• Loisir
L’INCROYABLE HISTOIRE DU ROCK

Rock’n’roll 101

Francis Plante

Une surprenante série documentaire de la BBC est présentement en cours à Télé-Québec. L’incroyable histoire du rock (Seven Ages of Rock en version originale) explore, en sept épisodes, un genre musical qui a été le berceau de la culture populaire et qui transcende toujours les générations. En sept leçons, donc, on nous apprend presque tout ce qu’il faut savoir sur un courant musical vieux de plus de cinquante ans. Chaque épisode est basé sur un groupe ou artiste phare qui a influencé son époque et ce, à travers des films d’archives et le témoignage des survivants.

JPEG - 49.8 ko
Crédit photo : © BBC

La série débute en 1962 avec John Lee Hooker et l’influence marquante qu’a eu le blues sur toute une génération d’artistes britanniques comme les Rolling Stones etThe Who. La vague se poursuivra de l’autre côté de l’Atlantique avec Jimi Hendrix, donc le style dépassera largement le cadre de la musique rock. À noter qu’on ne fait pas mention, dans le premier épisode, de l’explosion médiatique du début des années 50 avec des pionniers tels Bill Haley, Chuck Berry ou encore Elvis Presley… Ce léger détail semble attribuable au fait que la série tient plutôt à se concentrer sur les débuts du rock « moderne » proprement dit, allant même jusqu’à décréter 1965 comme l’année zéro du rock ! Une mise en contexte qui demeure cependant quelque peu discutable…

Quoi qu’il en soit, la série est prenante et truffée d’archives qui nous font découvrir quelques moments notables de l’histoire du rock à travers les éléments sociaux qui en sont plus ou moins la cause. On y apprend que les racines de ces mêmes courants se trouvaient majoritairement dans des scènes locales qui ont eu tendance à rejeter toute connexion avec les courants musicaux dominants. De ces sept périodes (le blues-rock, le rock art, le punk rock, le heavy metal, le stadium rock, le rock alternatif américain et le rock indie britannique), il en ressort un condensé musical façonné par la fusion des styles et la prédominance britannique. Les interviews y sont bien menées et le cliché de l’icône rock à l’ego démesurée – qui ne jure que par ses exploits – y trouve sa place.

JPEG - 110.2 ko
Crédit photo : © BBC

Il va de soi qu’en 450 minutes, il aurait été impossible de faire efficacement le tour de la chose, mais le fait d’user de chaque épisode pour focuser sur un ou deux groupes phares plutôt que de tenter de cerner le mouvement de façon global aurait sans doute permis audit documentaire de se targuer, avec raison, d’être le seul du genre. Mais en réalité, cette lacune fait plutôt paraître le document comme un simple exercice de style ; car même si la majorité des groupes qu’on y retrouve ont leur place dans une anthologie du genre, il n’en reste pas moins que certains groupes importants sont totalement éclipsés au profit du désir de cibler les plus marquants…

À voir néanmoins (en streaming ou téléchargement) pour la richesse du document et pour mieux comprendre l’évolution de ce glorieux genre musical ! Également en cours à Télé-Québec le dimanche soir à 20h00.

http://www.telequebec.tv/documentai... http://www.bbc.co.uk/music/sevenages/

Écrire un commentaire >

  • Re: Rock’n’roll 101

    Je ne connaissais pas cette série et en tant que « metalhead » qui s’assume, c’est avec fébrilité que j’ai écouté l’épisode de dimanche dernier intitulé « L’immortel : le heavy métal ». Et comme vous le dites si bien dans votre article, quelques groupes semblent avoir été éclipsés ! Comment ne pas faire allusion, en voulant parler des origines du métal, au style de guitare distorsionnée de Jimmy Page et de Led Zeppelin ? Et Iron Butterfly ? Quoi qu’il en soit, même si rien n’est parfait en ce bas monde, merci du tuyau pour la série !

  • Re: Rock’n’roll 101

    Namp, Les bons tuyaux sont faits pour êtres partagés ! Par ailleurs, puisque je ne suis pas un véritable fan de métal, j’ai poussé un peu la recherche et bon nombre d’historiens citent effectivement Black Sabbath (1970) comme les vrais pionniers du métal. Cependant, d’autres s’accordent plutôt à parler – comme vous le mentionnez – de Iron Butterfly (avec l’album « Heavy » paru en janvier 1968) ou encore de Blue Cheer (avec l’album « Vincebus Eruptum » aussi paru en janvier 1968). Si on se fie aux années de sortie desdits albums, il me semble clair que Black Sabbath serait facilement délogé par les deux groupes susmentionnés ! Aussi, il va de soi que d’avoir omis de parler de certains groupes phares comme Led Zeppelin, Motörhead ou Slayer, ne serait-ce que par une brève mention, relève pratiquement du mépris... Rien n’est effectivement parfait en ce bas monde !

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.