• Politique
Élections Municipales

Les deux plus jeunes candidats appellent aux votes

Marie-Pier Leboeuf

Sur les derniers milles avant de connaître le sort des élections, la jeunesse pourrait être le souffle d’un vent de changements au prochain conseil municipal avec l’arrivée en lice des deux plus jeunes candidats, Jessy Létourneau et Simon Drapeau, pour les districts de Saint-Sacrement et Douville.

Le 5 novembre, Jessy Létourneau, 22 ans, et Simon Drapeau, 19 ans, ont bien l’intention d’apporter une vision différente et progressiste à l’Hôtel de Ville s’ils siègent au conseil. Déterminés à faire rayonner la relève, ils ont lancé un important message aux jeunes Maskoutains pour les inviter à se rendre aux urnes.

« Nous ne sommes pas pris en considération à la mairie et c’est désolant de voir que les citoyens et citoyennes sont trop souvent tenus à l’écart. C’est comme si le conseil voulait servir davantage ses propres intérêts ou ceux d’une maigre partie de la ville », a déploré le candidat  du district de Saint-Sacrement, appuyé par son homologue de Douville. Lors d’un récent point de presse, ils ont tenu mordicus à faire entendre la voix de la jeunesse.

Maskoutain depuis un peu plus d’un an, Simon Drapeau a senti l’urgence de se présenter pour remettre de l’ordre dans l’administration qu’il juge vieillissante. Certains conseillers sortants exercent leurs fonctions depuis plus d’une dizaine d’années, voire une vingtaine d’années pour d’autres, s’est exclamé M. Drapeau. « Lorsqu’un dossier comme le tunnel Casavant traîne depuis dix ans, on ne peut blâmer que deux choses, la gestion kafkaïenne du dossier ou le manque de vitesse des élus », a-t-il poursuivi.

Le manque de diversité et l’arrivée de certains dossiers criants a confirmé le désir des deux étudiants à se lancer en politique. Choqués par quelques-unes des décisions prises au dernier conseil, ils sont encore anéantis par la tournure qu’ont pris les dossiers de Réseau Sélection et du plan directeur des trottoirs. Simon Drapeau et Jessy Létourneau sont prêts à se lever pour réveiller certains enjeux qui les touchent.

« La politique nous interpelle haut et fort parce qu’elle se pratique mollement et sans véritable intérêt au bien commun. Nous en avons assez », a exprimé l’aspirant politicien de 19 ans.

Jessy Létourneau souhaite voir une plus grande transparence des élus au prochain conseil. Fini les débats à huis-clos pour le résident de Saint-Sacrement. « On est là pour prendre des décisions pour le citoyen, pas pour se cacher », a-t-il déclaré. Les quelques 30 minutes allouées aux questions pourraient être augmentées à une heure si les élections jouent en sa faveur, soit deux périodes distinctes de 30 minutes avant et après le conseil.

Simon Drapeau, lui, mettra de l’avant l’idée d’avoir un budget participatif pour que les Maskoutains puissent s’exprimer sur la façon dont leurs taxes sont utilisées. Autre dossier, celui du transport en commun. L’étudiant du Cégep de Saint-Hyacinthe a même envisagé sa gratuité. « C’est ce qui a permis une augmentation de la population pour plusieurs autres villes, ainsi qu’un meilleur développement économique et touristique », a-t-il expliqué.

Les deux milléniaux, qui appuient la candidate à la mairie Chantal Goulet, espèrent voir les jeunes se prononcer le 5 novembre. « Il faut aller voter pour qu’on s’occupe de nous enfin », ont -ils insisté.

Jessy Létourneau, 22 ans, ( à droite ) et Simon Drapeau, 19 ans, ( à gauche) ont bien l’intention d’apporter une vision différente et progressiste à l’Hôtel de Ville s’ils siègent au conseil.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.