• Environnement

Véhicules électriques : les concessionnaires de Saint-Hyacinthe prennent l’initiative !

Daniel Breton

Ceux et celles qui ne gravitent pas dans le milieu de l’électrification des transports ne réalisent pas à quel point il demeure difficile de s’acheter une voiture électrique, en 2017, au Québec. En effet, le manque de connaissances des concessionnaires sur ces véhicules fait souvent en sorte que les consommateurs ne s’achètent pas une voiture hybride ou électrique grâce au soutien des concessionnaires, mais malgré leurs commentaires.

De plus, le manque d’inventaire est encore et toujours un problème. Qu’on soit à Montréal, à Saint-Hyacinthe ou au Saguenay, la plupart des concessionnaires du Québec ont encore très peu de véhicules disponibles. C’est pourquoi je tiens à souligner l’initiative de l’Association des concessionnaires automobiles de Saint-Hyacinthe, qui a résolu de faire de Saint-Hyacinthe LA région où acheter sa future voiture hybride ou électrique.

En effet, au printemps dernier, j’ai eu la chance d’échanger avec les concessionnaires et de leur faire des présentations qui les ont convaincus d’investir dans l’avenir du véhicule électrique. Pour y arriver, ils se sont engagés à travailler ensemble pour organiser un premier Salon du véhicule électrique, au tout nouveau Centre de congrès de Saint-Hyacinthe, les 24, 25 et 26 novembre 2017.

De plus, ils suivront, cet automne, des formations spécifiques sur les véhicules hybrides et électriques, sur les infrastructures de recharge et sur les dossiers connexes tels que les subventions et autres avantages liés à l’électrification des transports. Ils travailleront aussi d’arrache-pied pour rendre disponibles des véhicules électriques pour essai et, bien évidemment, pour achat ou location. Enfin, ils installeront chez eux des bornes de recharge pour véhicules s’ils ne l’ont pas déjà fait.

Ce travail concerté entre gens d’affaires concurrents est exceptionnel et mérite d’être salué. On ne retrouve une telle initiative nulle part ailleurs au Québec. Par ailleurs, la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe, Saint-Hyacinthe Technopole et la Ville de Saint-Hyacinthe appuient aussi cette démarche et cette opportunité d’affaires pour les commerçants de la région.

Ailleurs au Québec, l’électrification des transports passe par la recherche et le développement de nouvelles chimies de batteries (Varennes), la fabrication d’autobus scolaires électriques (Saint-Jérôme), l’assemblage de bornes de recharge (Québec, Shawinigan), le minerai (Haute-Mauricie, Basse-Côte-Nord) ou la fabrication de bateaux électriques (Sainte-Catherine). Les Maskoutains peuvent eux aussi tirer leur épingle du jeu. Au Québec, ceux et celles qui veulent se procurer un véhicule hybride ou électrique sauront maintenant que c’est à Saint-Hyacinthe que ça se passe.

Cette nouvelle offre sera positive à la fois pour l’économie locale, pour notre environnement et pour diminuer notre dépendance au pétrole, car nous investirons dans NOTRE pétrole québécois : l’électricité renouvelable. C’est ce qu’on appelle une entente gagnant-gagnant-gagnant.

En tant que résident de la MRC des Maskoutains, je suis particulièrement fier de faire partie de cette démarche. Encore une fois, bravo !

Écrire un commentaire >

  • véhicule électrique

    Je vais aller voir le salon , mais j'ai bien hate qu'il pense au propriétaire de camionnette pleine grandeur , pcq c'est pas tout le monde qui aime se promener dans des autos , je traîne au moins 5000 lbs , je serais le premier a électrifié mon véhicule mais pas a 100,000.00 du véhicule. Pour quand un vrai hybride dans la camionnette pleine grandeur.

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.