• Société

La Fondation Caramel : un refuge animal qui a du cœur

Gabrielle Brassard-Lecours

Entre son travail dans une imprimerie et celui de conférencière en relation d’aide, Louise Meunier a toujours recueilli les animaux abandonnés. En 2007, elle a poussé plus loin sa passion en créant une fondation et un refuge : la Fondation Caramel.

De gauche a  droite Anouk Dumoulin, Vétérinaire, Vet Express , Jacques Beauséjour secrétaire,bénévole et levée de fond, Jocelyne Bédard bénévole adoption et publicité, Jeanne Milette bénévole transport Ontario, Alex Béland entretien, Marie-France Milette  administrateur responsable des soins , bénévole et employé, Nancy Boyer administrateur , responsable section chien , bénévole et employé,   Assis en avant Colette Lévesque vice présidente , bénévole , levée de fond  , Louise Meunier présidente fondatrice  et bénévole  Photo : Patrick RogerPropriétaire associée d’une petite entreprise d’imprimerie de Saint-Liboire, Louise Meunier prend soin des animaux abandonnés et négligés depuis toujours. « Quand j’étais petite, mon père sauvait les chevaux maltraités, et ma sœur et moi sauvions tous les chats qu’on croisait sur notre chemin, se rappelle-t-elle. Comme je donne des conférences sur la relation d’aide, j’ai décidé d’ouvrir la Fondation Caramel pour offrir aussi de l’aide aux animaux qui en ont bien besoin », explique-t-elle.

Louise Meunier recueillait déjà les animaux errants bien avant la naissance de la Fondation Caramel, puisant à même ses revenus pour nourrir et soigner les animaux qui arrivaient plus nombreux d’année en année. Pour répondre à ces besoins croissants, elle a mis sur pied une fondation en 2007, puis un premier refuge pour chiens et chats, en 2009. C’est ainsi qu’a vu le jour la Fondation Caramel, nommée en l’honneur d’un chat qu’elle avait recueilli, mort prématurément.

Une belle expansion

En 2011, la Fondation commence à établir des ententes de services avec six municipalités de la région. En 2013, elle achète des bâtiments en face du refuge afin d’accueillir une quarantaine de chats et de chiens supplémentaires. Aujourd’hui, environ 200 chats et une centaine de chiens provenant d’une dizaine de municipalités transitent annuellement par la Fondation Caramel, attendant d’être adoptés.

« Ce sont les citoyens, les municipalités ou les policiers qui nous amènent les animaux », explique Louise Meunier. « Quand ils arrivent, tous nos animaux reçoivent les soins appropriés et sont vaccinés et stérilisés. Des journées d’adoption sont ensuite organisées dans nos locaux, mais aussi dans des animaleries partenaires à Saint-Hyacinthe, Chambly et Granby, ainsi qu’en Ontario », souligne la bénévole.

Des défis de financement

Malgré le rôle crucial qu’elle joue dans la région, la Fondation lutte pour joindre les deux bouts. « Il existe peu de programmes gouvernementaux pour nous aider dans notre mission. On fait des collectes de fonds et on sollicite des dons, mais nos besoins financiers sont très élevés, ne serait-ce que pour nourrir et prendre soin des animaux, confie la fondatrice, qui consacre entre 50 et 70 heures par semaine bénévolement à son organisme. Heureusement, depuis quelques années, d’autres bénévoles et membres du conseil d’administration ont uni leurs efforts pour que la Fondation puisse poursuivre sa mission », dit-elle.

La Fondation Caramel se fait un point d’honneur de ne pratiquer aucune euthanasie sur des animaux en santé. « S’ils n’ont pas d’infections secondaires, nous gardons même les animaux qui ont la leucémie ou le sida. Nous les mettons ensemble dans un espace séparé des autres animaux pour éviter la contagion », explique Louise Meunier. En effet, ces maladies non transmissibles à l’homme sont contagieuses chez les félins, et ultimement mortelles. Elles affaiblissent leur système immunitaire, rendant les animaux très vulnérables aux infections.

Il y a aussi des circonstances où l’euthanasie est inévitable. « Malheureusement, il nous arrive parfois de recevoir des animaux trop longtemps négligés, dans un état lamentable. S’ils souffrent et sont condamnés à une mort certaine, nous procédons à une euthanasie par compassion », souligne Louise Meunier.

Dans les prochaines années, cette passionnée des animaux aimerait pouvoir mettre en place une clinique de stérilisation pour les chats errants et créer un programme de zoothérapie pour les enfants, les adultes et les aînés.

La prochaine journée d’adoption se déroulera au refuge de la Fondation Caramel le 20 mai prochain, entre 11 h et 17 h, au 1440, 11e Rang, à Saint-Valérien-de-Milton. Les modalités d’adoption, ainsi que la description et la photo des chats disponibles sont affichées sur la page Facebook de la Fondation. Les personnes souhaitant faire des dons sont aussi invitées à communiquer avec la Fondation au 450 549-2935 ou à visiter leur site Web à fondationcaramel.com.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.