• Société

La santé, c’est le bonheur!

Marie-France Marcotte

Et, le bonheur c’est la santé, la famille, l’amour, les amis… Serait-ce lucide de croire que le bonheur, c’est aussi le travail?! 

Certains chercheurs ont  essayé de quantifier la relation « bonheur-travail ». Une étude, financée par la fondation Russell Sage sur la qualité de la vie aux Etats-Unis, a découvert que la satisfaction dans le travail représente 20% de la satisfaction globale de l’existence.

Trop d’auteurs décrivent le bonheur tel un concept énigmatique digne d’une « transe neuro-mécanique ». Et oui, c’est à n’y rien comprendre! Avide d’une approche pragmatique sur la notion qu’est le bonheur, je me suis retournée vers un homme qui m’a toujours inspirée; Tenzin Gyatso, que plusieurs connaissent probablement mieux par son titre, le Dalai Lama.

Les multiples entrevues du Dalai Lama par le psychiatre et neurologue Howard Cutler ont, entre autre, donné naissance à deux  succès littéraires; « L’art du Bonheur  I & L’art du bonheur II ». Dans « L’art du bonheur I » le Dalai Lama discourt sur comment vaincre l’anxiété, diminuer les colères et le découragement. Dans « L’art du bonheur II », il approfondit l’exploration de ces émotions en abordant la plus courante des activités humaines, celle qui occupe une grande partie de notre vie : le travail.  

Pour en résumer l’essence primaire, la relation entre le bonheur et le travail se traduit principalement par la connaissance de soi, trouver son équilibre et avoir la bonne attitude.

La connaissance de soi et l’équilibre

L’environnement professionnel et les fonctions influencent le bien-être au travail. Cet environnement fait principalement référence à la localisation géographique du lieu de travail, aux collègues et supérieurs, l’espace de travail et les avantages sociaux.  Quant aux fonctions, il importe de savoir se positionner entre le défi et l’ennui dont la perception est personnel à chacun. Trop de défi créé un stress qui affecte l’environnement de travail alors que si le défi n’est pas suffisant, cela créé un sentiment d’ennui. 

Dans cette recherche d’équilibre « défi-ennui », la connaissance de soi devient un facteur très important. Il existe souvent un fossé entre la manière dont nous semblons exister et celle dont nous existons réellement. Il est donc important de prendre le temps de s’arrêter pour identifier ses signatures de force; ses qualités et caractéristiques naturelles. L’utilisation de ses signatures de force va permettre d’effectuer le travail avec une meilleure efficacité tout en demandant moins d’effort. Avoir une conscience réaliste de soi signifie également connaitre ses propres limites. L’excès, tant en termes d’exagération que de dévaluation de ses capacités, est toujours destructeur. La raison est qu’une vision réaliste de soi donne de l’assurance. Vous savez ce dont vous êtes capable et aussi, où se trouvent vos limites. Vous êtes donc moins atteint par ce que disent les autres. Donc, si quelqu’un vous critique et que vous savez que ces critiques sont justes, vous les accepterez plus facilement. Et, si quelqu’un vous critique injustement, vous le prendrez moins mal parce que, au fond de vous, vous saurez que c’est faux. Cette connaissance permet également d’augmenter les chances de réussite parce qu’elle vous donne la confiance pour vous lancer dans des projets réalisables. Enfin, on  parle souvent de reconnaissance et c’est important. Toutefois, si une personne est consciente de ses capacités, elle a moins besoin de l’éloge des autres pour avoir le sentiment d’accomplissement.

Nous avons la capacité d’influencer la majorité de ces aspects et nous avons surtout la responsabilité de s’arrêter pour avoir une réflexion à ce sujet afin d’y trouver son équilibre.

L’attitude

Un aspect qui permet d’accentuer notre bonheur au travail est le sentiment d’accomplissement. Donc, si on cherche à favoriser ce sentiment, l’attitude envers son travail devient un facteur déterminant. Il y a 3 façons de percevoir son travail : un job, une carrière, une vocation.

Un job : Le but principal est le salaire. La nature du travail importe peu ou pas et elle ne procure aucun plaisir ou sentiment d’accomplissement. Puisque le principal aspect est le salaire, si le salaire baisse l’intérêt baisse aussi. Si l’opportunité d’un autre job avec un meilleur salaire se présente, la personne changera de travail. Il n’y a donc aucun sentiment d’appartenance et le travail est réduit à un « enchainement de mouvements robotiques ! »

Une carrière : Le but principal est l’avancement. Ces gens sont motivés par le prestige, le statut social et le pouvoir qui accompagne la fonction. Dans cette catégorie, l’investissement personnel peut être supérieur à ceux qui considèrent leur travail comme un job. Toutefois, à l’instant que s’arrête les possibilités d’avancement, il y a une perte d’intérêt.

Une vocation : Dans la vocation, le travail est aimé pour le travail en soi. La vocation sert à un but supérieur et il a une valeur significative. Le concept de vocation est donc lié à l’idée qu’il existe un but supérieur à leur travail comme le bien être des autres ou de la société.  Les gens qui ont une vocation pour leur travail ont tendance à être plus stable et satisfait que ceux qui n’y voient qu’un job ou une carrière. 

L’attitude d’un employé envers son travail a donc un impact direct sur sa satisfaction que lui procure son travail et par le fait même, son bien-être. Cette division dans la perception du travail se retrouve quel que soit le domaine professionnel ou la classe sociale dans lequel nous évoluons. Il y a toujours possibilité de trouver un sens à notre travail, ne serait-ce que de remplir son rôle comme bon citoyen, membre productif de la société qui contribue à son bien-être. Il revient donc à nous de prendre le temps de discerner un but supérieur à notre travail et d’y réfléchir.  


Marie-France Marcotte

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.