• Société

Campagne : Engagez-vous pour le communautaire

la Rédaction

Le mouvement de l’action communautaire autonome s’unit dans la campagne Engagez-vous pour le communautaire parce que...

 

UN MOUVEMENT SOLIDAIRE

Des regroupements nationaux représentants quelque 4000 organismes d’action communautaire autonome s’unissent pour revendiquer une plus grande justice sociale, un rehaussement substantiel de leurs subventions de base et le respect de leur autonomie. Ces revendications sont globales et à l’image de la solidarité qui caractérise le mouvement de l’action communautaire autonome, entre les groupes et avec la population

La campagne Engagez-vous pour le communautaire cible le gouvernement du Québec. Elle a de grandes ambitions et les gains à obtenir sont importants. Pour y arriver, des moyens variés sont utilisés, qui combinent des actions nationales et des actions à déploiement régional.

UN GRAND OBJECTIF

Les organismes d’action communautaire autonome partagent les mêmes constats. La population fait les frais des mesures d’austérité, des coupures dans les services publics et de la démolition de programmes sociaux. Les gens, surtout les plus vulnérables, s’appauvrissent et sont de plus en plus isolés. Ils se réunissent autour des groupes d’action communautaire autonome pour y trouver entraide et solidarité, mais également pour se donner une voix afin de réclamer le respect de leurs droits.

Cependant,  les groupes d’action communautaire autonome, eux aussi, subissent le couperet de l’État. Leur sous-financement chronique les empêche de réaliser pleinement leur mission et de faire face aux demandes croissantes des laisséEs-pour-compte.

Devant cela, les organismes d’action communautaire autonome ont décidé d’agir ensemble pour réclamer, non seulement la fin des politiques d’austérité, mais aussi un rehaussement de leur financement de base.  Ils se regroupent sous la bannière de la campagne Engagez-vous pour le communautaire!

NOS REVENDICATIONS

Il y a 15 ans, le gouvernement du Québec a adopté une politique de reconnaissance et de financement des groupes communautaires.  Il y déclarait que ceux-ci sont « une contribution essentielle à l’exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec » et il s’engageait notamment à leur verser un « financement en appui à la mission globale ».

Pourtant, depuis tout ce temps, le financement de base des groupes stagne; il ne suit même pas l’inflation. Certains ne reçoivent aucune subvention gouvernementale; ils dépendent entièrement de la charité des fondations privées.

Parmi les organismes communautaires mal subventionnés, on retrouve notamment des maisons d’hébergement pour les jeunes et d’autres pour les familles, lesquelles doivent assumer toutes leurs dépenses (d’immobilisation, d’aménagement et d’entretien d’immeuble, de chauffage, de nourriture, etc.) avec moins de 15 000 $ par année...  Du côté des groupes de défense collective des droits, un sur cinq ne reçoit que la subvention de base fixée à 30 000 $ par année.

Pour que tous les groupes retrouvent leur capacité d’agir et puissent assumer pleinement leur mission, la campagne Engagez-vous pour le communautaire réclame 475 millions $ de plus par an.

475 M $, c’est beaucoup?  C’est relatif...

  • Pour la deuxième année consécutive, Québec prévoit faire, en 2016-2017, un surplus budgétaire; l’an dernier, il était de 1,8 milliard $, auquel on devrait ajouter la contribution au Fonds des générations de 1,5 milliard $...
  • 475 millions $, ça représente à peine 0,7 % de toutes les dépenses de programme du Québec, en 2016-2017...
  • Tout en prétextant que ses choix d’austérité sont faits par soucis d’économie, le gouvernement du Québec n’hésite à soutenir généreusement des entreprises privées, à même les deniers publics.À l’automne 2015, par exemple, il a consenti une subvention de 1,3 milliard $ à Bombardier, laquelle a été suivie d’un investissement de 2 milliards $ de la Caisse de dépôt et placement du Québec, notre bas de laine collectif...Ce qui n’a pas empêché la compagnie d’annoncer depuis deux vagues de mises à pied, la dernière touchant pas moins de 1500 employéEs.
  • Autre exemple criant des choix économiques douteux du gouvernement Couillard :l’exemption de taxes sur le capital, consentie aux institutions financières depuis 2011.Cela prive l’État québécois de quelque 600 millions $ à chaque année.A-t-on vraiment besoin de soutenir ainsi les banques qui encaissent des profits nets totalisant des dizaines de milliards $, année après année???
  • Pire, le gouvernement du Parti libéral du Québec annonce d’ores et déjà qu’il veut non seulement poursuivre sa cure d’amaigrissement des dépenses gouvernementales, mais également réduire les impôts des particuliers... ce qui réduirait encore davantage ses marges de manœuvre financière.Or, les bénéficiaires de tels choix fiscaux sont toujours les contribuables à plus haut revenu, les mêmes qui peuvent le plus facilement recourir aux abris fiscaux.Et cela se fait toujours au détriment des bénéficiaires des services publics, des aidantes naturelles, qui doivent prendre le relai, des travailleuses et des travailleurs de l’État et des groupes d’action communautaire autonome qui doivent faire face aux demandes nombreuses et pressantes des gens ainsi abandonnés par l’État.

L’indexation annuelle des subventions pour suivre l’augmentation des coûts de fonctionnement

Le ministère de la Santé et des Services sociaux est le seul à faire progresser, d’année en année, les subventions à la mission versées aux groupes d’action communautaire autonome qui sont sous sa responsabilité. Toutefois, l’indice qu’il utilise pour calculer les nouvelles subventions est inférieur à celui des prix à la consommation; c’est donc dire que les subventions ne suivent pas l’augmentation des coûts de fonctionnement des groupes.  Pire, il ne l’applique pas aux regroupements nationaux, ceux-là même qui ont le mandat de suivre et de réagir aux politiques gouvernementales.

Or, depuis 15 ans, le coût de la vie (selon l’indice des prix à la consommation) a augmenté de 30,1%...

POUR LA JUSTICE SOCIALE

Les groupes d’action communautaire autonome sont issus directement des besoins et de la volonté de la population.  C’est pour et avec elle qu’ils travaillent à une transformation sociale en profondeur, que ce soit par l’amélioration des conditions de vie, la défense des droits humains, l’éducation populaire ou l’expression de la citoyenneté.

L’action des groupes communautaires est innovante et a mené à la mise en place de plusieurs politiques sociales, dont l’aide juridique, les services de garde, la Loi sur l’équité salariale, réclamée en alliance avec le mouvement syndical,, les services multidisciplinaires de prévention en CLSC, le logement coopératif, le Régime d’assurance parentale, la Loi sur la protection du consommateur, le programme de perception automatique des pensions alimentaires, etc.

Les groupes d’action communautaire autonome veulent poursuivre sur cette voie.  Ils réclament non seulement les ressources requises pour accomplir leur mission, mais aussi la fin des compressions dans les services publics et les programmes sociaux.

ACTIONS!

La campagne Engagez-vous pour le communautaire vise à faire des gains dès le budget 2017-2018 de Québec.  Deux grands moments de mobilisation sont prévus :

  • En novembre 2016 :
    • 7 novembre 2016 : Les groupes font des visites aux députéEs pour leur transmettre leurs revendications.
    • 8-9 novembre 2016 : Deux jours de grève, fermeture, interruption d’activités et participation aux actions régionales (des centaines à travers le Québec).
  • Semaine du 6 février 2017 : Actions nationales d’éclat à Montréal et à Québec.

Les regroupements nationaux interpellent également les différents ministères dans le cadre de la préparation du budget.

Pour en savoir plus long :  http://engagezvousaca.org/

Post-Scriptum: 

1- http://www.mess.gouv.qc.ca/sacais/action-communautaire/politique-reconna...

2- Ce montant couvre les demandes financières de l’ensemble du mouvement de l’ACA, tant pour les groupes subventionnés que pour ceux qui sont en attente d’un premier financement. Il inclut toutes les revendications financières adressées à tous les ministères (mis à jour en octobre 2016).

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.