• Politique
Entretien

Louise Arpin : « Monsieur Charest est un homme très généreux ».

Nicolas Humbert

ENTRETIEN avec Louise Arpin, candidate pour le Parti Libéral du Québec dans le comté de Saint-Hyacinthe. Avocate, elle est conseillère municipale depuis 2009 dans le district de Saint-Joseph. Elle est mère de quatre enfants.

Lors des dernières élections fédérales, elle était une des personnes pressenties pour représenter le  Parti Conservateur.

Au cours de cet entretien, il a été question de Jean Charest, du conflit étudiant, du gaz de schiste, d’algues bleues, de la réforme de l’assurance chômage et du projet de musée régional. La dernière question était toute simple : que ferait le PLQ avec 5 ans de plus au pouvoir ?

Louise Arpin, candidate pour le Parti Libéral du Québec dans le comté de Saint-Hyacinthe. (Ph Nicolas Humbert)Nicolas HumbertQuelles sont les valeurs du Parti Libéral du Québec qui vous rejoignent le mieux ?
Louise Arpin. Parmi les valeurs qui me rejoignent le plus au Parti Libéral, il y a la responsabilisation, le respect des libertés individuelles de chacun et le fédéralisme. Je crois sincèrement que le Québec a une grande place au sein du Canada, qu’il peut apporter de très grands bénéfices au Canada et que le Québec peut très bien réussir dans la fédération.

N.H. Que pensez-vous de Jean Charest ?
L.A. Monsieur Charest est un homme très généreux. C’est une personne qui s’implique beaucoup. Pour lui, c’est important que nous, ses candidats, soyons bien. En tant que premier ministre, il a travaillé très fort pour maintenir une santé financière pour le Québec. Pour moi, c’est un bon chef.

Grève étudiante

N.H. Quand vous parlez de responsabilisation et de respect des libertés individuelles, est-ce que vous faites allusion à la grève étudiante ?
L.A. Entre autre, surtout quand je parle de responsabilisation. Je vais faire un parallèle avec moi. J’ai fait un retour aux études pour devenir avocate. J’ai dû quitter un emploi, j’avais déjà une famille. J’ai priorisé mes besoins : nourrir ma famille, nous héberger et aussi payer mes études. J’avais des prêts et bourses, j’ai dû les rembourser à la fin de mes études. Aujourd’hui je suis fière de ce que j’ai accompli. Pour moi, c’est une question de responsabilisation. Il y a des choix à faire. Tout ne peut pas être gratuit. C’est important que chacun s’assume.

N.H. Les étudiants du Cégep de St-Hyacinthe viennent de voter la suspension de leur mouvement de protestation. Beaucoup ont l’impression de ne pas avoir été écoutés. Quel est votre sentiment à ce propos ?
L.A. Il y a une minorité qui a manifesté  - et puis d’autres personnes se sont ralliées à elle -  mais il y a une majorité qui est restée silencieuse. C’est celle-là que nous n’avons pas entendue. Des  gens ont peut-être eu l’impression de ne pas avoir été écoutés, mais il y en a combien dont la liberté a été brimée ? Je parle de ceux qui voulaient aller étudier et qui n’ont pas pu le faire. Si des personnes veulent manifester parce qu’elles sont en désaccord, elles peuvent manifester dans la mesure où il y a un respect. Elles peuvent aussi s’exprimer par le vote aux élections. Mais il ne faut pas empêcher les autres d’exercer leur liberté.

Environnement

N.H. En janvier dernier, vous vous êtes prononcée avec le Conseil municipal de Saint-Hyacinthe en faveur d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Le PLQ est très favorable à cette exploitation. Si vous êtes élue, allez-vous suivre vos convictions ou la ligne du parti ?
L.A. Vous savez que nous avons dans la région de très bonnes terres agricoles, les meilleures du Québec. La position du parti, et c’est aussi la mienne, est que tant qu’il n’y aura pas une étude qui confirmera avec certitude qu’il n’y a aucun risque environnemental, il y aura un moratoire sur le gaz de schiste.

N.H. La région de Saint-Hyacinthe est déjà « claimée ». Est-ce que cela veut dire que des habitations sont en danger ?
L.A. Je pense que tant et aussi longtemps qu’il y aura un moratoire et qu’il n’y aura pas d’étude, rien ne va se développer. Pour que quelque chose se développe, il faut aussi que la population l’accepte.

N.H. Du 3 au 16 août, la présence d’algues bleues dans la Yamaska a interdit toute activité sur et aux abords de la rivière. La Yamaska est l’affluent le plus pollué du Saint-Laurent. Que comptez-vous faire pour remédier à cela ?
L.A. Je veux travailler à la protection de notre rivière. Il y le problème de la protection des bandes riveraines et des berges. Il faut travailler pour améliorer la qualité de l’eau et de l’environnement.

N.H. Vous parlez du non respect des bandes riveraines (3m le long des cours d’eau ; 1m le long des fossés), on sait depuis longtemps que c’est une des principales sources de pollution de la Yamaska. Qu’allez vous faire pour les faire respecter ?
L.A. Nous devons faire un travail de sensibilisation au niveau des agriculteurs. En travaillant ensemble, on peut arriver à faire des choses. Chacun va devoir collaborer. Il faut trouver une façon de les sensibiliser davantage, parce que pour eux, ça va être une formule gagnante également.

Assurance-chômage

N.H. Lors d’un récent Conseil municipal, il était question que le Conseil fasse part au gouvernement Harper de son opposition à la réforme de l’Assurance-emploi. Le conseiller Alain Leclerc a soutenu la réforme. Quel est votre position et pourquoi ?
L.A. Je n’ai pas eu la même position qu’Alain Leclerc. La situation peut différer d’un endroit à l’autre. Ici, nous avons beaucoup de travailleurs saisonniers. On ne peut pas les obliger à prendre n’importe quel emploi loin de chez eux.

N.H. Le fond de cette loi, c’est un resserrement des conditions d’indemnisations des chômeurs…
L.A. Il a des choses qui doivent être resserrées, c’est certain. Mais il faut faire du cas par cas. Et il y a des décisions qui se prennent au niveau fédéral et d’autres qui se prennent au niveau provincial. En tant que candidate pour le PLQ, je dois me concentrer au niveau provincial.

Musée régional à Saint-Hyacinthe

N.H. Êtes-vous favorable au projet de musée régional à Saint-Hyacinthe ?
L.A. Oui, j’y suis favorable. Je vais soutenir ce projet et je vais travailler très très fort pour qu’il y ait un musée régional dans le comté.

Si le PLQ avait 5 ans de plus…

N.H. Si le prochain premier ministre est Libéral, que fera-t-il de plus en 5 ans qui n’a pas pu être fait en 9 ans ?
L.A. Au niveau local, nous avons un règne péquiste depuis à peu près 20 ans, le comté de Saint-Hyacinthe peut juste s’en sortir gagnant avec un député Libéral. Je suis une fille de terrain. Nous allons travailler très très fort pour le développement économique de notre comté, le développement de la cité de la biotechnologie par la création d’emplois…

N.H. Tout ceci a été négligé par le PQ ?
L.A. Je peux vous dire que ça a été difficile. Il faut travailler à la revitalisation des structures. Il y a le centre des congrès. Quand les congressistes viendront il y aura des retombées économiques directes. Je veux aussi aménager un parcours cyclable. La MRC des Maskoutains n’est actuellement connectée à aucune route cyclable. Nous parlons là de saines habitudes de vie pour les familles et les personnes de tous les groupes d’âge. Il faut aussi que l’urgence de l’hôpital de Saint-Hyacinthe soit rénovée ; tous les gens vont en bénéficier. Je tiens aussi à l’achèvement du boulevard Casavant. Je parle du fameux tunnel qui est très important pour tout le secteur industriel. Nous allons peut-être voir « la lumière au bout du tunnel ! » Je veux également travailler avec les agriculteurs. Il y a actuellement une hausse du prix du grain, ce qui a des conséquences sur les producteurs d’agneaux, de bœuf et de porc. Il faut stabiliser les prix et soutenir les producteurs.

Écrire un commentaire >

  • avatar

    Re: Louise Arpin : « Monsieur Charest est un homme très ...

  • Re: Louise Arpin : « Monsieur Charest est un homme très ...

    Simplement rappeler à madame Arpin, qu'en 2007-2008, nous avons eu un député de l'ADQ, donc, ça ne fait pas environ 20 ans que c'est péquiste à Saint-Hyacinthe.

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.