• Société
Taxe compensatoire:

Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le centre des congrès

Paul-Henri Frenière

Une quinzaine de représentants d'organismes communautaires se sont retrouvés, lundi dernier, sur le site du futur centre municipal des congrès pour remettre un chèque symbolique de 55 000$ aux autorités de la ville de Saint-Hyacinthe. C'est le montant que ces organismes communautaires, propriétaires d'immeubles, versent annuellement en taxe compensatoire.

Photo: Paul-Henri Frenière.

Des organismes tels le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe, Moisson Maskoutaine, la Clé sur la Porte, le Centre Louise Bibeau et d'autres ont répondu à l'appel de la coordonnatrice de la Corporation de développement communautaire des Maskoutains (CDC), Chantal Goulet, pour démontrer leur exaspération face à l'attitude des élus municipaux.

« Depuis 2013 que les organismes demandent l'abolition de la taxe compensatoire, a déclaré Chantal Goulet. Saint-Hyacinthe peut le faire comme l'ont fait bien d'autres villes du Québec, petites ou grandes ».

En effet, la CDC a recensé une vingtaine de municipalités du Québec qui n'imposent pas de taxes à leurs organismes communautaires en raison de leur contribution majeure auprès des plus vulnérables de leur communauté.

Des villes comme Longueuil, Laval, Sherbrooke ont légiféré en ce sens et, plus près de nous, Saint-Jean-sur-Richelieu, Sorel, Drummondville et Beloeil ont compris l'apport inestimable de leurs organismes communautaires à la collectivité.

Après de nombreuses représentations depuis 2013, la Ville a finalement consenti en mai dernier à une réduction de 50% de cette taxe aux organismes à partir de 2016.

« Bien sûr, nous saluons la moitié de la reconnaissance qui nous a été accordé », avait commenté dans MOBILES, Françoise Pelletier, cogestionnaire de la Maison alternative de développement humain. « Mais ça n’est pas suffisant. Nous avons besoin de tous les montants possibles afin de pouvoir travailler à faire reculer la pauvreté sous toutes ses formes ainsi que pour aider les personnes les plus démunies à se prendre en main ».

Chantal Goulet s'adresse au groupe. Photo: PHF. Selon Chantal Goulet, de la CDC, la goutte qui a fait déborder le vase, c'est l'annonce que la Ville allait investir 23 millions$ de fonds publics dans la construction d'un centre de congrès en vertu d'une entente avec Les Centres d'achats Beauward, un édifice qui sera propriété de l'entreprise privée dans 40 ans.

« Il s'agit sûrement d'une excellente entente pour l'entreprise, mais pour l'ensemble des contribuables, il s'agit d'une sombre affaire qui devrait soulever l'indignation populaire » a commenté Chantal Goulet. De là est venue l'idée de présenter ironiquement un chèque de 55 000$, provenant du communautaire, pour « aider » au financement du centre des congrès.

Ce même chèque s'est retrouvé, le soir même, à l'assemblée du conseil municipal, présenté par une jeune bénévole d'un organisme qui s'était déguisée en « Monsieur Monopoly ». Chantal Goulet a repris les arguments maintes fois avancés pour que la Ville abolisse totalement la taxe compensatoire.

Un accueil acrimonieux

Claude Corbeil. Capture d'écran TVcogeco. L’accueil fut glacial, sinon acrimonieux. « Ça me choque cette histoire-là, a lancé le maire Claude Corbeil. Si on investit dans un centre des congrès, c'est pour relancer l'économie. Si on veut aider les groupes communautaires, ça prend de l'argent pour le faire. C'est pas un jeu de Monopoly » a-t-il déclaré, visiblement courroucé.

Le conseiller du district Bois-Joli, Alain Leclerc, en a remis par la suite en fustigeant les demandes de la CDC. « S'il y a des iniquités, c'est pour les autres organisations qui ne reçoivent pas de l'aide de la Ville » faisant référence aux organismes (3 sur 13) qui reçoivent annuellement des dons de la municipalité.

Alain Leclerc. Capture d'écran TVcogeco. Il a donné comme exemples les Chevaliers de Colomb, les ambulances Dessercom et la Fondation Denis-Chartier, démontrant ainsi sa totale méconnaissance de la vocation des organismes communautaires.

Le conseiller Bernard Barré en a « remis une couche » en tenant des propos insultants envers la coordonnatrice de la CDC. Il a déclaré que la Ville avait fait son bout de chemin en réduisant la taxe de moitié et qu'il en avait assez de voir madame Goulet venir « faire la baboune » aux séances du conseil.

Étonnamment, aucun membre du conseil municipal ne s'est levé pour prendre la défense du milieu communautaire.

 

Post-Scriptum: 
Organismes communautaires propriétaires représentés par la CDC : Centre Louise Bibeau Auberge du coeur Le Baluchon Centre psychosocial Richelieu-Yamaska La Clé sur la Porte Le Phare Maison alternative de développement humain (MADH) inc. La coopérative Aux P’tits soins La Moisson Maskoutaine Le Centre de femmes l’Autonomie en soie Le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe (CBSH) Contact Richelieu-Yamaska Maison L’Alcôve Autres articles sur ce sujet: http://journalmobiles.com/video/taxe-compensatoire-les-organismes-ne-lac... http://journalmobiles.com/societe/consommation/la-ville-et-les-taxes-com...

Écrire un commentaire >

  • Re: Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le ...

    L'arnaque habituelle des élus sur le dos du peuple...

  • Re: Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le ...

    Si le conseiller Bernard Barré en a marre des séances du conseil, et qu'il est fatigué de voir ces concitoyens faire leur travail démocratique. Il pourrait tout simplement prendre sa retraite.

  • Re: Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le ...

    La Corporation de développement communautaire des Maskoutains (CDC), défend sa position comme elle le peut. L'idée est bonne et finalement sans grande malice politique. Voilà nos dirigeants «courroucés», fâchés, dérangés. C'est la preuve que la mini manifestation de la CDC atteint sa cible. Le conseiller Barré en a assez de voir les citoyens se mêler de leurs affaires... Pourquoi êtes-vous là monsieur Barré? Pourquoi y a-t-il des périodes de questions aux séances du Conseil? Juste vous rappeler que tout le monde n'est pas nécessairement d'accord avec vous. La «baboune» de madame Goulet vaut bien votre «baboune». Si j'avais à choisir, mon choix ne serait pas trop difficile... Vos frustrations sentent l'usure monsieur Barré, ça sent vraiment l'usure, pensez-y.

  • Re: Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le ...

    Vous dites que j'ai une totale méconnaissance de la vocation des organismes communautaires, de toute évidence vous comme journaliste vous avez une totale méconnaissance de la taxe compensatoire. Au lieux d'écrire des balivernes vous seriez mieux de me contacter afin de bien comprendre le sujet et d'ainsi mieux comprendre ma position.

  • Re: Le communautaire remet un chèque à la Ville pour le ...

    Le conseiller Leclerc ajoute une couche supplémentaire de mépris. Cette fois, il lance une flèche au journaliste. Désolant et totalement injustifié. J'ai suivi ce dossier avec intérêt et je considère que le conseiller Leclerc a tout faux. Il prétend connaître la taxe compensatoire mais ce n'est pas le cas. Comment il peut expliquer aux citoyens de St-Hyacinthe que les organismes doivent faire leur juste part alors que la ville de Granby n'impose pas la taxe compensatoire aux organismes propriétaires et accorde un fonds récurrent de 1% par année de son budget total en le dédiant aux organismes communautaires. Quant à la question du déneigement, des lumières de rue et des services d'incendie, Granby ne lésine pas et fait le boulot pour tous. M. Leclerc, de grâce, un peu plus de rigueur!

  • Ajouter un commentaire

    Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Tapez les caractères que vous voyez dans l'image; si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Pas sensible à la casse.  Passer à la vérification audio.