• Loisir

La bière, une question de goût

Collaboration Spéciale

Devant l’offre de bières de plus en plus présente, le consommateur que vous êtes peut se sentir intimidé. Quoi boire ? Comment choisir ? Des centaines d’appellations et de styles se révèlent à vous sans trop savoir ce qu’ils cachent. Petit guide du consommateur : une approche fondée sur le goût.

Chacun d’entre vous peut déceler quatre goûts différents : le salé, le sucré, l’amer et l’acidité. Chaque goût est plus ou moins détectable en fonction de plusieurs paramètres. Le sucré est un goût inné, vous l’appréciez dès votre naissance, tandis qu’il est plus difficile d’avoir un faible pour l’amertume, qui s’apprivoise avec le temps. La bière, c’est une question de goût. On peut y retrouver les quatre saveurs à échelle différente et à intensité variable.

Le sucré

Le goût le plus apprécié par l’ensemble de la population. On le retrouve dans la bière grâce au sucre contenu dans celle-ci. Extrait de la céréale, il est transformé en alcool. Oui, mais voilà : tous les sucres ne sont pas transformés en alcool, on en retrouve donc encore dans les bières. Plus la bière est alcoolisée, plus celle-ci donnera une impression sucrée. Fait intéressant, plusieurs brasseurs n’hésitent pas à ajouter du sucre dans leur bière, une technique employée auparavant pour augmenter le taux d’alcool sans toucher au caractère de la bière, les sucres employés étant entièrement transformés en alcool.

Les bières sucrées sont nombreuses et on peut les retrouver sous différents styles. Les bières belges sont souvent catégorisées dans les bières sucrées. Certaines bières allemandes comme les DoppelBock ou Weizenbock le sont également.

L’amertume

Véritable tendance depuis ces dernières années, les bières amères ont la cote. C’est grâce au houblon qu’on arrive principalement à amèriser une bière. Il est utilisé depuis plusieurs siècles pour ses propriétés conservatives dans une bière. L’amertume était un « effet secondaire ». Aujourd’hui, on apprécie l’amertume d’une bière, mais également le caractère aromatique des houblons. Au nez, vous retrouverez des notes parfumées d’agrumes, de fruits tropicaux, d’herbes, de foin et j’en passe. L’amertume s’apprivoise, il vous suffit d’essayer plusieurs bières pour en découvrir toutes les subtilités.

L’acidité

L’acidité et la bière sont complices depuis des siècles. Celle-ci est le résultat d’une oxydation de la bière souvent accentuée par le temps. Aujourd’hui, c’est le fruit d’une recherche du brasseur pour offrir un produit affiné ou volontairement oxydé, par exemple. On peut retrouver différents types d’acidité dans la bière, comme celle d’un yaourt (lactique) ou du vinaigre (acétique). Les bières acides ont également la cote. Elles sont souvent très rafraîchissantes et les brasseurs ont développé des techniques qui leur permettent d’offrir des bières de plus en plus équilibrées.

Le salé

Moins présent, il est cependant perceptible dans beaucoup de bières. Il existe un style très particulier, originaire d’Allemagne, qui vous offre une belle note salée sur la langue : la Gose, une bière de blé brassée avec de la coriandre et de l’eau salée. Un produit à découvrir, juste pour le plaisir de déguster différentes bières.

Philippe Wouters

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.