• Société
Défense des droits des assistés sociaux

Le CAPRY prend la relève du CIC

Paul-Henri Frenière

Dans un contexte où les groupes de défense de droits vivotent ou ferment carrément leurs portes faute de financement, un organisme qui vient en aide aux personnes assistées sociales a obtenu une subvention récurrente de 18 000$ annuellement pour effectuer cette mission.

Josée Harnois, Genevieve Lemay, la députée Chantal Soucy, Jean-Paul St-Amand et Michel Gauvin. Photo : Paul-Henri Frenière.Ce rehaussement de 18 000$ n'est pas la mer à boire, mais ce montant s'ajoute au 30 000$ de base que tout organisme communautaire dûment accrédité reçoit par année. Cette somme permettra au Collectif d’action populaire Richelieu-Yamaska (CAPRY) d'engager un permanent et de prendre la relève du défunt Centre d’information communautaire de Saint-Hyacinthe (CIC) qui a fermé ses portes l'année dernière sous le couperet gouvernemental.

 

« Des gens du Ministère ont fait le tour des groupes de défense de droits du Québec et leur ont soumis des exigences pratiquement impossibles à respecter. Ce fut le cas du CIC qui devait remplir une longue liste de conditions, dont le renvoi d'une partie de son conseil d'administration et sa permanence » raconte Josée Harnois, coordonnatrice de laTable régionale des organismes volontaires en éducation populaire de la Montérégie. Cette dernière a pris part au travail concerté – et obstiné – de personnes résolues à faire revivre cette ressource essentielle pour les plus vulnérables de la région.

Une annonce bien reçue

Devant une salle bondée, au Carrefour des organismes communautaires, la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a fait cette annonce visiblement attendue.
« Le coordonnateur du CAPRY, Michel Gauvin, a sollicité notre aide pour la première fois en septembre 2015. Il nous a alors fait part des difficultés qu’il entrevoyait dans ses démarches.  Il était donc important pour moi de le soutenir afin qu’il puisse poursuivre ses activités et prendre en charge la clientèle du CIC » a expliqué la députée.

C'est  alors qu'ont débuté les démarches laborieuses pour convaincre un gouvernement en pleine période d'austérité budgétaire. L'adjointe de la députée, Genevieve Lemay, a participé activement à ce travail. « Il fallait d'abord monter un dossier pour démontrer le bien-fondé de notre demande, raconte-t-elle. L'un des principaux arguments était que dans les villes ayant une population similaire à Saint-Hyacinthe, une telle ressource existait. »

Par la suite, Chantal Soucy a multiplié les suivis et a interpellé directement le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais. Finalement, en juin dernier, on autorisait un rehaussement de financement récurrent de 18 000 $ à l’organisme.

Un travail de collaboration

Toutes ces démarches ont été faites en étroite collaboration avec le coordonnateur du CAPRY, Michel Gauvin, et le président de l'organisme, Jean-Paul St-Amand. Ce dernier milite pour la justice sociale depuis une quarantaine d'années.

« Le CAPRY et le CIC partageaient des objectifs communs. Nous nous devions de prendre la relève de cet organisme si essentiel à la collectivité. La valeur d'une société se mesure à la manière dont elle traite les plus vulnérables. Je remercie la députée Chantal Soucy et son équipe pour leur support dans l'accomplissement de cette mission » a-t-il conclu.


 

Post-Scriptum: 

Le Collectif d'action populaire Richelieu-Yamaska est situé au Carrefour des organismes communautaires, 1195 rue Saint-Antoine à Saint-Hyacinthe, et son numéro de téléphone est le 450.774.2220.

Écrire un commentaire >

Ajouter un commentaire

Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.