• Loisir
Configuration des liens cyclables

On se demande bien à quoi ils pensent...

Jean-Simon Carrier

Depuis la rentrée scolaire, j’ai commencé à me rendre au boulot en vélo le plus souvent possible. Ce n’est pas une mince tâche! Il y a eu plusieurs changements dans les configurations routières dernièrement et bizarrement, la situation s’est détériorée au lieu de s’être améliorée comme la logique le veut. J’ai la forte impression que tous ces changements se sont faits sans qu’ils demandent l’avis d’usagers. Pour démontrer mon point de vue, j’utiliserai quelques exemples bien Aquinois.

Le cas du viaduc Laframboise

Autrefois

Nous avons la chance d’avoir un nouveau viaduc sur le boulevard Laframboise pour enjamber l’autoroute 20. La piste cyclable a été reconfigurée. Autrefois, les deux voies de circulation cycliste étaient du côté ouest du viaduc. C’était tout à fait logique, car le réseau cyclable sur le boulevard Laframboise se situe du côté ouest de part et d’autre du viaduc. Évidemment, les nombreux consommateurs du pôle commercial Wal-Mart — Canadian Tire devaient traverser une fois le boulevard Laframboise. Les cyclistes Aquinois devaient le traverser où ils jugeaient que ce serait le plus simple et plus sécuritaire. Les usagers du parc des Salines n’avaient pas du tout à le faire. 

Maintenant

Avec la reconfiguration du viaduc, la piste cyclable a été séparée en deux, de chaque côté du viaduc. Ça n’améliore rien, au contraire, ça crée des problèmes.

Vers le sud (de St-Thomas vers Saint-Hyacinthe)

Les consommateurs du pôle commercial doivent encore traverser le boulevard Laframboise, mais au lieu de le faire au nord du viaduc, ils le font au sud du viaduc. Ensuite, les Aquinois doivent maintenant traverser la rue Martineau du côté du pôle commercial là où aucune priorité n’est donnée aux cyclistes et aux piétons. Pour les cyclistes qui arrivent des Salines, ils doivent traverser le boulevard Laframboise à deux reprises, au nord et au sud du viaduc. Et c’est là que des accidents pourraient survenir. En voyant cela, certains cyclistes décideront d’aller à contresens dans la voie cyclable et comme elle est très petite, il ne sera pas possible de se croiser sans arrêter.

Vers le nord (de Saint-Hyacinthe vers St-Thomas)

La situation n’a pas changé sauf qu’il faudra être vigilant envers les cyclistes hors-la-loi arrivant en sens inverse qui ne traverseront pas le boulevard pour traverser l’autoroute.

Le boulevard Laframboise

Description

Restons sur la même artère en direction de St-Thomas. Les voies cyclables sont de chaque côté du boulevard. Jusqu’à la hauteur de l’intersection avec la route 235, nous roulons sur une voie surélevée partagée avec les piétons. Après la route 235, les vélos doivent revenir sur la chaussée et sont protégés par des bornes estivales non permanentes. À la hauteur de la rue Massé, les bornes cessent et la piste cyclable aussi. Les cyclistes doivent continuer sur l’accotement du boulevard ou entrer dans l’agglomération. Pourquoi est-ce que les bornes ne continuent pas jusqu’à l’avenue Pinard où la piste se raccorderait à celle sur cette avenue?

Les problèmes

La limite de vitesse sur ce boulevard est de 50 km/h. Dans les faits, la vitesse moyenne se situe dans les environs de 60 à 80 km/h. Même au niveau du pavillon 2 de l’école St-Thomas-d’Aquin où la vitesse devrait être à 30 km/h, ce n’est pas respecté. Ce n’est pas évident de traverser une rue de façon sécuritaire dans cette situation. Entre la route 235 et l’avenue Pinard, c’est 1,3 km sans possibilités de traverser (stop, lumière, passage pour piétons, etc.).

Dans les faits, les cyclistes roulent du côté où c’est le plus facile pour eux donc souvent à contresens. Ils ne respectent pas la réglementation et ils traversent le boulevard lorsqu’ils en ont la chance. C’est dangereux, mais certains diront que c’est plus facile et sécuritaire de traverser quand la chance se présente que de respecter la loi. Il serait intéressant de faire un passage pour piétons à la hauteur de l’avenue Desmarais. Ce passage pourrait être accompagné d’une lumière qui serait mise en fonction par les piétons ou les cyclistes qui veulent traverser le boulevard. Ç’aurait en même temps l’effet positif de faire ralentir la circulation à l’entrée du secteur résidentiel et de l’école des maternelles. La même chose pourrait être faite de l’autre côté du secteur résidentiel.

Une mauvaise habitude des automobilistes

Un autre comportement dangereux sur cette artère est les dépassements par la droite. Lorsqu’un véhicule attend pour tourner à gauche, les autres véhicules ont tendance à utiliser l’accotement pour le dépasser. Les bornes temporaires l’été assurent que ces manœuvres dangereuses ne soient pas faites. Par contre, comme je le disais plus haut, elles sont inexistantes dans la section où la densité de population est plus grande et elles sont retirées très tôt à l’automne. Il faudrait réfléchir à des changements permanents sur une section de ce tronçon un peu comme sur l’avenue St-Louis dans le secteur Saint-Joseph. Encore une fois, la vitesse serait mieux contrôlée et la sécurité des plus petits (cyclistes et piétons) plus grande.

L’avenue Pinard et sa «nouvelle» piste cyclable

Description

L’avenue Pinard est perpendiculaire au boulevard Laframboise. Elle a, depuis quelque temps, une piste cyclable qui rejoint celle du boulevard Choquette (en passant au-dessus de l’autoroute). Celle-ci passe devant l’école St-Thomas-d’Aquin et devant le terrain des Loisirs St-Thomas-d’Aquin. Les deux voies sont du même côté entre le boulevard Laframboise et la rue de la Fenaison. À cette hauteur, la piste se sépare entre les deux côtés de la rue jusqu’au boulevard Choquette. Les travaux de la dernière section (du terrain des Loisirs jusqu’à la rue Choquette) ont été réalisés dernièrement.

Les problèmes

La nouvelle partie entre la rue de la Fenaison et le boulevard Choquette

C’est génial, nous avons maintenant un troisième lien cyclable avec la ville au-dessus de l’autoroute. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi la piste cyclable a été séparée. Il me semble que logiquement, tout aurait pu être fait pour que les deux voies soient du même côté. Même sur le viaduc, il n’y a pas de trottoir. 

En s’en allant vers Choquette, il n’y a pas vraiment de problème autre que d’avoir à traverser les bretelles de l’autoroute 20. L’ajout de feux de circulation pourrait améliorer la situation pour les cyclistes et pour les automobilistes en période de pointe.

En circulant vers le boulevard Laframboise, les cyclistes doivent traverser l’avenue Pinard à la hauteur de la rue de la Fenaison. Il n’y a pas de stop à cet endroit et les autos ne respectent souvent pas la limite de 50 km/h. Est-ce que ç’aurait compliqué de mettre un stop à cette intersection ou de poursuivre la voie cyclable jusqu’à la rue des Blés, là où il y a un stop? Finalement, je ne sais pas si c’est parce que c’est nouveau, mais ce tronçon est noyé sous les roches. Jamais je ne me risquerai là en patin à roues alignées!

L’accès par le viaduc Girouard

L’infrastructure

La troisième et dernière alternative pour avoir accès au reste de la ville de Saint-Hyacinthe est de passer la rue Martineau et traverser l’autoroute en utilisant le viaduc de la rue Girouard. La piste cyclable est surélevée par rapport à la rue ce qui améliore la sécurité. Par contre, il faut traverser la rue Martineau à 2 reprises. De plus, la piste cyclable s’arrête en arrivant dans le stationnement du parc des Salines et reprend de l’autre côté.

Les problèmes

Traverser la rue Martineau au milieu de rien

Premièrement, il faut traverser la rue Martineau à deux occasions. Les endroits où nous traversons ne sont pas très évidents. Il a des pancartes, mais tout est très discret et ça n’encourage pas les automobilistes à ralentir ou à laisser passer des cyclistes. De plus, un peu comme pour le boulevard Laframboise ou sur l’avenue Pinard, la vitesse maximale est de 50 km/h, mais cette vitesse est rarement respectée.

Traverser le stationnement des Salines

Finalement, la piste cyclable est inexistante sur la longueur du stationnement. Il n’y a pas de moyen pour contourner le stationnement. Par la rue, il n’y a rien et lorsqu’il y a beaucoup de monde aux Salines, cette rue est occupée par les usagers qui s’y stationnent. Il n’y a pas non plus d’endroit pour contourner le chalet. Donc, les cyclistes doivent traverser le stationnement ce qui peut être très dangereux avec les autos et les usagers qui circulent.

Beaucoup de nouvelles options, mais...

Des concepteurs qui ne sont pas usagers

Lorsque je suis arrivé dans le quartier en juin 2007, il n’y avait à peu près rien. Un petit bout de piste cyclable sur l’avenue Pinard. Il y avait le passage sur le viaduc Laframboise qui nous amenait jusqu’au centre d’achat. Nous avons effectivement beaucoup plus d’options maintenant. Par contre, je n’ai pas l’impression qu’il y a eu une étude sur les impacts de toutes ces « améliorations ». J’ose croire qu’il y avait d’autres hypothèses. Je ne crois pas que les concepteurs sont eux-mêmes des usagers des pistes cyclables. Il suffit de faire les parcours une seule fois pour se rendre compte des problématiques.

Pour mes garçons

J’écris ce texte, car j’ai envie que mes enfants circulent à vélo. Ils ont commencé à le faire autour de la maison. Dans ma réalité, tant qu’ils ne traversent pas l’avenue Pinard ou le boulevard Laframboise, les risques ne sont pas trop élevés. Même si beaucoup roulent trop vite dans les rues, mais ça, c’est pour un autre texte. Par contre, je ne sais pas à quel moment je les laisserai sortir de ce coin. Les pistes cyclables sont censées améliorer la sécurité des cyclistes. Encore faut-il qu’elles soient conçues convenablement. Ça prend des endroits pour traverser les artères qui sont sécuritaires. Il y a des exemples dans la ville où c’est fait, pourquoi pas à St-Thomas? Quand le travail est fait à moitié, souvent les objectifs ne sont pas atteints!

 

Écrire un commentaire >

  • Piste cyclable

    Je viens d'arriver à St-Hyacinthe en février, je circule en vélo que depuis cet été mais tard dans l'été. .. ça avait l'air compliqué. Je circule beaucoup sur St-Louis dans St-Joseph. Piste cyclable de chaque côté du boulevard. Les gens ne suivent pas les règles. Ils circulent dans le sens inverse de la circulation , ils ne veulent pas traverser le boulevard pour être dans le bon sens. Et à u n endroit sur ce boulevard deux voies sur chaque piste cyclable, mais un côté piétons. Une fois 2 piétons ne voulais pas se tasser dans leur voie. J'essaie de faire ma fine et d'apprendre les règlements et je croise des piétons sur la pistes cyclable et quand je suis à pied il y a des vélos sur les trottoirs. Sur St-Pierre pas de piste cyclable et en approchant de concorde il y 2 voies pour véhicules et plus de place pour nous les cyclistes pas le choix d'aller sur le trottoir. Pour les vélos pas d'endroit pour circuler sous la voie ferré, les tunnels c'est pour autos et d'autres pour piétons. Les cyclistes doivent débarquer du vélo et peu de gens suivent le règlement. Sur les ponts les vélosdoivent circuler avec voitures c'est dangereux. Mais vélo sur le trottoir ce n'est pas au piétons de faire attentionsi il y a vélo qui arrivent le cyclistes devrait débarquer là aussi.Je trouve difficile de circuler à St-Hyacinthe en vélo et même à pieds. À pieds souvent impossible de marcher en couple trottoir trop étroits et poteaux dans trottoir ou des haies qui débordent sur les trottoirs. 'J'aitoujours demeuré dans des villages dans le passé, je fais des efforts pour respecter les règles mais oui problèmes avec les pistes et les usagés.

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.