• Politique
Un producteur laitier de La Présentation répond aux menaces de Trump

Lettre à Trump...

Lettre ouverte

Monsieur Trump,

J'ai entendu ce que vous avez dit de nous, les producteurs de lait du Québec et du Canada l'autre jour. Nous aurions traité les producteurs laitiers de votre pays de manière injuste. Vous avez voulu prendre la défense de vos producteurs laitiers, qui pourrait vous blâmer? Mais ce faisant vous avez visé la mauvaise cible. J'aimerais rétablir certains faits que vous ne semblez pas connaître.

Vos producteurs exportent au Canada bien plus que vous n'importez en produits laitiers. Nous avons envoyé au sud de la frontière pour un peu plus de 100 millions de dollars de produits laitiers alors que les fermiers américains nous en ont envoyé pour 550 millions! La balance commerciale est en votre faveur et ce depuis plusieurs années.

Depuis plus d'un an que Grassland, cette entreprise du Wisconsin qui a remercié 75 éleveurs laitiers, sait à quelle situation elle doit aujourd'hui faire face. Ils ont travaillé avec les gouvernements à trouver une solution qui n'est jamais venue pour finalement aviser leurs 75 fournisseurs que dans 30 jours leur lait ne serait plus ramassé. Un mois, c'est tout le temps qui a été donné à ces familles pour se trouver une nouvelle laiterie. Passé ce délai leur lait finira dans la fosse à fumier, puis leurs vaches à l'abattoir. Ce sera terminé pour ces fermes ayant mis du pain sur la table des familles de 4, 5 ou même 6 générations.

Un selfie avec ''Pâquerette'' pas évident !!! Le problème est pourtant connu, les États-Unis surproduisent du lait. Le modèle de production de votre pays en est un de fuite en avant : dès que les prix ont un peu d'allure, les étables à stabulation libre géantes poussent plus vite que le maïs en juillet. Les prix chutent avec l'augmentation de la quantité de lait livrée et pour réussir à s'en sortir vos producteurs laitiers construisent de plus grandes étables encore pour traire encore plus de vaches. Là où il fallait 500 vaches pour vivre il en faut 1000, puis 2000, ensuite 3000, encore et toujours plus. Et ce prix qui s'obstine à rester si bas…

Nous n'avons rien fait à vos producteurs laitiers monsieur Trump, c'est le système que vous soutenez qui les traite injustement. Ce sont vos transformateurs qui savent qu'il y a surproduction et qui ne font rien pour l'arrêter, vos gouverneurs qui implantent des programmes ne pouvant que déboucher sur un cercle vicieux qui met à la rue vos producteurs. Ce n'est pas en vous ouvrant notre marché et en vous sacrifiant la vitalité économique de nos campagnes qu'ils seront sauvés.

Nous ne voulons pas de votre système ici, le nôtre répond parfaitement aux besoins de notre population. Nos concitoyens peuvent consommer un lait produit sans hormones de croissance par des familles d'ici. Les communautés rurales s'épanouissent grâce à la présence des productions sous gestion de l'offre : des menuisiers, des électriciens, des livreurs, des gérants de banques, des comptables! Tous ces gens qui gagnent leur vie grâce à nous ne veulent rien savoir d'importer vos façons de faire ici.

Mais je vous comprends Monsieur Trump, si j'étais à votre place je ferais tout en mon pouvoir pour sauver ces gens qui dépendent de vous. Mais le destin des agriculteurs américains ne dépend pas des politiques canadiennes. C'est chez vous que se trouvent les solutions à votre problème, chez des gens comme Bill Rowell, fermier du Vermont qui a tout tenté pour implanter la gestion de l'offre aux États-Unis. Une solution si simple qui permettrait à tous de bien vivre en empêchant la surproduction.

 

Bonne chance monsieur Trump.

 

Martin Nichols, Producteur laitier québécois 

La Présentation, Saint-Hyacinthe

Écrire un commentaire >

  • Lettre à Trump... et à tous ceux qui voient plus loin...

    Bravo M. Nichols pour ce commentaire très juste qui ramène la responsabilité de chacun dans sa zone plutôt que de marteler toujours le message de celui qui «règne depuis 100 jours» sans même avoir jamais analysé, que dis-je, même osé réfléchir, une seule seconde à l'importance d'élargir sa vision au=delà de « Je connais quelqu'un qui pense que l'ALÉNA le prive d'un revenu auquel il a droit en tant qu'AMÉRICAIN de souche !». Votre lettre, qui nomme de vrais enjeux mérite une diffusion à grande échelle !
    Et, en passant, bravo pour le selfie et surtout pour l'inclusion de Pâquerette !!! J'apprécie grandement ce rappel que l'agriculture, les fermes laitières, les fermiers, etc., ce n'est pas une construction, mais bien une réalité basée sur la nature et sur le partenariat avec une race animale....
    Offrez en mon nom un beau bouquet d'herbes des champs à la respectée Pâquerette et encore bravo de nous interpeller de la façon dont vous le faites. Surtout, ne lâchez pas. On a besoin de militant de votre sorte, capable d'analyse et de conscience...
    Une fille de cultivateur des années de la grande misère qui considère qu'en agriculture, on est souvent à un «are» d'y replonger...
    Suzanne Viens

  • Réaction à la lettre à Monsieur Trump

    Le courage de dire, d'expliquer permet de comprendre des réalités qui si elles n'étaient pas expliquées demeureraient dans le vague. Alors là les choses sont dites et pour celles et ceux de l'extérieur qui veulent comprendre, votre texte apporte de la vérité sur des faits, mais Monsieur Trump à l'air d'apporter plus d'importance aux mots qu'aux faits!

  • Les marchés...

    Il est important de se souvenir des politiques mise en place il y a des décennies et qui criait haut et fort l'importance de laisser libre court aux marchés... et c'est ce qui a été fait; alors il ne faudrait peut-être pas se surprendre de voir "les marchés" prendre le tout en mains, et ce sans égards aux suites possibles dans le moyen et long terme. Au niveau des marchés, une seule chose compte, c'est le court terme, point.

    La mondialisation et le libre échange ont apporté avec eux un illogisme encore trop peu compris. Pour ne pas nuire au marchés, il est même permis de fonctionner, ou faire fonctionner dans d'autres pays où la chose n'est pas "strictement interdite", un contexte s'approchant de l'esclavage ou presque... exemple ? Je serais curieux de connaître les conditions de travail, en Chine, des pois mange-tout que nous laissons nos "super-marchés à grande surface" importer, souvent sans avoir a vérifier la qualité comme il est exigé ici pour nos exportateurs. Autre exemple ? Aux USA, les problèmes d'eau souterraine est de plus en plus évident (dans l'ouest), et ce n'Est pas Trump qui va tenter d'apporter changement sur la chose, car il ne veux pas croire en ces chose, inventé par la Chine pour nuire aux marchés Américains... Alors reconnaissons que la ferme familiale est pour ces marchés à faire disparaître, et comme aux USA retrouver des marchés de l'alimentation possédé par une seule entreprise géante, possédant fermes géantes, compagnies de transport des céréales, meuneries et distribution = elle élimine de plus en plus la compétition, et alors ne seront que quelques unes a contrôler le marché de l'alimentation... et souvent le choix humain est de se nourrir autant qu'il en soit possible afin d'éviter la mort, alors... bien des humains se priveront de tout, ou presque, avant de se priver de nourriture ! Et puis, que voulez-vous, c'est la loi des marchés, l'offre et la demande... de plus, plus de 80% de l'alimentation humaine végétale a été éliminer (biodiversité) pour ne prendre que les produits qui répondaient le mieux aux exigences des marchés, alors... ils se considèrent maintenant CRÉATEURS de nourriture, et ayant donc le droit, s'il le désire, de le détruire s'il ne rapporte pas suffisamment à ses créanciers. Le tout aura a s'écrouler un jour, car nous sommes prêts aujourd'hui, à laisser détruire notre lieu de vie (la terre) pour ne pas "nuire aux marchés"... L'éveil risque d'être brutal...

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.