• Politique

Le courage politique de la démocratie

Lettre ouverte

Monsieur le maire,                                                                                    

50% de la population ayant voté lors de la dernière élection municipale dans Saint-Hyacinthe vous a choisi pour y être maire. Cela est le reflet d’une certaine confiance que les gens ont manifesté à votre égard. Bien que nous soyons dans une démocratie de type représentative, cela ne veut pas dire que les citoyens et les citoyennes donnent carte blanche aux élus dans toutes les décisions qui les concernent.

photo : Nelson DionQuand des décisions qualifiées d’importantes expulsent des gens de leur logement, enlèvent des cases de stationnement au centre ville, quand des dizaines de millions de dollars sont en jeu pour la construction de salles qui seront ensuite léguées au privé, quand des usines polluent un parc, quand la serveuse n’a pas d’autobus à 6h le matin pour le travail, quand flusher l’eau tue les poissons, ce n’est pas le temps de tenter de noyer les citoyens dans de longues procédures de dernières minutes. Chaque décision affecte directement la qualité de vie des gens.

Or, plusieurs de celles qui ont été annoncées ces dernières années semblent sortir tout droit d’un modèle d’affaire passéiste poussé par les représentants d’affaires liés aux marchés et cherchant à s’accaparer une part de la santé, de la justice, de l’éducation, de l’alimentation, de la rivière et ses poissons, de l’eau, d’un peu de soleil sur notre visage en marchant au centre ville, d’un espace… une part de ce que nous appelons : le bien commun. Peut-être n’êtes-vous pas d’accord avec cette définition, mais les lois économiques n’ont pas de privilège absolu sur l’importance des êtres humains et de l’environnement qui les fait vivre.

Quand le côté cavalier des prises de décision prend le dessus sur l’écoute des besoins des citoyens et citoyennes du centre ville, quand une offre de consultation résulte en une séance interminable de deux heures d’information à sens unique annonçant des choses apparemment non refusable car, selon vos dires, «avons nous le luxe de refuser une pareille offre» sommes-nous toujours en démocratie ?

Plusieurs groupes et citoyens et citoyennes habitant et travaillant au centre ville se sont exprimés au sujet du projet Réseau Sélection lors de la conférence de presse du 13 juin dernier et ont fait part de leurs inquiétudes, face à l’absence de consultation réelle de la ville au sujet du développement de leur quartier. Mais quelle urgence commande que l’on procède de cette façon? Certains doivent se réjouir que le gouvernement provincial veuille abolir les référendums municipaux car l’écoute des citoyens semble moins importante que celle accordée aux investisseurs privés…

Peut-être faut-il changer cela et consulter la population avant les dits projets ou les soit disant urgentes décisions négociées sur 3 années! L’urgence actuelle est plutôt de prendre la direction suivante : Mettre le projet Réseau Sélection sur la glace, organiser la mise sur pied d’un comité de réflexion et de consultation permanent du développement de la ville qui inclue minimalement 50% de citoyens et citoyennes résidents. Par la suite, une consultation  de l’ensemble des résidents sur les grands projets viendrait assurer l’acceptabilité sociale.

Ayez, monsieur le maire, ce courage politique de la démocratie. Les citoyens de la ville savent qu’il y a des besoins, c’est simplement dans la manière et les solutions que cela pourrait changer pour le mieux, ils et elles vous en remercieront !

 

Richard Gingras

Écrire un commentaire >

  • elections

    j,aimerais savoir qui se presente contre lui en novembre car pnt a rien entendu parler encore alors svp une reponse serais la bienvenue merci a la,vance

  • Réseau selection

    Ce projet est complètement ridicule et sens la corruption et le copinage à plein nez. C est la que nous pouvons voir le pouvoir incroyable de l argent sur ce genre de politiciens. Les plus belles villes du monde font le contraire. Elles libèrent de vastes espace de leur centre ville pour y planter des arbres et des sites naturels. Aller à Bruxelle Londes ou ailleurs ils ont compris. Le projet qui presse asphalte le stationnement des Salines pis peinturer le chalet car nous passons pour des cochons. Salut Richard

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.