• Ruralité

Ferme La Réserve : Pour un autre type d’agriculture

Roger Lafrance

Roxanne Désautels est fermier de famille. À elle seule, de juin à la mi-octobre, elle nourrit pas moins de 100 familles en légumes de toutes sortes. Elle fait partie du réseau de fermes biologiques membres d’Équiterre.

Installée en bordure de la rivière Noire à Saint-Pie, sa ferme ne ressemble en rien au modèle traditionnel. Elle pratique une méthode de culture intensive, concentrant toute sa production sur deux acres de terre. Elle n’a pas de tracteur. Tous les travaux sont manuels, à l’exception d’un petit équipement pour former ces parcelles de production.

Roxanne Désautels a fait ce choix d’une agriculture à taille humaine, qui s’appuie sur le respect de la nature et la biodiversité.

« Seule, je ne peux pas changer le monde, mais chez moi, je fais les choses à ma façon, affirme-t-elle en entrevue. J’ai beau n’avoir que deux acres de jardins, je parviens quand même à nourrir 100 familles. »

On le devine, elle a eu un parcours atypique. Fille d’agriculteur, elle étudie d’abord la production laitière et la transformation des aliments avant de passer à la production horticole. Ce qu’elle découvre, c’est une agriculture qui ne fait pas toujours de bons choix face au respect de l’environnement.

Roxanne Désautels a fait ce choix d’une agriculture à taille humaine, qui s’appuie sur le respect de la nature et la biodiversité. Photo : Roger Lafrance

Un stage aux Jardins de La Grenillette la met en contact avec un nouveau type d’agriculture biologique, qui s’appuie sur une production maraîchère intensive sur de petites surfaces. Elle y fait la rencontre de Jean-Martin Fortier qui a apporté au Québec cette technique qui s’inspire d’un savoir ancien qu’on avait fini par oublier. Ce printemps, il est la vedette de l’émission Les Fermiers sur les ondes d’UnisTV.

Même si elle gère seule sa ferme, Roxanne Désautels cultive pas moins de 65 sortes de légumes et 200 variétés différentes, dont plusieurs sont anciennes. Aux paniers de légumes, elle offre aussi des œufs fermiers, du poulet de grains et même du miel provenant des ruches installées sur sa ferme.

« J’essaie d’offrir le plus de choix possible, dit-elle. C’est important pour les gens. Le goût de mes produits ne compare pas aux produits plus traditionnels. La qualité et la fraîcheur font toute la différence. »

Un métier exigeant

Idéaliste? Rêveuse? Bien sûr, mais Roxanne Désautels garde tout de même les deux pieds sur terre. La production maraîchère telle qu’elle l’a choisie n’a rien de bucolique. C’est un travail qui est dur physiquement, les journées passées aux champs beau temps mauvais temps.

Même si elle pratique une agriculture non mécanisée, elle utilise certaines méthodes pour alléger sa tâche. Par exemple, ses planches de production sont recouvertes de toiles géotextiles pour réduire le désherbage. La technique n’est pas sans risque. Un  déplacement de la toile causé par un vent violent peut en effet mettre en péril toute la récolte. Mais cela en vaut la peine, affirme-t-elle.

Évidemment, gérer une ferme maraîchère comme la sienne demande beaucoup de planification. Chaque semaine, elle doit s’assurer d’offrir 11 légumes différents dans ses paniers. Tout au long de la saison, elle doit penser à de nouveaux semis afin de pouvoir offrir des récoltes continuelles jusqu’à la fin.

À cela, il faut ajouter qu’en choisissant l’agriculture bio, elle doit travailler de concert avec la nature. La maladie, les insectes ravageurs et les aléas de la température font partie de son quotidien. Elle n’a pas de recettes magiques. Elle doit être attentive à tout et être capable de s’ajuster.

« Des mauvaises surprises, il y en a tout le temps. T’as beau avoir été à l’école, avoir fait le plus de stages possibles, il y a toujours des apprentissages à faire. Tous les petits détails sont importants. Il faut apprendre à gérer son stress. »

Dans une région couverte de maïs et de soya OGM, il est intéressant de savoir que certains ont décidé de faire une agriculture différente, plus respectueuse de la terre et de notre environnement. Un choix qui répond aussi à un besoin de bon nombre de consommateurs soucieux eux aussi Roxanne Désautelsde mettre sur leur table des produits sains et différents.

Écrire un commentaire >

  • Cliente

    Je fais partie des familles qui reçoivent un panier de légumes frais. J’adore et remercie Roxanne de ses efforts pour ns garantir la fraîcheur des légumes que je reçois.

  • agriculture bio

    Je suis très contente de voir cet écrit. Je suis du même avis que toi, j'ai déjà eu une terre à St-Pie, je regrette de L'avoir vendue pour l'argent . Ce n'était pas mon désir mais celui de mon conjoint. Bref ,24 ans plus tard j'ai toujours le désir de faire un jardin bio à chaque année. Je te souhaite le plus grand des succès et la santé pour le réaliser. J'irai peut-être te voir un jour en attendant, je t'admire Martine

  • C’est où à St Pie ,y’a t’il

    C’est où à St Pie ,y’a t’il différentes formules que les paniers,est-ce possible d’aller visité?

  • Bravo! C'est un projet que

    Bravo! C'est un projet que je voudrai entreprendre.

  • Ajouter un commentaire