ou d’un oiseau tué par un prédateur ? Ou une odeur de musc émanant d’un cerf de Virginie ?

Finalement, au toucher, reconnaissez-vous les plumes rigides d’une aile d’oiseau ou celles, plus souples, de sa queue ?

Vous pouvez chercher des indices en toutes saisons ; le début et la fin du jour constituent un véritable enchantement pour faire des observations et, surtout, des rencontres intéressantes. Vous trouverez des solutions à vos énigmes soit dans des guides d’identification d’oiseaux, d’animaux ou de traces, ou sur Internet.

Suggestion : Mark Elbroch. Traces d’animaux du Québec, Guide d’identification, Broquet, Saint-Constant (360 photos, 260 illustrations).

Ces traces dans la neige révèlent la présence d’un lapin à queue blanche. Photo : Serge Caya

 

 

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire