• Société

D’une idée à un rêve d’affaires : Portraits de nouvelles entrepreneures

Collaboration Spéciale

Œuvrant au prédémarrage des entreprises depuis 15 ans, Espace carrière a vu poindre des projets entrepreneuriaux nés de grands rêves de personnes passionnées. Des éléments ont permis à ces entrepreneures de partir d’une idée intéressante et d’en faire un succès d’entreprise.

Qu’est-ce qui fait que l’entreprise idos42,2 d’Isabelle Dos Santos, qui conçoit et commercialise des vêtements spécialisés pour la course à pied, a vu le jour ? De quelle façon s’y est prise Catherine Robillard pour monter un projet de centre d’amusement familial, Centre Maskarade, qui s’implantera à Saint-Hyacinthe à l’automne ? Nous les avons approchées afin d’illustrer leur parcours de prédémarrage d’entreprise.

Le point de départ

De gauche à droite : Catherine Robillard, directrice et propriétaire Centre Maskarade, Éric Devost, coordonnateur des services jeunesse et des activités entrepreneuraiales et Isabelle Dos Santos, présidente idos42,2.Pour Catherine Robillard, ce fut une opportunité qu’elle a saisie. « En répondant à l’étude de marché, j’ai senti l’appel en moi. » C’est ainsi qu’elle a approché l’instigatrice d’une évaluation du potentiel d’affaires, Marie-Hélène Blouin, qui portait sur la venue d’un centre d’amusement dans la région. Pour Isabelle Dos Santos, c’est par l’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en Lancement d’entreprise, offerte par l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe, qu’elle a vu naître son entreprise. « La première journée, nous devions définir nos objectifs. Et toute mon entreprise s’est dessinée à l’intérieur d’une heure. »

Le profil entrepreneurial

Pour la propriétaire d’idos42,2, sa force d’entrepreneure réside dans son expérience significative dans le domaine du vêtement. Pour madame Robillard, c’est sa détermination qui a fait la différence. Elles reconnaissent qu’elles ont dû développer des compétences qui ne leur étaient pas familières. « J’ai dû me faire confiance. Avec ce projet-là, je me suis rendu compte que, quand je valide, la plupart du temps, c’est correct. J’ai dû prendre les décisions, aller de l’avant par moi-même », relate Catherine Robillard. Madame Dos Santos a dû se plonger dans le monde du marketing, domaine qui était incontournable pour faire émerger son produit.

L’étude de marché et la planification

Isabelle Dos Santos, qui évoluait dans le domaine de la course, a pu se permettre d’évaluer la faisabilité de son projet auprès de la clientèle cible et dans le domaine, tel qu’auprès de la Fédération québécoise d’athlétisme. En ce qui concerne madame Robillard, le fait qu’une étude de marché ait déjà été conduite a été facilitant.

Développement économique de la MRC des Maskoutains (DEM), Saint‑Hyacinthe Technopole, CAE Rive-Sud, Femmessor et une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en Lancement d’une entreprise à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe ont été primordiaux pour une planification rigoureuse. Elles sont catégoriques : la rédaction d’un plan d’affaires est un incontournable. « Ça t’assure que tu ne tournes pas les coins ronds, que tu as pensé à tous les détails. On peut le remodeler, le revisiter en processus de démarrage, mais il faut à la base que tout ait été réfléchi », affirme Catherine Robillard. Même chose pour Isabelle Dos Santos : « Il faut vraiment rédiger un plan d’affaires. Il démontre le sérieux dans lequel tu t’engages. C’est là que tu pourras déterminer si tu “partiras” en affaires ».

Le financement

La confiance et la valeur que les institutions financières ont accordées à leur projet ont été incontournables. Catherine Robillard souligne l’importance de ne négliger aucune forme d’aide financière, car, dit-elle, « c’est au final que le cumul de tout ce que tu as pu aller chercher au niveau du financement fait un montage financier qui se tient ».

Le démarrage

Elles nomment toutes deux l’importance du partenariat et du réseautage. « Je crois qu’il faut vraiment s’allier à un bon comptable, car la réussite passe aussi par là », souligne Isabelle Dos Santos. Catherine Robillard reconnaît avoir créé des relations d’affaires intéressantes dans un cercle d’entraide de femmes entrepreneures avec qui elle collaborera dans le futur.

Ayant comme mandat de sensibiliser au démarrage d’entreprise et de le démystifier, Espace carrière remercie les deux entrepreneures qui ont pris de leur temps afin de partager leur vécu quant au prédémarrage de leur entreprise.

 

Éric Devost,

coordonnateur des services jeunesse et des activités entrepreneuraiales

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.