• Société
Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc

"J'ai vécu ça comme un cadeau de Noël"

- Alain Robert
Paul-Henri Frenière

C'est avec un grand sourire sous ses petites lunettes rondes qu'Alain Robert a accueilli le représentant de MOBILES à la friperie Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc récemment installée sur la rue Des Cascades.

Alain Robert. Photo: Paul-Henri Frenière.

« Excusez-moi deux minutes, je vais aller dire bonjour aux gens » me dit-il d'entrée de jeu. Et il s'en va vers la porte arrière pour saluer, un à un, les employés qui arrivaient une heure avant l'ouverture du magasin.

Ce gars-là aime le monde, je me suis dit, avant même lui avoir parlé. Et l'entrevue qu'il m'a accordée a confirmé ma première impression.

Après avoir administré une boutique de cadeaux et de bijoux durant 37 ans, Le Baluchon, Alain Robert se retrouve aujourd'hui à la barre d'une friperie faisant partie de l'économie sociale. Que s'est-il passé?

« J'ai adoré travailler à mon compte durant toutes ces années. J'avais établi une belle complicité avec mes clients. Mais la crise économique de 2008 a laissé des traces. Les années qui ont suivi ont été difficiles, surtout pour la classe moyenne. Après une longue réflexion, je me suis rendu à l'évidence : il fallait que je passe à autre chose ».

Et comment a-t-il vécu cette transition? « J'ai vécu ça comme un cadeau de Noël, me lance-t-il tout de go. Le matin du 24 décembre 2014, j'ouvre mon portable et je vois dans mes courriels que le directeur du Centre de bénévolat, Benoît Bellavance, me propose d'aller prendre un café avec lui. C'était pour m'offrir le poste de chargé de projet pour Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc. J'ai accepté avec grand plaisir. J'ai débuté le 5 janvier ».

« C'est beaucoup plus qu'une friperie »

Le mois prochain, il complètera donc la première année de sa nouvelle vie. Et le bilan est plus que positif.

Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc, 1805 rue Des Cascades. Photo: PHF. Ce gars-là aime le monde, disais-je, et les rapports qu'il entretient avec les employés, les bénévoles et les clients en témoignent. À quelques occasions durant l'entrevue, il a pris le temps, patiemment et avec le sourire, de répondre aux questions de l'un ou de l'autre.

« Ici, c'est beaucoup plus qu'une friperie, me dit-il. Je l'appelle affectueusement ma « boîte à surprises » car chaque jour amène une nouvelle expérience de vie. C'est gratifiant de travailler avec et pour les autres ».

Administré par le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe, Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc n'est pas un commerce comme les autres. Bien que le prix des articles soit extrêmement bas, les profits sont au rendez-vous et ils sont redistribués dans la collectivité.

À titre d'exemple, la moitié des bénéfices est consacrée au dépannage alimentaire d'urgence pour les familles à faible revenu. On finance également les services généraux pour le maintien à domicile, la clinique d'impôt et l'atelier de jouets pour Noël.

Grâce à la générosité des Maskoutains

« Tout cela, c'est grâce à la grande générosité des Maskoutains qui nous donnent des vêtements et divers articles » tient à souligner Alain Robert.

Et les services à la collectivité ne s'arrêtent pas là. Saint-Hyacinthe s'apprête à recevoir un groupe de réfugiés syriens qui auront sûrement besoin de vêtements chauds pour traverser l'hiver. « Comme c'est le cas avec les nouveaux arrivants qui nous sont référés par le Centre de bénévolat, nous allons nous occuper d'eux ».

Les Trouvailles de l'Abbé Leclerc offre également des services ciblés qui s'adressent à des clientèles spécifiques. Récemment, on a annoncé que des vêtements de type « professionnel » seraient proposés aux chercheurs d'emploi moins bien nantis pour se présenter convenablement aux employeurs. On a également le projet d'habiller des jeunes, qui n'ont pas beaucoup d'argent, pour leur bal de finissants.

Bref, la générosité des Maskoutains fait des petits.

Chaque minute est importante

Alain Robert semble heureux comme un poisson dans l'eau avec sa nouvelle fonction qui allie à la fois le commerce, les relations publiques, le partage et l'action bénévole. Incidemment, il n'en revient pas de l'implication de ces personnes qui viennent donner généreusement de leur temps soit pour la cueillette ou pour le tri des vêtements. « Il y a même des entreprises maskoutaines qui libèrent des employés pour venir nous donner un coup de main » dit-il.

Et au chapitre du bénévolat, il en connaît lui-même un bout. À la suite de la maladie de son fils Félix-Antoine, atteint d'un cancer à l'adolescence, Alain Robert a consacré de nombreuses heures de bénévolat pour Leucan et la Fondation Charles-Bruneau.

Lui et sa conjointe se sont impliqués activement pour la guérison de leur fils, aujourd'hui âgé de 26 ans, puis à la collecte de fonds pour les enfants atteints du cancer. Quelle leçon a-t-il tiré de cette expérience?

« Que chacune des minutes que l'on vit est importante, conclut-il, il faut en profiter pour faire le bien ».

 

 

 

Écrire un commentaire >

  • Re: "J'ai vécu ça comme un cadeau de Noël"

    Alain Robert un gars super sympathique avec un cœur gros comme ça!

  • Re: "J'ai vécu ça comme un cadeau de Noël"

    Bravo M. Alain Robert pour votre implication envers la communauté, j'aime bien les gens qui mette leur temps au bénéfice des autres, ayant fait beaucoup de bénévolat envers les jeunes et maintenant pour les personnes âgées, je comprends que ce genre d'emploi vous convient agréablement et vous comble également. Ce que l'on offre aux autres nous est remis d'une façon ou une autre! Attention à vous la population a besoin de gens comme vous, passez de Joyeuses Fêtes en compagnie de votre famille! Au plaisir de vous rencontrer lors d'une visite Aux Trouvailles de l'Abbe Leclerc; que je connais très bien, en passant!

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.