• Ruralité
Wake up les planchistes !

Wakeboard sur la rivière Noire

David-Alexandre Grisé

Un incident s’est déroulé sur la rivière Noire à St-Pie il y a quelques semaines. Une embarcation de pêcheurs a été renversée par l’immense vague générée par le passage d’une embarcation de Wakeboard. Le couple de pêcheurs s’en est tiré mais les berges et les propriétés demeurent à risques…

Nul doute, le Wakeboard a pris racine au Québec et tous les amateurs de glisse pourront comprendre pourquoi. Ce sport de prouesses athlétiques et esthétiques est mené du bout d’une corde, sous l’effet de traction d’une puissante embarcation motorisée afin de propulser littéralement le planchiste sur son sillon. La voltige et les figures s’enchainent et les éléments se déchainent…

Malgré cette évocation presque poétique, l’incident de St-Pie nous rappelle que nous avons beaucoup d’éducation et de sensibilisation à faire afin d’harmoniser cette nouvelle pratique à l’environnement ambiant. À ce propos, le couple de retraités de St-Pie a subi l’assaut d’une bonne vague provoquée par un bateau de planchistes. La puissante rafale aura rapidement fait dessaler le couple. L’homme s’est presque noyé. Heureusement ils ont été sauvés par des riverains. Depuis, un groupe de citoyens St-Pie s’est formé afin d’informer leur maire de la situation à travers leurs expériences. Le maire de St-Pie, M. Pierre St-Onge, s’est dit très préoccupé par cette situation. Nous avons pu rejoindre Mme Dominique St-Pierre de la Ville de St-Pie à ce sujet. Mme St-Pierre nous a indiqué qu’un comité verra prochainement le jour afin de trouver des compromis acceptables pour tous. Ce comité devra rejoindre les divers acteurs touchés dès septembre prochain afin de définir des objectifs et des balises claires à ce sujet. Divers moyens sont pour le moment envisagés, de la consultation jusqu’à la recherche de données probantes sur les divers impacts de ce sport aquatique. M. Daniel Daigneault, conseiller de la Ville de St-Pie, devra chapeauter le dit comité. Pour ce qui est des principaux intéressés, le couple de pêcheurs de St-Pie, nous ne savons pas s’ils souhaitent intenter des recours judiciaires et porter plainte pour négligence criminelle ou délit de fuite envers les propriétaires du bateau de wakeboard qui les a renversé sans jamais ralentir sa course.

Enjeux de la pratique du Wakeboard dans la région

La pratique du Wakeboard représente une menace pour la protection des berges et des écosystèmes des lacs et rivières. Les rivages de nos rivières sont maintenant soumis aux vagues déferlantes de ces bateaux à moteur. En effet, ces engins sont littéralement conçus pour aspirer une énorme quantité d’eau (près d’une tonne) dans le but de créer un profond sillon et du coup, les vagues de près d’un mètre nécessaires pour les acrobaties. De multiples impacts négatifs sont à craindre : érosion, décrochage de pans de berges et destruction de sites de reproduction de certaines espèces de poissons et d’animaux aquatiques. De plus, comme les fonds de la plupart des rivières de la région sont composés d’une bonne couche de sédiments et qu’elles sont en général peu profondes, le brassage créé par le Wakeboard peut engendrer une dégradation importante de la qualité de l’eau et avoir des effets sur sa turbidité. Dans un monde idéal, la pratique du Wakeboard se fait sur de grandes étendues d’eau profonde ou dans des bassins aménagés pour les fins de ce sport. Cependant, nos rivières sont étroites, sinueuses et peu profondes…

 (Ph. Logan wake)

Par ailleurs, la « cohabitation » des plaisanciers, pêcheurs, nageurs et planchiste est difficilement conciliable dans de telles conditions. Le potentiel de risque n’est donc pas négligeable puisque la pratique du Wakeboard exige des virages longs et des vitesses de pointe situées entre 20 et 30 Km/h. L’angle du bateau de tire ne favorise pas non plus une bonne visibilité : les ballasts de la poupe étant gorgés d’eau, tout le poids se trouve ainsi à l’arrière de l’embarcation, ce qui fait que le conducteur peut difficilement voir ce qu’il y a devant lui.

Finalement, un autre effet négatif des vagues est le bris de biens et de propriétés privées. En effet, les constructions riveraines se voient elles aussi soumises à l’effet destructeur de ces vagues. Ainsi, des quais, divers aménagements et possiblement des bâtiments se trouvent exposés aux dommages directs des vagues ou aux effets de l’érosion. Au final, ce n’est pas la fréquence mais plutôt la hauteur et la force des vagues qui font toute la différence.

Quelles perspectives ?

Le travail du prochain comité de la Ville de St-Pie risque fort d’être une première démarche proactive à ce sujet dans la MRC des maskoutains. Faute d’une réglementation claire à court terme, il faudra sensibiliser et éduquer les planchistes des impacts environnementaux significatifs de leur sport et leur faire savoir les responsabilités de sécurité qui leur incombe. Conséquemment, « Le Wakeboard ne devrait jamais se pratiquer près des rives ou sur de petits lacs. Les bateaux de Wakeboard ne devraient pas toujours emprunter les mêmes corridors de navigation » [1] . En plus, des règlementations sur les types d’embarcations peuvent être envisagées et des zones de protection, définies. Nous suivrons les travaux de ce comité puisqu’il est porteur de ces nombreux enjeux et comme nous le constatons, est source de possibles litiges.

 

1. Andrew Henderso : « La Wakeboard, les bateaux de wakeboard et leur impact » : Bulletin de la Fédération des lacs de Val-des-Monts - Mai 2010 - Page 2.

Écrire un commentaire >

  • Re: Wakeboard sur la rivière Magog

    Nous avons chez nous, dans la baie Beaulieu de Roch Forest dans la municipalité de Sherbrooke, un sérieux problème de wakeboard ainsi que des vitesses excessives des bateaux, qui font en sorte qu'ils prennent le contrôle de la rivière. Les berges sont sur des propriétés à risque de glissement de terrain, en effet, ces terrains sont très abruptes.La municipalité l'a reconnu et nous attendons qu'elle prenne cette situation très au sérieux. Nous aurons le 24 avril à 19 h à l'arrondissement, une réunion à ce sujet. À suivre.. Réal dubuc.

  • Ajouter un commentaire